AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Habitations : EVENT Normaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Dante McCry

Admin


Masculin Age : 35
Date de naissance : 18/01/1983
Messages : 1086

MessageSujet: Habitations : EVENT Normaux Dim 15 Avr - 13:29

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tamara Shiro



Féminin Age : 26
Date de naissance : 04/11/1992
Messages : 680

MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Mer 18 Avr - 22:10

    (Vraiment désolée du retard ! Je commence en douceur pour voir qui que c'est qui vient mais si quelqu'un à des idées pour faire avancer les rp, allez-y ! J'ai une inspi équivalent à zéro en ce moment donc bon, ça pourrait m'aider ! x D)

    Une semaine venait de s’écouler et je n’avais pas revu Dante depuis ‘l’incident’, trop occupés chacun de notre côté pour repasser du temps ensembles. Comme promis, j’étais reposée et en forme pour la sortie dont j’allais être chaperonne avec Kageri, l’infirmière que j‘avais rencontrée tantôt. En parlant de ma santé, toutes les marques sur mon corps avaient déjà disparues et la seule chose qui me trottait encore dans la tête à m’en noué l’estomac était cette histoire de pilule oubliée... Ça avait beau faire une semaine, je n’avais cessé d’y pensé sans le vouloir, jusqu’à en faire des rêves cauchemardesques la nuit. Et je peux vous dire que de passer sept jours avec une boule au ventre, c’est très, très fatiguant ! Peut-être devrais-je faire un test de grossesse pour en avoir le cœur net ? De toute façon… Y’a aucun risque que je sois réellement enceinte, pas vrai ? Ce serait juste… Histoire d’être fixée et de dormir sur mes deux oreilles ! Oui... Voilà c’est ça !

    Ce matin, la maison était bien animée au réveil. Comme une fourmilière, chacun s’organisait comme il le souhaitait avant le départ et chaque professeurs-surveillants vérifiaient les derniers détails. C’était amusant de croisé toutes ces têtes endormies, perdues, ne comprenant pas pourquoi ils avaient été réunis ici à une heure si matinale, ou même de voir les collègues que je n’avais pratiquement encore jamais vu. Oui, c’était amusant. Personnellement, j’étais vraiment très excitée à l’idée de prendre l’air en dehors de l’établissement, et si moi ça m’enchantait, certains eux, n’avaient pas l’air excessivement contents… Que voulez-vous ! On ne peut pas en demander des tonnes à des adolescents non plus ! Bref, rassemblant ma petite troupe autour de moi, j’avais fais l’appel comme il se doit et donner les directives à suivre durant la marche, car oui, nous allions marcher ! Encore un détail qui avait su faire ronchonner les plus paresseux d’entre nous. C’est également pour cette raison que tout le monde y compris moi étions habillés comme si nous allions en randonnée, soit, avec de bonnes baskets et des sacs à dos pour transporter nos affaires et les cadeaux des enfants. De vrais petits scouts ma foi ! Parée, je lançai le top départ et c’était partit pour une bonne heure de marche à pieds. Dans mes mains, les papiers essentiels à cette sortie : la fiche d’appel, le plan de la ville avec le chemin à suivre tracé au crayon de bois, et les renseignements sur l’auberge où nous allions logés ainsi que sur l’école où nous étions censé faire la rencontre des habitants du quartier, ceux-ci n‘ayant pas de salle des fêtes ou autres lieux pouvant tous nous accueillir. Cela dit, qu’ils est une école était déjà excellent ! Notre mission - si toute fois nous l’acceptions, uhuh - : passer du temps avec les enfants pauvres de Fukkou.

