AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ruelle sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Mer 11 Jan - 18:18

La jeune femme était donc partie avec le surveillant afin d'aller en ville en direction du fameux endroit ou Ai devait se rendre. C'est aux ruelles sombre que leur pas les emmenèrent. N'étant pas si surprise que ça, Ai regardait de droite à gauche pour suivre ensuite la Mort jusqu'à devant une maison presque délabrer. La jeune femme sortie de son Kimono son sceptre, entrant sans se gêner calmement dans la maison , suivis de Krist'. Elle traversait les couloirs en écoutant la respiration coupé de quelqu'un qui venait d'une pièce ou elle y entrait d'ailleurs sous les regard effrayer des jeunes gens qui s'y trouvait. Il y avait un petit enfant, une mère sans doute et un homme sur le sol, souffrant le martyr. Restant plantée devant l'entrée de la pièce, Ai regardait, fixait même jusque transpercer , l'homme qui avait lever son regard faible vers la jeune femme qui finalement s'avançait lentement vers lui. La jeune femme la suppliait de tout son être de ne pas tuez son maris, les larmes aux yeux alors que son enfants pleurait sur le plancher à supplier de même à quatre pattes la jeune femme qui faisait comme si rien n'était. C'était cruel mais..c'était comme ça et pont barre. Levant son sceptre, elle fis quelque mouvements comme si elle était en rituel puis elle posais la sorte de boule violette sur la tête de l'homme qui passais d'une respiration haletante à une respiration qui se coupait finalement et l'homme commençait alors à mourir.

- Ton âme s'élèvera sois vers le haut, on tombera alors en enfer, tu dois mourir, tel est ton destin. Dit-elle d'une voix tranchante alors qu'elle regardait de son regard rouge vif ceux de l'homme qui devint blanc.

Il ferma ainsi les yeux et s'en fut fini, il avait décéder avec l'aide d'Ai qui ensuite abaissait son sceptre afin de regarder la petite famille qui pleurait de tout leur être. Elle ne disait rien, seul le silence pouvais régner en cette après midi sombre. Elle hocha la tête comme pour dire un désolé silencieux puis elle se retournais, le visage neutre vers le surveillant qui semblait assez toucher par la scène contrairement à la jeune femme qui marchais lentement vers la sortie, suivit de Krist qui soutenait du regard la femme et l'enfant. Une fois dehors, Ai rangea son sceptre et regardais le ciel tout en souriant. Puis, tournant son regard vers la mort, elle entretenu une conversation silencieuse alors que Krist se demandait surement quoi ?Au bout d'un certain temps, elle tournait sa tête vers le surveillant avec un visage plus émotif.


- Mon travail s'arrête ici. Je vais devoir changer de région... C'est serte très imprévue mais tel est aussi mon destin de La suivre. J'ai été heureuse de t'avoir rencontrée Krist'.. Dit-elle en un dernier sourire avant de lui déposer un baiser sur la joue.

Elle le lâchais et se retournait donc, marchant calmement vers une direction opposé de la maison de correction. Elle disparu peu après dans le sombre , s'enfonçant ensuite dans les rue animé jusqu'à même disparaitre pour de bon comme si quelque chose l'avait pris pour l'emmener dans un autre espace ? Son travail était fini, elle devait quitté tout ça et continuer son travail autre part tel est son destin comme elle l'avait si bien dit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kristoph Gavin



Masculin Age : 32
Date de naissance : 05/01/1986
Messages : 337

MessageSujet: Re: Ruelle sombre Jeu 12 Jan - 15:41

Le trajet s'était fait en silence, je n'avais pas de raison de retarder la chaman après tout. Apparemment, l'affaire se passait en ville, dans les ruelles sombres de celle-ci. Ce genre de rue qu'on ne fréquente jamais parce que les gens de mauvaise fréquentation y sont. Enfin, rapidement, j'avais suivi Ai jusqu'à une petite maison en piteux état, le genre de baraque qui donne l'impression qu'elle va s'effondrer dans les trois secondes. A ma grande surprise, elle avait sorti une sorte sceptre de son kimono, et j'avoue que je ne m'y attendais pas sur le coup. Aussitôt, elle était rentrée dans la petite demeure, suivant apparemment un bruit bien précis, une respiration saccadée. Ce fameux bruit stressant nous a avait mené dans une pièce où une femme et un enfant suppliait la demoiselle du regard comme s'ils avaient compris la raison de sa venue. Je trouvais ça triste, c'est vrai, mais d'un autre côté, Ai n'a pas le choix ! Donner la mort aux gens est son travail.

Après avoir fait quelques gestes gracieux avec le sceptre, elle approcha l'espèce de boule violette raccroché à celui-ci près de la tête de l'homme, qui semblait arriver à la fin de son agonie. Je restais derrière la chaman, silencieux ; je ne vais pas dire que ça me plaît de regarder mais je trouve ce genre de chose impressionnante pour ma part. Faire passer une âme de l'autre côté, c'est quelque chose qu'on ne voit pas tous les jours. Quelques secondes s'écoulèrent, et l'homme en question ferma ses yeux pour ne plus jamais les rouvrir. Le silence et le calme d'Ai m'avait impressionné, mais je ne devrais pas, après tout, elle doit y être habitué, et c'est ce qui fait que ce genre de chose ne l'étonne pas. J'avais posé mon regard indifférent sur la femme et l'enfant qui avait bien vite comblé le silence avec des pleurs qui avaient redoublé de force. Je me dis qu'ils n'ont pas de chance, mais que c'est la vie, et on y échappe pas. C'est dans ce bruit qui mêlait pleurs et sanglots que Ai et moi étions sortis de la demeure, revenant dans le bruit de la ville, plus facile à supporter. Et voilà ... Travail terminé j'ai envie de dire non ? C'était impressionnant, vraiment ; mais je devrais m'y attendre, la demoiselle est chaman. Au bout de quelques secondes, je me tourna vers elle, les mains dans les poches et son regard semblait soudainement plus émotif. Qu'est-ce qui se passe ? Je resta de plus silencieux lorsque celle-ci m'expliqua qu'elle devait suivre La Mort, que c'était son devoir, mais je restais perplexe. Elle devait partir ? Maintenant ? Alors qu'elle vient de revenir à la House ? Certes, je n'avais pas mon mot à dire, c'était son devoir que de la suivre. Je l'avais compris. C'est lorsqu'elle déposa un petit baiser sur ma joue, mes yeux s'ouvrirent légèrement plus que d'habitude, sûrement parce que son geste m'avait quand même pris de vitesse, mais ça me touchait. En fait, sur le coup, j'étais tellement abasourdi de la vitesse que ça prenait que ma seule réaction fut de poser ma main sur sa tête en affichant un sourire.

« Moi aussi, Ai. » fis-je en retirant ma main. « Fais attention à toi. » finissais-je par dire avant que celle-ci ne commence à partir dans les rues animés.

Mon regard l'avait suivi jusqu'à ce que je ne puisse plus la discerner du reste de la foule. J'avais l'impression qu'elle était passé comme un courant d'air, étrange non ? Mais je suis heureux de l'avoir rencontrer, la demoiselle ne ressemble pas aux autres, ça lui donne son charme. Je ne voulais pas m'attarder dans la rue où je me trouvais, je décida donc de faire demi-tour pour retourner à la House ... Seul. Je me demande si je recroiserais la demoiselle un jour, peut-être qui sait ? C'est qui est sûr, c'est que je ne suis pas prêt d'oublier cette rencontre bien paisible. Allez Kris', ne te montre pas relaxer maintenant, il faut reprendre le boulot, motivation zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Lun 30 Jan - 17:17

    (Sorry, je voulais juste l'amélioré ! :B Je sais pas si il est mieux comme ça m'enfin bon, ce qui est fait est fait ! x))

    Sans savoir pourquoi, mes jambes m’avaient alors ordonnées de courir bien que mes lacets menaçaient de s’entremêler pour me faire chuter au sol à tout moment. Mes pieds éclaboussant mon jean à chaque pas que je faisais dans les nombreuses flaques d’eau, je réussis à le distancer jusqu’à ce q’une voiture ne faillisse me renverser, ce qui arrêta ma course effrénée et lui permit de me rattraper au coin d’une rue pour me retourner de force vers lui en m’agrippant le bras. C’était étrange, mon corps réagissait contre mon gré, cherchant à fuir Kasu par tout les moyens tandis que mon esprit était totalement perturbé depuis qu’il avait appuyer sans le vouloir sur un point sensible que je ne m’étais jamais imaginer jusque là.