    Marchant à nos rythmes dans les diverses rues afin de rejoindre notre destination, on pouvait voir de loin la maison disparaître à vue d’œil, encourageant nos pas un peu plus. Et tandis que mes élèves se retrouvaient entre eux ou faisaient simplement connaissance, moi, je m’efforçai de ne pas laisser paraître sur mon visage les problèmes personnels qui me rongeait l’esprit. Pour ce fait, je me mis à sympathiser tranquillement avec ma collègue de voyage : Kageri. Toutes les deux, on avait des points en communs et un caractère assez similaire, ce qui nous avait tout de suite rapprocher et fait passer le courant facilement. L’avantage d’avoir un bon feeling avec ses collègues c’est que le travail est ensuite plus agréable et nous donne envie de nous appliquer d’autant plus. Motivation, motivation ! De bon entrain, on échangeait chacune notre tour nos expériences, tout en gardant un œil attentif sur les ados qui nous suivaient, les comptant régulièrement pour ne pas en perdre un seul.

    « Alors comme ça tu as un petit frère toi aussi ? Comment est-il ? Il est jeune ? » demandais-je curieuse à Kageri, continuant notre bonhomme de chemin à travers le village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Jeu 19 Avr - 2:55

Je m'étirai tranquillement et bailla... à cause de la sortie je devais me lever plus tôt qu'à mon habitude en tout cas à se que je me souviens. Je m'étais habillé décontracté pour la randonnée je ne savais pas combien de temps ça allait vraiment durer. Mon bandage n'était pas vraiment bien serré, mais c'était pas trop grave le principe c'était qu'il tienne en place sur ma tête.

C'est vrais que j'étais fatigué, mais quand la surveillante nomma les élèves partant avec les normaux je n'avais pas entendu le nom d'Aokai. Pourtant elle m'avait dit faire partie des normaux elle aussi il me semble ? C'est en marchant tranquillement, regardant un peu autour de moi les autres élèves, que je m’aperçus qu'elle était vraiment pas avec nous. maintenant bien éveillé je décidai d'aller poser la question à notre surveillante.

Je m'approchai tranquillement mais surement ne voulant pas bousculer qui que se soit après tout je ne connaissais personne du moins je croyais. Une fois près de la jeune femme je gardai un distance raisonnable remarquant qu'elle discutait avec l'infirmière de la House. C'est étrange mais la surveillante d'élèves mi disais vaguement quelque chose mais je ne sais toujours pas quoi encore. c'était encore flou dans mon esprit.

C'est alors qu'un maux de tête me pris.... et merde je savais que j'oubliais quelque chose... bon je n aurai qu'à faire sans je n avais pas trop le choix après tout
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julian de Rodez

Admin


Masculin Age : 24
Date de naissance : 22/01/1994
Messages : 102

MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Jeu 19 Avr - 9:59

    Sans suprise, je ne fus pas au courant de ce qui se tramait dehors. C'est Hikaru, ma colocataire qui a du me faire un topo, histoire que je ne sois pas totalement paumé. Elle avait gentiment pris la peine de me réveiller en douceur et de me dire tout ce qu'il y avait à dire, tout ce qu'elle savait en gros. Le Directeur de l'établissement avait organisé une sortie pédagogique pour chaque race et moi, je me trouvais dans celle des normaux. Ça faisait déjà un petit moment que je devais y être habitué mais c'était pas le cas. L'adjectif ' normal ' ne me correspond vraiment pas. Ayant ronchonné pendant dix bonne minutes car au réveil, je suis loin d'être quelqu'un de très sympathique, je suis partis me doucher et j'ai fais mes affaires au hasard, attendant ensuite que Hika finisse de se préparer. Pas sympathique mais plein de bonnes manières tout de même. Elle avait pris sur son temps pour que je me mette à la page, je pouvais bien prendre du mien pour qu'elle en fasse autant.

    Une fois qu'elle me rejoignit, on passa dans les couloirs, ma guitare sur le dos, et on parla vaguement de la discussion qu'on avait entrenu le jour de notre rencontre. Je voulais savoir si elle allait mieux et si elle comptait réellement boire la bouteille de téquila qu'elle avait caché à l'arrière de son sac. Certes, ma vue ne fonctionnait pas des masses mais mon nez reniflait sans grand mal l'odeur de l'alcool.