    Échappant à son emprise l’espace d’un instant, je m’étais enfoncée un peu plus loin dans cette même ruelle sombre avant qu’il ne me plaque fermement contre le mur de pierre qui nous abritait de la pluie grâce à sa petite toiture. Face à face et ne trouvant cette fois plus aucune échappatoires, c’est le regard fuyant et la frange cachant mes yeux que j’attendais la suite. Il avait l’air furieux et me secouait comme un prunier en débitant des phrases auxquelles je ne pouvais moi-même répondre.

    Ça va pas la tête ? Me refais plus jamais ce coup là Aoko ! Qu'est ce qui te prends de partir comme ça, qu'est-ce qu'il y a, qu'est ce que j'ai fais ? Reponds-moi ! Sincèrement !

    « … »

    M’efforçant de l’ignorer, je me mis à observer le décor lugubre qui nous entourait. De fortes odeurs de poubelles rendaient l’air quasiment irrespirable, un seul et unique lampadaire dont l’ampoule menaçait de s’éteindre nous illuminait et des chats errants miaulaient devant la porte arrière d’un restaurant en attendant les restes de nourritures. Autant vous dire que je n’avais pas choisis le meilleur endroit pour faire ma ‘crise’. Continuant à faire la sourde oreille, je fermai mes paupières pour éviter de le regarder jusqu’à ce que le timbre de sa voix ne me fasse réagir. Il était désolé alors que ce n’était même pas de sa faute… Non, le film n’y était pour rien. Ce sont ses mots qui m’avait fait m’enfuir et l’atmosphère que ces derniers avaient installer. Ce n’était pourtant qu’une de ses nombreuses blagues, je le savais, mais je n’avais pas réussis à le prendre à la rigolade cette fois. A l’entente de sa phrase, j’avais ressentis quelque chose que je n’aurais pas dû et qui me faisait peur… *BA-BOOM* Encore cette sensation... Non, je n'ai pas le droit, c'est interdit...

    Si c'est à cause du film du cul, vraiment... je suis désolé. Mais si j'aurais su que ça te foutrait dans un état comme ça, je me serais tapé bob l'éponge carré en 3D ! Je te jure...

    *BA-BOOM*

    A cet instant prise d’une impulsivité soudaine, je plantai finalement mes yeux dans les siens d’un coup tellement vif de la tête que mes cheveux vinrent fouetter ma joue avant d’hausser la voix pour enfin lui répondre, installant un silence tel que nous n’entendions plus que la pluie s’abattre sur le bitume de façon régulière.

    « CE ! CE N’EST PAS LE FILM ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Lun 30 Jan - 18:11

    (No problemo !)
    - CE ! CE N’EST PAS LE FILM !

    Mon coeur avait quitté son rôle le temps de quelques secondes et une sensation étrange et glaciale m'avait parcouru sans me demander mon avis. Les yeux grands ouverts, je fixais celle que voyais désormais d'un tout autre oeil. Jamais oh grand jamais je ne l'ai vu crier comme ça. Ni au niveau du volume sonore, ni au niveau du ton qui cachait un second message. Quelque chose l'avait rendu folle. Quelque chose que de toute évidence, j'avais fait ou dit. Réfléchissant, une goutte se détachant d'une de mes mèches rousses pour renforcer la noirceur de mes cils, c'est la gorge sèche que j'eus le courage d'avaler ma salive pour enfin dire :

    - Aoko, tu...

    ' Dire ' , un bien grand mot je vous l'accorde. Disons que c'était un souffle, une de mes nombreuses pensées qui venait de s'échapper de mon royaume cérébral peu protégé lors d'une expiration incontrôlée. Un royaume qui commençait à faire cogiter ses fidèles serviteurs les neurones. Elle m'avait foutu une claque lorsque je lui avais demandé si elle était amoureuse de moi. Elle m'avait foutu une claque à ce moment-là et pas à un autre.

    Je ne pouvais pas y croire. C'était invraisemblable. Puis comme j'ai la fâcheuse habitude de me faire des films, je ne cessais de me dire, comme pour me rassurer, qu'il s'agissait seulement d'une idée farfelue que j'étais la seule à pouvoir penser. Elle n'était pas amoureuse de moi. J'étais sa cousine, enfin... cousin. Et on se connait depuis si longtemps... Je n'ai pas tant changé que ça. Seulement de physique et de sexe. Est-ce ça voulait dire qu'elle était amoureuse de moi depuis longtemps ? Inconsciemment ou non ? Quelle torture pour moi que de fermer les yeux devant une vérité découverte. J'avais peur en fait. Plus qu'autre chose. Peur que ce soit vrai, qu'elle éprouve des sentiments pour moi qui suis de la même famille qu'elle. Mes sentiments à moi ? Je ne préférais pas y songer. J'étais déjà assez sur le cul comme ça, pas la peine d'en rajouter. Mais je savais... oui au fond je savais que mes sentiments, si les siens étaient tels que je les imaginais à mon égard, étaient les mêmes. Que nos coeurs une fois réunis battait ensemble d'un rythme singulier que j'avais d'ailleurs l'impression de discerner clairement des autres tempos.

    En fait, c'était beaucoup plus qu'une simple impression. Plutôt une sensation ressentie sans nul doute. Je discernais le battement de nos coeurs singulier des autres tempos car le mien percutait violemment mon thorax qui lui... collait la poitrine de Aoko lorsque je l'embrassais.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Mer 1 Fév - 0:28

    Commençant amèrement à regretté de m’être emportée de la sorte car à présent il ne disait plus un mot et me fixait les yeux écarquillés et la bouche entre-ouverte, c’est honteuse que je rabaissai mes yeux bleus au niveau de son torse pour ne plus affronter son regard. Je sentais bien qu’il avait comprit mon second message et je priai Dieu ou Bouddha de me faire disparaître en ce moment précis. Pourtant, je ne supportais pas son silence. Si il me trouvait dégoûtante ou folle, je préférai qu’il me le dise maintenant et qu’il me remette les idées en place plutôt que de rester planter là à m’observer ahuri, bien que son jugement me faisait peur et me retournait les tripes.

    Aoko, tu... 

    Non ! Ne le dis pas, je t’en supplies ! Pensais-je assez fort pour qu’il puisse l’entendre en fermant les yeux et bouchant mes oreilles comme une enfant. Engueule-moi ! Dis-moi que ce n’est qu’une passade ! Fais-moi comprendre que c’est mal et que tu ne peux pas accepter ça ! Mais par pitié, ne prononce pas cette phrase une seconde fois…

    Me torturant moi-même l’esprit pour le pécher que je commettais en ayant des sentiments pour une personne de ma propre famille, c’est sans le voir venir et sans le comprendre que mes lèvres se retrouvèrent collées aux siennes, me faisant réouvrir grand les yeux. Plaquée contre le mur, les mains que j’avais tantôt posées sur mes oreilles retombèrent lourdement contre mes hanches et mes tremblements cessèrent comme si j’avais soudainement été envahie par une vague de chaleur. L‘espace de quelques secondes, mon monde avait arrêté de tourné. Je n’entendais plus la pluie, ni les chats, ni la taule au dessus de nos têtes, ni les bruits de la ville mais bel et bien mon poux qui avait accélérer et qui venait cogner contre mes tympans. Ma raison me disait de le repousser mais mon cœur et mon corps me criaient de répondre à son geste.

    Doucement, j’allais alors agripper mes mains dans son dos avant de fermer lentement mes paupières, laissant au passage une ou deux larmes coulées et se mélanger aux gouttes d’eau qui glissaient de mes mèches rousses afin d'approfondir le baiser et mêler ma langue à la sienne. C’était… Incroyable, voir même magique si on oublie le décor. Mais bien que mon cœur était en train d’exploser en une multitude de paillettes - et ne me demandez pas pourquoi des paillettes - j’avais en même temps peur de réaliser ce que je ressentais. C’était comme si j’avais attendu ça depuis des années… Est-ce que cela voulait dire que je l’aimais déjà avant… ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Ven 3 Fév - 8:15

    (J'ai de l'imagination le matin ! Je l'ai fait en moins de vingt minutes lui + celui que j'ai fais sur la route oO )

Il pleuvait. Encore et encore. Et les gouttes ne cessaient de s'abattre sur nous, se déposant d'abord sur la tôle avant de tomber dans mon dos. Le vent, qui arrivait à se frayer un chemin dans la ruelle, les pousser en ma direction. Lorsqu'elle m'enlaca d'une main et qu'elle me tenue le torse de l'autre, je me sentis néanmoins en pleine forme. Comme si j'étais sec, comme si le temps était ensoleillé sans virer au lourd. Le temps parfait quoi. Dans ma tête, il devait même avoir quelques poneys qui se baladaient sur une colline, chantant car oui dans ma tête les poneys peuvent chanter, leur bonheur à tue-tête. Je ne sentais plus non plus les odeurs pestilentielles de la ville. Ordures, poils de chats... mon nez reniflait exclusivement le parfum de Aoko que j'approchais de moi par la taille. Nos lévres, tout comme nos corps d'ailleurs, se touchaient. Mais même si elles étaient scellées justement l'une à l'autre nous empêchant de parler, beaucoup de mots se disaient. Des mots qui ne peuvent se faire entendre de la voix aux oreilles mais du corps au coeur.

Ma langue entourait la sienne, mes mains se promenaient sur son corps, remontant jusqu'à son visage pour le tenir doucement. Ses habits tout comme les miens avaient un effet plaqué-mouillés. Ça rendait la scène sexy, mais pas obscène. Et au lieu de penser à la mater, c'est pour dire, je pensais à quel point je l'aimais. Puis aussi... à quel point je ne voulais pas terminer ce baiser. Car je savais, et je suppose aussi bien qu'elle, que lorsque nous allions le terminer, les choses seraient différentes. Qu'on ferait comme si de rien était, qu'on s'éviterait, ou pire encore, qu'on s'enguellerait. Quoi que l'indifférence reste la pire des souffrances... je préfère autant qu'on se crie dessus. Même si de tous ces choix, je ne suis pas capable d'en sélectionner un. J'aimerais qu'on m'annonce que ce n'est pas ma cousine, ce serait tellement plus simple. Mon souhait surement le plus profond à cet instant.

Le moment fatidique arriva. Soit, notre besoin en oxygène. Car au fur et à mesure qu'on s'embrassait, on perdait patience, et on y allait moins doucement. Peut-être aussi parce qu'on voulait profiter un maximum des dernières secondes, car c'est ce qu'on se disait comme je vous l'ai déjà ecrit : Quand il se terminera, ce baiser, il y a très peu de chance pour qu'on le regoûtte d'aussitôt. Et c'est vrai que ce n'est pas faux... erm. Se détachant mutuellement de l'un l'autre, on échanga des regards. Son front collait pratiquement le mien et nos yeux, baignaient dans l'âme de l'autre. Sommes-nous, vraiment, amoureux ? Et si oui, quoi faire ?

    - Aoko, tu... refis-je, dans ce que l'on peut considérer comme étant un murmure, ...vas attraper à froid.

C'était la seule chose que j'avais trouvé à dire. En même temps, j'étais désarçonné. Je n'étais ni sur de mes sentiments, probablement parce que je ne voulais pas y croire, ni tranché sur la façon dont on devait se conduire à présent. Oublier, s'éviter, s'engueller ? Pour l'instant, je préférais ne pas faire d'erreur, et donc, je pris la décision d'oublier. Je dis bien pour l'instant... même si le risque que plus tard ce soit 'trop' tard, est pendu au dessus de ma tête telle une épée de Damoclès.

    - Je crois qu'on devrait rentrer...

Me raclant la gorge en tournant mon visage vers un point mort, je fis quelques pas en arrière, juste histoire de me défaire de sa si enivrante présence. Désormais sous la pluie, j'attendis qu'elle se décale du mur pour commencer à marcher l'air de rien. Je ne sifflais pas non plus mais c'était limite. Situation très frustrante car si je ne faisais rien de concrès, rien n'allait paraître sérieux et donc rien n'allait être plus clair autant pour elle que pour moi. Mais je n'avais pas de choix. Je préférais ne pas faire d'erreur. Quand elle fut prête à lever le camp, on sortit de la ruelle direction la route principale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Koro Juùrii

Admin


Masculin Age : 23
Date de naissance : 22/03/1995
Messages : 268

MessageSujet: Re: Ruelle sombre Sam 4 Fév - 10:11

    J'avais donc traverser les couloirs de house fukkou d'une marche assez rapide comme si je voulais fuir quelque chose, me spas m’emmenèrent devant le hall du bâtiment et je suis sortie simplement avec une veste pas très chaude dans le froid d'hivers. Je partis loin du bâtiment en direction de la ville et mes pas m'arrêtèrent donc dans une ruelle sombre, la même que lorsque j’ai tuez le pauvre gosse sans défense mais pourtant, j'avais eus un plaisir à faire ça, entendre ses supplication, son sang coulé et ses cris de douleurs... ça me fais du bien de voir les autres souffrir, tant que ce n'est pas moi ni Kaname.. Je me sent bien. Ces pensés, me fis presque arrêter net me spa,s ouvrant en grand les yeux pour ce que je viens de dire. J'y croyais pas, suis-je si méchant que ça ? Les poings serrer, je me mordillais la lèvre tout en fermant les yeux alors que mon cœur semblait faire des rebonds incessants dans ma poitrine. Je me retournais pour coller mon dos contre le mur, glissant contre celui-ci pour me retourner assis sur le sol, les yeux fermer, le ventre noué. Ouvrant ensuite un peu les yeux, je regardais alors le vide car il faisais sombre et rien ne me faisais accrocher le regard en quelque sorte, rien ne m’intéressait. Tout ce que je pouvais savoir c'est que je me dégoutais un peu, je pensais des choses vraiment horrible, non ? Dire que c'est super de tuez des enfants en plus, on se demande bien d’où j’ai eus ses pulsion meurtrière... après tout, je vins d'un hôpital psychiatrique, y'a plus de surprise en apprenant ça par la suite. Soupirant, je baissais la tête, complétement perdu.

♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣




Koro Theme

IMPORTANT:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Koro Juùrii

Admin


Masculin Age : 23
Date de naissance : 22/03/1995
Messages : 268

MessageSujet: Re: Ruelle sombre Sam 4 Fév - 16:24

    Toujours assis dans ces rues, il faisait froid, je repliais mes jambes contre moi tout en posant simplement mon front sur mes genoux alors que mes bras était pendu, mes mains posé sur le sol. Il re commençait à neiger, je suis bien moi... Je n'ai pas envie de me lever en plus, vaut mieux que je reste ici le temps que je me calme correctement. Tant que je ressent l'envie de tuer.... Je bouge pas ici. Vaut mieux, car bon, si je tue à la maison de correction ... Je risque de le sentir passer après, Soupirant, les yeux fermer, j'écoutais le spas lent des personnes qui passaient par ici, surement des pédophiles t'sais ou des prostituer qui cherche des victime tout comme les assassin de mon genre sauf que c'est pas la même chose évidemment... Entre le plaisir et la souffrance, je pense que là... on vois la différence.

    Je finissais par lever la tête pour regarder à qui j'allais avoir à faire puis finalement c'est un homme avec une longue cap noir au loin qui semblait me regarder, il crois vraiment que je suis quelqu'un de faible ? Qu'il s'approche seulement... Je pense que je vas lui faire sa fête même si il risque d'être plus grand que moi. Mon regard se fit dur et mes mains qui restait le long de mon corps, on aurait dis que j'étais mort de froid alors que tout simplement je dévisageais cet homme , où je ne voyais pas grand chose de lui et son physique donc... alors ? que va tu faire mec ? Bougeant un peu mon cul pour éviter que je me fasse mal en me levant, il finissait par enfouir une main dans sa poche pendant que moi je regardais ailleurs pour observer l'endroit, peut être y'a t-il des choses coupant ? Moi perso j'ai ma hachette de "poche" donc hein... héhé.

♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣




Koro Theme

IMPORTANT:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Koro Juùrii

Admin


Masculin Age : 23
Date de naissance : 22/03/1995
Messages : 268

MessageSujet: Re: Ruelle sombre Sam 4 Fév - 21:27

    Après avoir fait un tour des lieux avec mon regard, je l'orientais devant moi et l'homme était plus là. Hm ? Un peu surpris que je n'ai l'ais pas vue partir, je me levais donc tout en m'étirant doucement les bras qui était un peu engourdit par le froid. Il est passé où ? il a abandonné ? Déjà ? Je m'avançais doucement et prudemment, en essayant de le retrouver du regard, sans rien dire. Je sais pas pourquoi mais je le sent mal là, le pire c'est que j'ai pas envie de partir, j'aime le danger ? Faut croire. Les mains dans les poches, je m'arrêtait donc dans un cul de sac , je m'apprêtais à me retourner lorsque je me retrouvais devant l'adulte qui avait un sourire malveillant au passage aux lèvres, oh-oh. M reculant sur le coup, il me donna un coup en pleine tête, je tombais alors sur le sol, lourdement plutôt alors qu'il semblait vouloir me bloquer pour pas que je me relève. Un fou ? Je pense aussi, je suis pas seul ça me rassure. Relevant la tête, je bloquais son second coup tout en laissant du sang coulé d'entre mes lèvres. Alors toi, tu va mourir, ici et tout de suite. Mes sourcils froncés sur le coup, je serrais du mieux que je pouvais l’emprise de sa main dans la mienne alors qu'après je le poussais de toute mes force pour que je puisse prendre ma mini hachette de sous ma veste...

    Bien simuler pas vrais ? Un sourire sadique aux lèvres,j'attendais qu'il se rapproche afin de lui blesser l'épaule , j'avais pas réussis à coupé son bras car évidemment c'est pas assez coupant ce que j’ai mais j'étais déjà assez satisfais de voir qu'il avait eus mal, son petit cris de douleur m'avait comme soulager la conscience, aller savoir pourquoi. Je ne vais pas me laissez faire tout de même, j'ai mieux à faire tsk.... Le regardant avec un regard froid et dur comme la pierre, je me ravançais vers lui afin de lui foutre un coup de pied dans le ventre bien que je commençais déjà à avoir mal au cœur, je dois le finir sinon c'est moi qui vais y rester ! Essuyant ma bouche du sang de mon propre corps, je m'apprêtais à paré son coup mais alors que je croyais qu'il allait me mettre une patate, il me fit un croche patte et me mis ensuite un coup de pied dans les côtes. Je crachais du sang tout en gémissant de douleur car oui, je suis humain tout de même et ça ne fait pas du bien. Je ne lâchais tout de même pas ma hachette et je relevais la tête tout en souriant, il crois qu'il me fais peur ? il peut se la foutre dans le cul .... Je lui attrapais la jambe en riant comme un démon, je m’amusais bien au fond... oh ouiiii.

    Je voyais bien qu'il s’inquiétait de la situation, mon gars, t'es tombé sur un sadomaso complétement fou .... ça te fais peur ? M'accrochant à son jean, de ma hachette je lui tranchais l'autre jambe sans pour autant séparer celle-ci de son corps, rhoo... Hurlant de douleur, il me repoussa une nouvelle fois et je réussis alors à me relever grâce à une poubelle qui était derrière moi. Il va faire quoi maintenant ? Je ne suis pas prêt d'abandonner ... héhé. Toujours en souriant sadiquement, je sentais mon cœur s'emballer et je n'avais pas mes médoc's sur moi.... tant pis. alors que je croyais qu'il allait se battre encore, il partit comme un lâche.. quoi.. c'est tout ? MAIS REVIENS PETIT CON ! C'est pas croyable... Énerver, je mis un coup de poing dans le mur et je sentis ma main craquer , mais cela m'importais peu car pour l'instant, c'est vrais, j'avoue, j'avais les boules. Je sortais de l'impasse tout en regardant de droit eà gauche si il y avait personne... Bien. Posant une main sur mon ventre qui me faisais horriblement mal, je levais ensuite la tête vers le ciel, il faisait encore très froid et la température ne semblais pas remonté, m'enfin..

♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣




Koro Theme

IMPORTANT:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Koro Juùrii

Admin


Masculin Age : 23
Date de naissance : 22/03/1995
Messages : 268

MessageSujet: Re: Ruelle sombre Dim 5 Fév - 11:18

    La tête qui me tournais soudainement, je fermais les yeux sur le coup et me laissais tombée le sol contre le mur un grand coup, me laissant une nouvelle fois glisser le long de celui-ci tout en crachant un peu de sang. La prochaine fois, je prendrais mes médicaments, faut toujours que je me mette dans une sacré merde à chaque fois, enfin j'ai l'habitude maintenant. Laissant mes jambes à moitié plié, je regardais ensuite le vide tout en gardant une main sur mon buste , celle-ci serrais mon tee-shirt alors que j'essayais de respirer correctement. J'ai juste à me calmer, crever ou attendre que quelqu'un vienne m'aider, enfin la dernière chose n'est surtout pas prêt d'arriver donc j’ai juste à espérer.

    L'autre con c'est cassé alors que je l'avais même pas finie, les gens peuvent être de vrais froussard quand ils s'y mettent c'est fou... enfin bon, je ne peut pas tellement en dire des tonnes sur ce sujet là. Soupirant, le souffle saccadé, je fermais une nouvelle fois les yeux avec espoir que mon cœur allait arrêter de battre à mort, ce qui en plus me faisait assez mal. De mon autre main libre, je la posais sur mon ventre, appuyant un peu pour essayer d'atténuer la douleur mais rien n'y faisais, l'autre abrutis m'avait complétement cassé les côtes, enfin façon de parler, j'ai mal mais pas jusqu’à hurler de douleur, encore heureux ma foie. J'en profitais tout de même pour ranger ma petit hachette, la dissimulant sous ma veste pour pas que l'on me la prenne si quelqu'un viens me voir, j'attendais ensuite que le temps passe tout en me mordillant la lèvre alors que les douleurs m'accablais.

♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣




Koro Theme

IMPORTANT:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Miki Uchiga



Féminin Age : 22
Date de naissance : 16/01/1996
Messages : 615

MessageSujet: Re: Ruelle sombre Dim 5 Fév - 13:31

    [ Sa va nous rappeler des souvenirs ;D <3 ]

    Empruntant plusieurs chemins, je ne faisait pas vraiment attention ou j'allait, mais je me souvenais même plus de comment allez a la plage. La première fois que j'y suis allée, c'était avec Noa, sa remonte a assez loin, et depuis le temps, bas, j'ai oublié ! Je marchais donc, le nez en l'air, regardant la neige tomber. J'avait mis mes mains dans la poche car j'avait pas pensée a mes gants. Tant pis !

    Alors que j'emprunter une ruelle un peu plus sombre que toute les autres, je vit une tache un peu plus loin. Pas très rassuré, je continuais a avancer, hésitant a faire demi tour. Mais je m'abstint, je suis courageuse ! Je suis courageuse et j'avance. Je continuez a avancer, passant devant la tâche, comme si de rien était, je me stoppa un peu après. Il ... Je me retourna et le regarda, le garçon qui était recouvert de neige. Je ne peux pas le laissez comme ça, c'est plus fort que moi. Les jambes tremblotantes, je m'avança vers lui.

    << Hé ! Ça va ? >>

    Bien sur, la question était idiote. Mais c'est instinctif. Car au moins, soit il me répond oui, soit il me dit des dégager c'est pas mes affaires et nian nian nian ! M'enfin, je m'approchais encore un peu et vit une tache rouge qui contraster vachement avec la neige blanche. Du sang. Il est blesser ? Roooh, je commence a regretter un peu de ne pas avoir fait demi tour moi !

    << Tu veux de l'aide ? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Koro Juùrii

Admin


Masculin Age : 23
Date de naissance : 22/03/1995
Messages : 268

MessageSujet: Re: Ruelle sombre Dim 5 Fév - 14:44

    Alors que j'essayais bien tant que mal de bouger un peu afin de sortir d'ici, surtout que la neige commençais à me recouvrir, j'entendais des pas mais pas des pas "sûr" , c'était assez hésitant et léger. Ouvrant donc les yeux, je plissais mes paupières car je ne voyais pas grand chose à cause de l'obscurité et le fait que je voyais flou. Tout ce que je pouvais savoir c'est que c'était une fille, cheveux vert... cela se vois même lorsque 'on ne vois pas trop.

    << Hé ! Ça va ? >> M'avait-elle demander avec une voix pas très sûr.

    Je m'abstenais de dire quoi que se soit car si je l'envoie chier et qu'elle se casse sans m'aider, je vais être bien moi. Pour une fois, je me taisais, quoi que c'est pas si choquant de me voir muet, je levais un peu plus la tête pour essayer de mieux la regarder, quoi que là,la douleur me submergeais et je ne pouvais pas faire grand chose. Lorsqu'elle avait vue que j'avais du sang, une grimace se dessina sur son visage, ,'avait-elle pas vue mon êtas avant ? je crains bien. Ben écoute, si ça te fais trop peur , casse toi et tout le monde sera content ! sauf que si je crève et que tu le sais... tu va en avoir sur la conscience je pense enfin bon.