    Les mains dans les poches, on a rejoignit notre troupe sans se presser. Dans le lot, je connaissais, pas forcement en bien, pas mal de monde. Il y avait le violoniste, Daisuke, la fille que j'avais méprisé du regard à la bibliothèque (celle à la coupe de cheveux rouge) ainsi que, bien évidemment, ma très chère Hikaru. Le monde est petit, m'étais-je dit avant de soupirer profondément en remarquant qu'il y avait l'infirmière de la dernière fois. Si je me souviens bien, c'est elle qui voulait me foutre un coup de pied au cul par rapport à mon comportement de malotru ou de je ne sais trop quoi.

    Lorsqu'on commença à tracer notre chemin, j'ai vérifié si derrière, on apercevait pas les autres groupes. J'aurai bien aimé voir Aerith et / ou Elric, pour une raison que j'ignore encore. Puis, j'ai arrêté de penser à eux et je me suis concentré sur moi même. Un mec qui m'était inconnu, aux cheveux longs, me doubla pour demander aux deux chaperonnes pourquoi une dénommée Aokai n'était pas de la partie. Honnêtement, j'ai pas pu m'empêcher de lui répondre ça :

    - Elle est morte hier soir, t'en as pas entendu parler ?

    Un humour particulier. Ou un sadisme, à vous de voir. Profitant de l'attention que les femmes nous donnaient, je dis :

    - Où on va et pour faire quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Jeu 19 Avr - 11:18

Le jeune homme s'était promené dans les couloirs très longtemps, car il n'avait pas grand chose à faire, vraiment pas. Daisuke était alors rentré dans sa chambre pour aller dormir , puis le lendemain matin, il eut l'écho qu'il y avait une sortie dans quelques minutes. Il s'était donc levé très vite, pour aller se préparer dans la salle de bain, il avait heureusement eut le temps de se laver ! Après être prêt, il mettait une veste pour pas avoir froid et préparait très vite son sac sans oublier quoi que ce soit. Si il aurait un violon, il l'aurait surement prit mais ce n'est pas du tout le cas.. C'est pour ça qu'il allait après être prêt, très vite à la salle de musique pour emprunter le violon de l'école,il pouvait pas s'en empêcher. Daisuke partit ensuite de nouveau dans les couloirs pour aller rejoindre les autres qu'il trouvait assez facilement. Il voyait Julian , se disant alors que s'était bel est bien ici qu'il devait aller. Il reprenait un second souffle, saluait le monde d'un signe de tête puis, il suivait calmement le petit groupe, très petit groupe qui allait visiblement dans les divers quartiers de la ville. Ca ne dérangeais pas le jeune homme mais il entendait des ronchonnements venant de Julian qui n'était visiblement pas très content et faisait une petite blague à un brun. Il préférait alors se taire et suivait alors toujour sle groupe en regardant autour de sois. Il faisait quand même attention à ce qu'il se passait autour de lui ! La maison de redressement disparaissait peu à peu et comme Daisuke ne connaissait pas les alentours, il se sentait un peu perdu sans le montrer, comme à son petit habitude depuis ses problèmes familiaux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kageri Sendô



Féminin Age : 29
Date de naissance : 30/12/1988
Messages : 53

MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Ven 20 Avr - 17:26

    Après s'être occupé de Moona, la jeune femme avait quitté l'infirmerie en deux temps, trois mouvements. Elle avait eu le temps de ranger quelques dossiers avant de définitivement partir pour prendre une bonne nuit de sommeil. Une nuit de sommeil méritée. Mais avant même d'aller se coucher, Kageri se montra aussi prévoyante qu'au quotidien : elle prépara son sac la veille même du départ pour la sortie du lendemain. Une sortie avec les Normaux ... Ça va être fort intéressant. Une fois le sac prêt, contenant le strict nécessaire, elle put enfin se mettre au lit, un long et paisible réparateur l'attendait alors qu'elle tombait dans les bras de Morphée.