    << Tu veux de l'aide ? >>

    « Hm.. » Répondis-je tout en toussant.

    Je ne pouvais pas faire grand chose à pars rester assis à cracher du sang. Elle devrait vite voir que je ne peut pas parler ! Du moins, elle ne sait pas que j'ai un problème au cœur et que en ce moment même il se crois au montagnes russes et bientôt je ne pourrais plus vraiment garder cette cadence , ni mon propre cœur d'ailleurs, il me faut mes médicaments, tout de suite ou au moins me soigner un minimum pour que je puisse être de meilleur forme hum... Je déteste me montrer faible, surtout devant des filles.

♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣ ♤♣




Koro Theme

IMPORTANT:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Miki Uchiga



Féminin Age : 22
Date de naissance : 16/01/1996
Messages : 615

MessageSujet: Re: Ruelle sombre Dim 5 Fév - 15:06

    Je le regardais, inquiète. Je suis censée faire quoi dans ce genre de situation. Je me retournais, regardant la ruelle pour voir si quelqu'un pouvait pas m'aidez mais elle était déserte. Je me retourna alors vers le mec. Je savais pas trop quoi faire, je me baissa pour etre a sa hauteur et mieux le voir. Et pour couronnez le tout je n'ai même plus de portable pour appeler les ambulances. Je ne peux pas le laissez la ! Il risque de mourir de froid !

    << Okay, alors, tu peux marchez ? Non, je crois pas ! Bon, je vais essayez de t’emmener a l’hôpital, d'accord ? Allez, viens ! >>

    Je lui pris sa main, le tira un peu, passa on bras autour de mon cou, et me releva afin de le relever lui également. On est debout ! C'est déjà sa ! Je respira un bon coup. Me demandant par ou je doit passez pour gagner le plus vite possible l’hôpital. Je fit un premier pas, et je faillit tomber, je me ratrappa de justesse.

    << Bon, alors. On va y allez doucement okay ? Allez ! >>

    Je le fit avancer, tout en le tenant comme je pouvais, c'était certes pas pratique, mais au moins, on bouger. Allez, direction l'hôpital !

    [ Tu peux y poster directement ? : ) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Lun 2 Avr - 10:10

Le Marsh était sorti de l'étouffant bâtiment qu'était House Fukkou. Un sentiment de culpabilité l'envahissait maintenant que l'adrénaline l'avait quitté. Y'avait de quoi à ce que tout le monde le prenne pour un con... Pourquoi est-ce qu'il fallait qu'il est réagit comme ça devant cet inconnu ? Pourquoi est-ce qu'il avait ressenti ce besoin d'agir comme son père ? Nerveusement il frottait son couteau fermé dans sa poche tout en se précipitant. C'était la première fois qu'il sortait de l'établissement depuis qu'il y était entré et il ne savait pas où aller. Ses pas le menèrent néanmoins du côté de la ville où il se promena sans but jusqu'à ce que son regard tombe dans une boutique d'électronique. Des téléphones cellulaires avec des forfaits avantageux étaient affichés en gros plan. Ouais, il en aurait probablement besoin d'un un de ses jours pour contacter qu'importe. Même si ça ne semblait pas une nécessité, il en voulait un ou plutôt, un autre. Celui qu'il avait déjà, contenant qu'un unique numéro, celui de Phil, resterait inutilisé à jamais mais toujours ouvert. C'était un souvenir dont il ne pouvait pas se débarrasser. Le chaman espérait désespérément et secrètement qu'un jour ce téléphone là sonnerait de nouveau et qu'il pourrait entendre la voix de son amour mort.

Sans réfléchir, il entra dans la boutique et se choisit un model de cellulaire plutôt simple, tout en regardant ensuite pour d'autre dépense inutile... ou peut-être pas. Il se prit aussi un ordinateur portable à haute performance avec une clé d'internet sans fil. Au moment de payer, c'est là qu'il se rendit enfin compte que la carte de crédit donner par sa gentille grand-mère était une Platinum édition limité. Ce qui lui donna ensuite l'envie d'aller tester son pouvoir d'achat. Alors, que pouvait-il être le plus gros achat qu'il pouvait se faire ? Il lui fallait au moins un truc utile... En passant devant une boutique de musique, il eu l'idée du petit cadeau idéal qu'il allait se faire. Elric se dégota une boutique d'instrument pour s'acheter un violon d'une très bonne qualité qui passa sans problème sur la carte, malgré qu'il s'est aussi payer tout ce qu'il avait besoin pour l'entretenir. Bon, après avoir claquer plus de trois mille dollars en moins d'une heure, il pouvait toujours continué dans sa lancé. En plus, c'était pas comme s'il sortait souvent. Ses autres achat par contre étaient plus simple mais testait aussi à savoir s'il avait des limites sur les articles. Il passa donc dans un sex shop pour acheter des condoms et du lubrifiant. Puis dans une pharmacie pour acheter des bandages, du désinfectants, passer un renouvellement de ses seroquel et se sorti de l'argent liquide. Il alla ensuite à une tabagie. Au début parce qu'il n'avait pas l'âge légal pour acheter des cigarettes on le lui refusa sauf lorsqu'il montra sa carte de crédit.

Plutôt amusé, il s'enfonça dans des rues plus sombres. Le soir tombait sur la ville et il savait que s'il ne trouvait pas bientôt ce qu'il cherchait, il devait retourner à la maison de redressement pour ne pas se faire prendre après le couvre feu. Dans une ruelles, il trouva enfin ce qu'il lui manquait, un dealer de drogue. Le mec ne le prit pas au sérieux au début puis après lui avoir montré le fric, était devenu soudainement plus bavard. Le Marsh n'était pas assez inconscient pour faire entrer de la dope dans cet espèce d'asile de fou mais au moins il savait exactement ce qu'il avait de besoin. Le marché noir pouvait aussi servir à faire sortir des médicaments qui nécessite habituellement une prescription. Bah ouais, la folle de médecin avait pas voulu lui donner d'anti-douleur pour ses côtes, il allait les prendre ailleurs. Il n'eu pas grande difficulté à obtenir ce qu'il voulait, un pot de trente oxycontin 20.

Elric s'enfonça ensuite dans les ruelles en espérant trouver un raccourci pour retourner à House, les deux bras chargés de ses emplettes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Jeu 12 Avr - 20:09

    Je marchais calmement et même lentement, assez loin de 'autre pour pas qu'elle ne me voie ni m'entend aussi facilement. Dans les film, j'avais bien regarder mine de rien comment les tueurs suivaient leur proies.. près tout, si c’est moi que quelqu'un suit, faut bien que je sois au courant de quelque truc quand même ? Mais bon, j'avais aussi les mains dans les poches tout en regardant devant moi, même si au fond je bouillonnais, j'avais envie de tout finir, tout de suite et maintenant. Je grinçais discrètement des dents en attendant ensuite à coté du magasin ou elle était rentrée. J’espère qu'elle fera vite et que surtout, les autres ne viennent pas car bon.. Je n'ai pas trop envie qu'il me voient, surtout Stan.. Chassant vite ses pensés, mon regard se fit de nouveau dur et lorsqu'elle sortait enfin du magasin, elle passait ensuite vers moi et un sourire sadique apparu sur mes lèvres. On est à cotés d'une ruelle sombre, c'est pas génial ça ? Et puis, je suis sur que je suis pas le seul à avoir tuer dans ce coin là.. Du moin je l'espère. Lorsqu'elle était devant moi, enfin qu'elle passait plutôt, je lui attrapais sèchement le bras et la ramenais vers moi. Bien sûr, je partis très rapidement dans le noir , en la trainant de force alors qu'elle se débattais en gueulant.

    - Mais la feeerme. Dis-je d'un ton dur en me retournant vers elle après être suffisamment loin de la population.

    Elle avait de la force tout de même, j'arrivais pas à la tenir correctement et elle m'échappais des mains. Fronçant les sourcils alors qu'elle commencais à partir, je levais mon bras pour lui mancer une boule de feu aux jambes et elle se fracassais alors soudainement la tête sur le sol en hurlant de douleur. Ben dis donc, il lui en faut peur pour avoir autant mal ! Mais je ne suis pas mieux.. M'approchant donc calmement d'elle, je m'arrêtais ensuite tout en la regardant avec mon air sadique que je regrettais au fond. Je sais que je fais une connerie mais.. Ma haine est bien trop forte contre ma propre raison. Je serrais les poings alors qu'elle relevait la tête vers moi avec les larmes aux yeux.


    - C'est quoi ton problème à toi merde ????!!

    Grinçant des dent, je lui envoyait un coup de pied violent en plein visage en lui disant de se la fermer alors que mon coeur se serrais au maximum. J'avais envie de tout balancer, lui dire toute les raisons de ma haine mais d'un coté, je voulais qu'elle meurt bête, de la punir ... S'en était vraiment de trop. Je serrais une nouvelle fois les dents en réflechissant à ce que je pouvais lui faire subir. Quelle douleur est la plus horrible pour un humain ? pour moi c'est les paroles mais en tant que physique je pense qu'il faut faire durer la douleur pour qu'elle sache une bonne fois pour toute qu'elle est tombée sur le mauvais gars à coller.. Surtout quand il à un foutu petit ami possessif et extrêmement jaloux. Oui, je me vise et alors ?
    Je soupirais, passant une main dans ma frange en la regardant durement. Elle reprit ses esprits mais pas assez pour parler de nouveau, elle avait bien compris que j'allais pas laisser tout ça ici, je devait tout finir.. J'ai commencer après tout. Je regardais de droite à gauche puis je sortais de ma poche un couteau. Oui, je me balade aussi avec ça sur moi.. Et je le vaut bien. Je m'en suis jamais séparé, Stan ne l'a jamais trouvé.. Et j’espère que jamais il le trouvera. Je m'en sert que pour de rares choses mais là il va pouvoir me servir.. Souriant de nouveau sadiquement, je m'abaissais pour être à sa hauteur alors qu'elle me regardait , horrifiée de mon comportement. On dirais moi, devant un tueur.. Cela me fais mal quelque part, je reproduit quelque chose que jamais je ne voudrais vivre mais bon. Je lui attrapais fermement puis avec mon couteau, je lui enfoncais celui-ci dans la gorge, très lentement mais bien sur, ses mains étaient prête à me repousser.


    - C'est perdu d'avance pétasse.

    Mes feux follets qui étaient aux aguets, avaient grossient tout les deux très vite et avaient donc foncée sur Wendy pour lui bruler les mains pour qu'elle puisse me toucher aussi facilement. Elle criait, et moi , je restait là, à me rejouir de son malheurs.. Cachant mon regard de mes quelques mèches rousses, je ressortais le couteau de sa gorge et elle suffoquait, merde, je lai enfoncer au mauvais endroit.. Soupirant, je me redressais et d'un seul coup, je lui enfonçait à plusieurs reprises mon couteau à son dos, puis sa nuque, alors qu'elle hurlait à s'en arracher la voix, pleurant en même temps, comme je l'aurais fait dans ces situation.. Lorsque je me rendait compte de ce que je faisais pendant un cours instant, je me levais donc d'un coup alors qu'elle commençais à mourir , puis en tendant mes deux mains, j'envoyait à plusieurs reprises des boules de feu jusqu'a que sa se transforme en une sorte de rayon de feu mais pas si puissant que je l'aurais imaginer.. Tant pis. Elle fut alors cramée, inerte au sol, baigner dans son sang.. alors que moi, je fut immobile, les yeux ecarquillés.

    - Je... Je l'ai.. Je l'ai fait, ... Sa y'est.. JE L'AI TUÉE ! Gueulais-je ensuite, en souriant comme un taré.

    Puis je riait, riait comme pas permis, comme un démon. Je riait tellement que au bout d'un moment, lorsque ma haine se dissipais, je m’immobilisais une nouvelle fois. Ma conscience avait tout rattraper, la peur, la timidité, la douceur.. Tout, tout revenu d'un seul coup. Cette scène qui me donnais envie de vomir, de l’effroi montait en grade et mon visage se baignait d'horreur.
    En un instant, je voyais tout ma vie déffiler devant mes yeux et ce sang.. ce sang me montait à la tête. Un cris, j'avais hurler, hurler ma peine. J'avais tuer pour de la jalousie, pour la deuxième fois de ma vie j'avais commis un meurte, moi, Kyle. Prenant ma tête dans mes mains, je hurlais encore et encore , comme pour évacuer toute cette peur et tout ce stresse que j'avais accumulé depuis des années. Je tremblais de partout, ne sachant plus quoi faire ni quoi dire, je restais comme une statue.. Jusqu'a que je tombe sur le sol et je me recula contre un mur qui était tacheté de sang, de ce sang.. Hurlant encore, je savais plus quoi pensé, j'étais déboussoler.. J'ai honte, honte de moi, de mon comportement, j'ai peur de ce qu'il va se passer ensuite.. Des larmes fient ensuite apparition aux coin de mes yeux pour ensuite perler le long de mes joues à flots. Je me recroquvillais alors au sol comme un enfant perdu, me balancant de gauche à droite en tremblant de partout. Maman, Papa.. Bordel, pardonnez moi, et Dieu.. Pardonnez moi aussi pour cette affront. Stan.. Ne me hais pas, je t'en pris.. Pardonnez moi tous... Les yeux fermés, je ne voulais plus rien voir mais cette odeur de mort me faisais tout le temps ramener à la réalité,le pire c'ets que.. j’entendais des voix, on venait, on avait entendu mes hurlements.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Dim 15 Avr - 13:20

Tandis que Wendy continuait son petit numéro, des bruits de pas se firent entendre et bien entendu, il s'agissait du restant des filles qui venaient rejoindre la brune. Sûrement qu'elles avaient été faire des achats avant, ou bien quelque chose du même milieu .. D'ailleurs, en parlant d'emplettes, Wendy sembla se rappeler avoir une course à faire et nous dit de l'attendre, avant de disparaitre à un tournant. Je me serais volontiers passé de tout cela mais mes anciennes camarades étaient restées avec nous, comme pour veiller à ce que l'on reste ici. Mais qu'est-ce qu'elle me veut bon sang ? Et d'une question bête. Je connais ses intentions et bien que cela soit peine perdue, elle a toujours été persévérante, ou devrais-je plutôt dire, têtue comme une mule. Elle n'a visiblement pas changé sur ce point, enfin il faut dire qu'en quelques mois, on ne refait pas le monde. Moi aussi je suis toujours le même qu'auparavant, j'ai toujours été ainsi. Con, impulsif et avec toujours le même talent pour me foutre dans la merde. Non, c'est décisif, jamais ma vie me pourra être calme et tranquille.

Tandis que les filles discutaient un peu, Kathy elle, restait en retrait, puis mon regard fut attiré vers ce qui ressemblait à Phillip, dans une ruelle peu éloignée. Keuwah ? Que fait-il ici ? Kyle est avec lui ? Je ne peux que l'espérer pour son état mental du moins, pour moi par conséquent, c'est peut-être bien moins réjouissant en prenant en compte notre dispute, enfin .. Je dois en avoir le cœur net. M'approchant donc d'un pas rapide, je vis assez vite que Kyle n'était pas présent, seulement Pip et Ryuku. C'est étrange .. Il ne l'aurait tout de même pas laissé en plan dans son état ?! Mon cœur se retournant d'une traite, les premiers mots qui s'échappèrent furent 'Où est Kyle ..?'. Derrière moi, Kathy et les filles nous avaient rejoint mais je n'y prenais pas garde, les yeux braqués sur le blond que je déteste certainement le plus. Mais je n'ai en ce moment pas d'autres choix que de m'adresser à lui .. Il hésitait, ses paroles étaient confuses, comme s'il craignait de dire une bêtise. C'est mauvais .. Le lui redemandant d'un ton plus ferme, ne souhaitant vraiment pas jouer à ça, il finit par me désigner une direction et là, c'est mon cœur qui eut un arrêt. Le même chemin qu'a prit Wendy .. Le même putain ! Faites que ce ne soit qu'un hasard, faites que ce ne soit qu'un con d'hasard.