    Le réveil fut difficile ; sa colocataire se préparait déjà à l'heure où la jeune femme avait encore du mal à se réveiller. Mais bientôt, ses yeux s'ouvraient pour ne pas se refermer avant le soir. La longue nuit qu'elle avait eu ne semblait pas lui avoir suffit pour récupérer pleinement, mais la détermination y était, et ça lui suffisait. Après s'être rapidement doucher et habiller, Kageri prit son sac en main, comportant une petite pharmacie de secours, et sortit de la chambre déjà désertée par le médecin, apparemment plus rapide qu'elle. Descendant les escaliers, elle s'était rapidement retrouvée parmi les Normaux dont le professeur surveillant qui lui était bien familer. Oh, que voilà ? Une tête que je connais. Tamara était donc la surveillante des Normaux ? L'infirmière se rappelait agréablement son passage à l'infirmerie, et elle était d'avance ravie d'accompagner son groupe. Ça nous permettra de faire plus ample connaissance. Ce qui fut le cas. Aussitôt l'appel terminé, le groupe partie à pied dans la joie et la bonheur - pour certain - vers les habitations du villages Fukkou, pour apporter un peu de joie aux enfants. Kageri n'avait pas lambiné sur ce détail, et avait apporté un sac avec divers jouets qui pourraient, selon l'âge des bambins, faire leur bonheur. Le trajet durait une bonne heure , et c'était durant ce laps de temps que Kageri et Tamara en avait profité pour sympathiser, au grand bonheur de la jeune femme. Leurs caractères faisaient passer le courant facilement. En arrivant aux abords du village, la professeur la questionna sur sa famille, lui donnant un élan de bonheur mais de nostalgie. Comme le temps passe vite.

    - Oui, assez jeune dira t-on ! commença t-elle à dire, amusée. Il va fêter ses 19 ans cette année ... Juste un songe parmi tant d'autre mais Kageri s'attristait de ne pas pouvoir les fêter avec Kyosuke. La dernière fois que je l'ai vu, il était grand, mais il ne me dépassait pas encore ! ... Je suis sûre que j'aurais du mal à le reconnaître aujourd'hui. Si je continue, je vais finir par tomber dans une grosse nostalgie, ce n'est pas bon ... Je dois être motivée. Afin d'éviter ce genre de sentiment qui va toujours à l'encontre de sa détermination, la jeune femme questionna Tamara au sujet de son petit frère. Et toi ? Parle moi de ton petit frère.

    Comme c'est étrange ... Toutes ces coïncidences entre nous deux ... Un petit frère chacune ... Kageri ne put s'empêcher d'afficher un sourire à cette pensée, avant que son attention ne soit attirée par les paroles d'un des jeunes du groupe. En se retournant, elle put rapidement reconnaître l'origine de ses dires, le même 'chenapan' qui avait fait éruption dans l'infirmerie, laissant le pauvre Elric au sol, sur les fesses, autant mentalement que physiquement. Croisant les bras, l'infirmière arqua les sourcils en l'entendant déclarer qu'une jeune demoiselle était soi-disant morte, un très beau mensonge.

    - Voyons, on ne dit pas ce genre de chose.

    Néanmoins, la question qui suivit avait attiré l'attention de la jeune femme. C'est vrai ... A part apporter un peu de bonheur aux enfants du village, avons-nous un autre but à venir ici ? Je n'ai eu aucun détail ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Dim 22 Avr - 11:39

J'étais sortie de ma chambre. Je me baladais un peu partout sans vraiment savoir où aller. J'arrivai devant un rassemblement de personnes de l'établissement. J'étais stupéfaite de voir tant de personnes rassemblées. J'entendis que les gens de la foule parlait de sortie scolaire pour chaque race. Je décidai de suivre le rassemblement. Ça vaudrait peut être mieux pour moi qui ne connaissait rien d 'ici. Je cherchais dans la foule des gens qui m'inspirait confiance. Je remarquai alors deux femmes qui paraissait plus vieilles tout devant. Les accompagnatrices surement.
Il y avait une blonde et une femme splendide aux cheveux chocolats. Elle discutait entre elles. Je me pressai le pas. Je voulus leur demander ce que je, ce qu'on allait faire. A vrai dire, je m'étais embraquée là dedans en pleine inconscience. Quand je fus arrivée à leur hauteur, je bouscula une personne. Je faillis tomber mais je réussis de justesse à me rattraper à temps. En me relevant, je tomba devant la personne avec laquelle je m'étais cognée. C'était un garçon. Il avait des cheveux d'une noirceur comme je n'en ai jamais vu, tout ça relevé par des yeux oranges. Ce garçon était une beauté fatale... Je me repris vite fait le cour de mes pensées.

-Veuillez excusez ma maladresse, lui dis je en m'inclinant.

J'avais l'impression d'être tombée au mauvais moment. L'ambiance semblait mauvaise. Après tout je ne viens là que pour poser une petite question. Je me tournai vers les deux femmes.

-Je suis Yukari Hayasaka. Je me suis retrouvée là par hasard et j'aimerai savoir ce que nous allons faire.

Je leur dis ça un peu stressée car j'avais peur d'être impolie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tamara Shiro



Féminin Age : 26
Date de naissance : 04/11/1992
Messages : 680

MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Mer 25 Avr - 11:06

    - Oui, assez jeune dira t-on ! Il va fêter ses 19 ans cette année ... La dernière fois que je l'ai vu, il était grand, mais il ne me dépassait pas encore ! ... Je suis sûre que j'aurais du mal à le reconnaître aujourd'hui. 

    Sa réponse avait été amusée mais aussi nostalgique. La nostalgie étant un sentiment que j’avais souvent côtoyé également, je la comprenais parfaitement et je ne savais que trop peu à quel point son frère devait lui manqué. A une époque, moi aussi j’avais été séparée de Gareki car étant l’aînée, j’avais été dans l’obligation de quitter le nid avant lui. Fort heureusement, je l’avais retrouvé à tout hasard ici, à HouseFukkou, apprenant par la même occasion que monsieur maîtrisait parfaitement les quatre éléments. Et effectivement, comme elle le pensait de son frère, moi-même n’avais pas reconnu le mien. Mais qu’elle avait été ma joie de le revoir ! Je souhaitais pour Kageri qu’elle vive le même moment merveilleux que moi : être de nouveau dans les bras de son petit frère. Dans mes songes et vieux souvenirs, j’en fus extraite lorsqu’elle me demanda de lui parler à mon tour de Gareki. Je ne pus alors lui répondre que ceci :

    « Oh, le mien est un peu plus vieux, il a déjà vingt-quatre ans ! Peut-être de la même année que toi d‘ailleurs ? Il est professeur élémentaliste à HouseFukkou lui aussi. C’est ici que je les revus il y a un peu plus d’un an alors que ça faisait à peu près trois ans que nous ne nous étions pas parlé. Cela dit, bien que j’avais été choquée de voir qu’il avait changé à tel point que je faisais toute petite à côté de lui et que j’avais appris sur le fait qu’il était devenu élémentaliste professionnel, notre relation était la même. J’étais toujours la grande sœur chiante et têtue et lui le petit-frère protecteur et intrépide. »

    Dire ses mots me fis lâché un rire amusé. Me considérée comme chiante et entêté et surtout l’avoué devant une nouvelle connaissance était une première ! A cet instant, un des jeunes, que je reconnus immédiatement comme étant Ryo, celui que j’avais délivré du toit il y a déjà quelques mois, vint à notre rencontre pour nous demander où ce trouvait une certaine Aokai, prénom sur lequel je mis bien vite un visage. Alors il ne sont pas informés lorsqu’un élève change de groupe ? Curieux.. Bien, je suppose que c’est à moi de le faire ! Mais tandis que j’allais lui répondre, un autre étudiant y mit son grain de sel, de façon naturelle et toute fois, sans vraiment prendre le temps de réfléchir à ses paroles, ce qui eut le don de faire réagir Kageri. Allons bon ! Observant son visage, je me rendis compte que l’élève en question, je ne l’avais encore jamais rencontré, si ce n’est sur la photo de son dossier. Lorsqu’il me demanda où on allait et pour que faire, des mots que je ne soupçonnais pas sortirent de ma bouche avant même que je ne les en empêche :