"
Je savais que ça se terminerait mal .." murmurai-je à l'attention de Kathy

Puis, en ayant suffisamment entendu, je m'élançai dans cette direction, alors que retentissaient des cris incessants et éloignés. Ceux d'une fille. Il ne m'en fallait pas plus pour identifier la situation. Elle n'a aucune chance .. Pourtant ce n'est pas pour elle que je cours, pas pour elle que j'ai peur .. Puis plus rien. Puis un nouveau cri. Un cri d'horreur. Kyle. Durant ma course, je sus à cet instant qu'il était trop tard, c'était foutu. Plus rien à éviter, plus rien à sauver. C'est terminé. Mon corps soudain plus lourd à porter, je ne ralentis pas pour autant, continuant jusqu'à déboucher dans la ruelle à présent silencieuse. Je ne pouvais qu'entendre de légers sanglots, et distinguer, à la lueur des petites flammes qui étaient certainement les feux follets de Kyle, un corps au sol. Wendy .. Je ne voyais pas grand chose, seule une imposante tâche sombre, sûrement de couleur carmine à la lumière du jour, attirait mon regard. Du sang.

J'étais mal, mais je ne savais plus vraiment pourquoi. Tant de raisons .. Le mal-être de Kyle que je pouvais entendre silencieusement pleurer, ma culpabilité, peut être un léger attachement à Wendy que je connais tout de même depuis l'enfance, l'odeur de la mort .. Mais c'était surtout Kyle. Kyle qui allait certainement changer. Anciennement traumatisé d'avoir donné mort à quelqu'un, quelle pouvait bien être sa réaction à présent ? Sa culpabilité ? C'était bien trop dur à doser. J'avais mal pour lui, je ne voulais pas qu'il s'en veuille, pas qu'il redevienne l'être fragile et renfermé qu'il était à notre rencontre. Je pensai l'avoir ne serait-ce qu'un peu sortit de tout cela mais ça a recommencé .. Tout est encore ma faute putain .. Je dois vite le sortir de là, lui faire quitter ce gouffre, je ne peux pas dire que ce n'est pas grave mais pourtant .. Non, ce n'est pas grave. Il n'y est pour rien, je ne peux pas .. Je ne pourrais jamais lui en vouloir. Ce n'est pas le responsable .. Dés l'instant que l'on s'est échangé notre amour, je me suis promis de le protéger. Je le ferais. Jamais personne ne sera au courant de cette histoire, je me battrais pour lui s'il le faut, je le défendrais jusqu'au bout. Mais je ne laisserai jamais personne lui faire du mal, ni le juger .. Ce n'est pas sa faute. Mes pupilles s'habituant à la pénombre, je pouvais distinguer la silhouette recroquevillée de mon petit ami, et le fixai, jusqu'à ce qu'un nouveau cri retentisse derrière moi et me coupe dans mon tourment. On m'avait rejoint. Tournant la tête, à présent sur la défensive vis-à-vis de Kyle, je ne jetai qu'un regard plein de mépris aux filles qui sûrement, avaient été choqué par cette scène sanglante. Cassez vous d'ici ..

"
Éloignez-les." prononçai-je froidement

Ma première parole depuis déjà quelques minutes. Je n'avais eu le courage de parler, de prononcer quelque chose, tout était resté bloqué dés l'instant que j'avais heurté cette réalité. M'étant évidemment adressé à mes amis, ceux-ci tâchèrent d'emmener les jeunes filles autre part mais je n'accordai aucune importance aux mots échangés et sons de protestations des amies de ma défunte ex. Ayant reporté mon attention devant moi, je finis par doucement m'approcher sans ne plus jeter le moindre regard au corps de Wendy, bien que je sentais une substance liquide sous la semelle de mes basquettes, puis m'arrêtai une fois à proximité de mon petit ami. Touchant d'abord son bras pour un peu me repérer dans cette pénombre, je l'avais sentis légèrement reculer, par crainte certainement mais me penchai un peu pour le prendre dans mes bras, aussi doucement que possible. Murmurant son prénom, pour bien qu'il comprenne qu'il s'agissait de moi - Sait-on jamais. -, et aussi pour qu'il sente que je n'étais pas, ou plus énervé, je me sentais un peu perdre mes moyens dans ce moment. Et s'il me repoussait ? Que faire maintenant ? J'ai sûrement passé le plus dur mais à présent je me sens impuissant. Ce n'est pas comme un petit chagrin, il doit être affreusement mal et de simples mots n'y changeraient rien. Quelque part j'avais envie de rester silencieux mais je savais que je ne le pouvais pas, c'était impossible de faire comme si de rien n'était même si c'est ce que j'aurais voulu. J'allai devoir être présent, le plus possible, il fallait qu'il oublie, il fallait que je lui change les idées, qu'il remonte la pente, et le plus vite sera le mieux ..

"
C'est finit mon bébé, je suis là .. Et tout va bien se passer. On va oublier cette histoire et tout va redevenir comme avant, d'accord ..?"

Plus rien n'irait de travers, Wendy n'était plus. Même si quelque part j'en suis un peu chamboulé, c'était sûrement le mieux à faire, me voici à présent séparé de ce passé définitivement. Et plus rien pour le rendre jaloux et lui faire du mal, du moins je l'espère .. À présent, j'allai pouvoir être certain que cette histoire ne se renouvelle plus, c'était peut-être justement ça, la solution, même si je ne peux dire qu'elle est moindre. Peu importe, aucun retour dans le passé n'est possible, il ne me reste plus qu'à espérer le rétablissement de mon Kyle, et je le soutiendrais dans cette histoire. Histoire qui d'ailleurs, je l'espère, ne pèsera pas trop lourd dans sa fragile conscience .. Le regard dans le vide, je resserrai légèrement mon emprise puis penchai quelque peu ma tête afin de donner un petit bisou à son cou, quelque part apaisé de l'avoir dans mes bras, malgré la situation. Kyle, je t'aime tant .. J'aimerai que tout aille pour le mieux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Dim 15 Avr - 14:09

    Je continuait de sanglotter alors que le spas venait nombnreux, je savais plus ce que je devais faire à présent. Va t-on me traiter de monstre ? de tueur sanguinaire ? De meurtrier ? Je m'attendais à tout, à toute parole qui serais evidemment la vérité, la réaliter.. Je me prenais moi même pour quelqu'un d'horrible, je m'en voulait à un tel point que je voulais me voir disparaitre.. Mes joues était bondé de larme et j’entendais de là ou j'étais des cris de d'autre filles, surement les potes de Wendy qui était morte , cramé au sol. Mon coeur qui me faisait mal, je toussais sur le coup alors que quelqu'un s'approchait de moi. Je sentis une main et directement cela me fis reculer. Non, me regarder pas, me parler pas.. Je n'avait pas eus le temps de faire et dire quoi que ce soit que je me retrouvait dans les bras de Stan qui avait énoncer calmement mon prénom d'une voix triste. Je restais immobile, les yeux grand ouvert, bouche bée. Il n'est pas en colère ? il m'en veux pas ? Mais Stan, qu'est ce que tu fou merde ? J'ai tuer une amie à toi.. Et tu me dit rien ? tu m'engueule pas ?même pas une baffe ? je me sent si pitoyable, il ne faut pas avoir de la peine pour moi.. Je suis si faible dans ces moment là, j'arrive pas à assurer..

    Je suis tellement désoler Stan. Mes bras se pendant dans le vide, mon regard en était de même alors que Stan me serrais doucement contre lui. J'aurais voulu aussi le serrer contre moi, lui dire mille fois des je t'aime, des désolé.. Mais rien ne fera que j'oublierais, ses paroles me fit chaud au coeur mais en même temps, j'étais mal. C'est pas fini, loin d'être fini.. Je ne disait rien, comme si j'étais devenu un zombi mais je réflechissait, je ne voulais pas parler pour rien,je ne veut pas perdre du temps. Les larmes continuant de couler, je humais l'odeur de Stan qui me fit redescendre sur terre. Malgré tout ce que je fais, tout ce que je dit.. Il reste près de moi, il ne se fache pas très longtemps et me montre son amour.. J'ai tuer, dis des choses horrible et il réussis à rester avec moi, à me soutenir.. est-ce possible un amour ausis profond ? est-ce qu'un rêve ou la réalité ? J'étais surpris,même choqué de tout ses évènement. Je suis un monstre merde.. Vais-je pouvoir tout oublier ? Soudain un flash back, je me rapellais de l'instant ou j'avais dit à Stan que je l'aimais, on avait attendu, c'était passé au drame.. Puis, après, je lui ai redemander, on est sortis ensemble.. C'est moi qui est voulu ça.. Je sais pas si je vais abandonner aussi vite et facilement. Tout va pour le mieux et moi, je continu à tomber dans un gouffre sans fin..

    Au bout d'un moment, je levais les bras , non pour le repousser mais je l'enlacais aussi, je répondais à son étreinte qui me faisais le plus grand bien. Sa voix m'avait tant manquer, son odeur, son regard.. Tout, tout m'avait manqué, même si ça ne faisait qu'un jours, j'aurais crus que c'était des mois et des mois qui était passé. Oh Stan, je t'aime tellement moi aussi.. Et j'en fait tout un plat, j'aimerais oublier mais sa va être difficile , c'est comme si le passé se repêtais, comme si tout ce que j'avais vécu avant en horreur revenait à la charge et ça fait mal, très mal, j'en peut plus Stan, pourquoi dois-je être aussi difficile ? Je me pose tellement de question que je ne vois pas ce qu'il se passe réellement et je reste sur des sujets qui sont déjà passer... J'ai tuer cette meuf, c'est passer, c’est fait et je ne pourrais pas revenir en arrière, c'est impossible maintenant.. Mais.. J'aimerais vraiment que tout redevienne comme avant, comme Stan. Je veux le soutenir à ma façon et montrer que moi aussi je peut passer à autre chose.. Avec lui et les autres, je suis sûr que j'y arriverais mais pour combien de temps ?Tout ce que je sais pour l'instant c'est que Stan est à mes cotés et pour toujours, je l'espère.. Je ne pourrais jamais le remercier autant pour tout ce qu'il a fait pour moi. Je m'en veux encore mais maintenant qu'il est là.. Je ne serais plus seul pour porter se gros fardeau. Son baiser à mon cou m'avait réchauffer, j'allais mieux mais il fallait que l'on parte d'ici..


    - Je t'aime tellement.. Je m'en veux tellement d'avoir fais ça.. mais.. Je.. Je suis prêt.. A.. A essayer d'oublier.. avec toi.. Dis-je ensuite d'une petite voix, le souffle coupé.

    Je le serrais, je me collais contre lui, posant ma tête contre son buste pour avoir autant de sa chaleur contre moi que lui avec ma chaleur contre son corps. Je t'aime, je t'aime, je t'aime.. Je pourrais le dire 1000 fois si je le pouvais mais tu dois t'en douter à présent. Mes larmes s'écoulant encore , on finissait par donc se lever. Il m'aidait à m'essuyer le sang , j'avais encore le regard vide et des envies de vomir mais on sortait donc calmement de la ruelle sombre, faisant comme si rien ne c'était passer. Je pris la main de Stan , la serrant dans la mienne assez fort mais pas autant pour lui ecrabouiller bien etendu.. Je ne voulais plus le lâcher.. Me retournant vers lui après être bien éloigné des ruelles, je levais la tête vers Stan qui me regardais de même.

    Je pris son autre main , me mettant ensuite légèrement sur la pointe des pieds pour l'embrasser. Ses lèvres, ce gout.. J'en avait tellement envie, Je voulais tellement encore lui montrer, lui faire ressentir la preuve de la force de mon amour que j'ai pour son être. Je serrais doucement ses mains dans les miennes, finissant par glisser celle-ci jusqu'a son cou pour faire une étreinte et me coller à lui en prolongeant le baiser qu'il prit plaisir à faire de même.. Oh Stan.. Tu es plus que ma vie, tu le sais ça ? Si tu m'en aura voulu et que tu aurais continuer à m'ignorer, je sais pas ce que je serais devenu, peut-être rien, je serais partit autre part ou.. je sais pas, vraiment pas. Mais maintenant que tout va bien pour l'instant, je vais faire mon possible pour qu'il se sente bien et moi aussi d'ailleurs.. Je suis prêt Stan, avançons, et ne regardons plus derrière.. C'est le passé et rien d'autre. Le présent est un cadeau et le futur un mystère.. On verra bien ce que le destin nous réserve.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ruelle sombre Dim 15 Avr - 18:40

Kyle restait silencieux, sûrement qu'il était dans ses pensées ou bien se posait des questions, jusqu'à finalement m'enlacer également, ce qui me soulageait directement. Fermant les yeux, j'étais heureux de le sentir contre moi car naturellement, il m'avait manqué durant ce laps de temps passé loin de lui. Finalement il prit la parole et ses premiers mots réchauffèrent mon cœur précédemment absent. J'étais heureux de l'entendre dire tout cela, qu'il ferait un effort pour sortir ces horribles images de sa tête car je ne voulais en aucun cas qu'il soit torturé indéfiniment par cette scène. Non, il ne le fallait pas, les erreurs, qu'elles soient plus ou moins graves, peuvent arriver à n'importe qui, moi y compris et comme je l'ai déjà dit, il ne faut jamais vivre dans le passé, il faut tirer leçon de nos erreurs et toujours aller de l'avant. Le laissant me serrer, il se blottit contre moi et je remontai doucement ma main le long de son dos, le lui caressant tendrement en le gardant bien contre mon buste. Je suis soulagé que l'on se soit réconcilié tous les deux, à croire que rien ne pourra jamais nous séparer .. Et tout cas, c'est de tout cœur ce que j'espère. De petites larmes s'écoulant encore le long de ses joues blêmies, je songeai qu'il fallait que l'on quitte ce décor macabre au plus vite, aussi bien pour moi que pour lui. Cette ruelle ne doit plus exister, du moins, ce qui a eu lieu ici doit disparaitre de nos mémoires. Me mettant debout ainsi que lui, on quitta la rue, laissant derrière nous le cadavre de Wendy sans nous retourner puis, une fois à la lumière du jour, je pus le regarder puis, de mes mains que j'avais humidifié, le débarrassai de mon mieux de ses éclaboussures de sang. Évidement, il restait encore des marques au niveau de ses vêtements mais c'était déjà bien moins voyant. Lui caressant au passage la joue tandis qu'il regardait le vide, je me décalai ensuite pour reprendre notre marche alors que l'on débouchait dans une rue plus peuplée et éclairée, nous sortant de cette précédente ambiance morbide.

Alors que j'allai avoir le même réflexe, je sentis la main chaude de Kyle s'emparer de la mienne et la serrai alors doucement, tout comme lui, réconforté par cette petite étreinte qui nous était habituelle. Après encore quelques pas, une fois suffisamment éloigné, il s'arrêta, se tournant doucement vers moi puis il prit mon autre main après quelques instants à nous admirer mutuellement. Mes lèvres accueillant par la suite les siennes avec plaisir, mes bras eux, s'entourèrent de nouveau autour de sa taille tandis que l'on prolongeait le baiser avec douceur et amour, mes paupières se fermant une seconde fois. Je l'aimais tant, mon petit Kyle. Malgré les épreuves, malgré ses défauts, tout chez lui me plaisait, j'avais le sentiment qu'il était mon âme-sœur, et non, je n'en faisais pas de trop, bien loin de là. Sincèrement, je me voyais même faire ma vie avec lui, enfin pour le moment, il est vrai que l'on est un peu jeunes, autant profiter .. J'étais sûr d'une chose, je ne le laisserai jamais, mes sentiments étaient profonds, et leur donner fin était impensable. C'était mon Kyle. Caressant tendrement sa langue de la mienne tout en les mêlant, je finis par rompre le baiser, lui faisant un dernier petit smack avant de lui reprendre la main de façon à l'emmener avec moi vers une petite marche où l'on s'assit, lui sur mes genoux. Entourant mes bras autour de lui de façon légère, je laissai reposer ma tête sur son épaule, lui murmurant un petit 'Je t'aime.' avant de lui embrasser sa joue au goût encore légèrement salé. On resta de longues minutes comme ça, dans cette position, et l'on était bien tous les deux. Lui caressant doucement son petit ventre par dessus son haut, on finit par de nouveau se mettre debout et cette fois-ci, c'était pour rentrer à la maison de correction. Il ne faisait pas bien chaud et je crois que nous avons besoin d'un peu de repos, aussi bien lui que moi. Récupérant naturellement sa main, on quitta alors les lieux sans un mot de plus mais malgré mon léger mal-être, je me sentais mieux. Bien mieux. Nous sommes de nouveau réuni et sur de bonnes ententes, que demander de mieux ? Rien. Absolument rien. Car il est à lui seul la source de mon bonheur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ruelle sombre

Revenir en haut Aller en bas

Ruelle sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Fukkou :: Ect.. :: Ce qu'il reste-