    « Julian, c’est bien ça ? On va juste rendre visite aux sept nains et chanter ‘Hey oh ! Hey oh ! On rentre du boulot’ tous en cœur ! Une objection ? »

    Sapristi, je commence à dire des idioties moi aussi ! Tant pis ! C’est dit, c’est dit ! Raclant ma gorge comme pour passer à autre chose, je posais ma main sur l’épaule du pauvre Ryo qui n’avait pas l’air de se sentir bien et lui dis avec un sourire rassurant :

    « Ne t’en fais pas pour Aokai, Ryo. Il ne lui est rien arrivé de grave. Elle a simplement découvert ses pouvoirs et à de ce fait changé de groupe. »

    Après cela, je remarquai une autre élève, un peu perdue et certainement nouvelle car je ne connaissais pas encore son dossier, bousculer involontairement Julian en manquant de tomber. Rien de grave cependant puisqu’elle se redressa bien vite en s’excusant avant de s’adresser à Kageri et moi poliment mais avec une voix tremblante :

    - Je suis Yukari Hayasaka. Je me suis retrouvée là par hasard et j'aimerai savoir ce que nous allons faire.

    C’est bien ça, elle est nouvelle ! Fort heureusement j’avais reçus son dossier un peu plus tôt et avais simplement eu le temps d’y jeter un œil. Elle aussi souhaitait savoir où nous nous rendions ainsi et le regard soutenu de Kageri me fit comprendre que tout le monde y comprit elle voulait en connaître davantage.

    « Enchantée, Yukari ! Je suis Tamara Shiro, professeur et surveillante des.. Jeunes chenapans présent derrière toi; et voici Kageri Sendô, l’infirmière de la maison ! Bienvenue parmi nous et j’espère que tu t’y sentiras alaise. Bien, maintenant que les présentations sont faites, je crois qu‘une petite pause ne nous ferait pas de mal ! »

    Observant les alentours, je vis au loin quelques marches sur lesquelles nous pouvions nous reposer et fis signe à tous de me suivre. Sourire aux lèvres, je m’assied donc et attendis que ma troupe en fasse de même avant de reprendre :

    « Bon ! Je penses qu’il est temps de vous informer au sujet de notre sortie. Elle a été organisée par votre directeur et nous sommes chargés d’aller donner un peu de bonheur dans la vie monotone des habitants du quartier pauvre. Alors oui, pour vous ce n’est pas ce que l’on peut qualifier d’extraordinaire ou de généralissime mais je suis certaine que vous changerez d’avis en voyant la bonté de ces personnes. Elle n’ont peut-être pas grands choses pour vivre mais elles vous apprendront sûrement bien plus sur la vie que n’importe qui. Certains d’entre vous se plaignent pour des choses parfois futiles mais ne savent pas la chance qu’ils ont. Ces gens n’ont presque rien et pourtant ne perdent pas espoir et savant rire et s’amuser tout comme nous. Durant notre séjour, nous seront logés par une petite auberge du coin, celle à laquelle nous nous rendrons en premier, histoire de déposer nos affaires et découvrir un peu les lieux. S’il vous plait, respectez l’endroit même si ce n’est pas un luxueux hôtel cinq étoiles. Ne vous attendez pas à avoir tout à votre porter et des lits confortables, ce que l’on nous prête généreusement, on l’accepte sans rechigner. Pour finir.. »

    Commençais-je en me relevant tout en posant un pied sur la marche plus haute :

    « Ne croyez pas que vous allez chômer ! Bien au contraire ! J’ai prévu des activités aussi bien sportives qu’éducatives et personne ne restera sur le banc de touche ! Un seul mot d’ordre : s’amuser ! Des questions ? »

    Vous savez quoi ? J’ai l’impression de passer pour un coach de sport à parler comme ça.. Mais bon ! Je n’ai fais que dire ce que je pensais. Attendons la suite.


Dernière édition par Tamara Shiro le Mer 25 Avr - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Julian de Rodez

Admin


Masculin Age : 24
Date de naissance : 22/01/1994
Messages : 102

MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Mer 25 Avr - 14:29

    Comme si l'humour noir était devenu un humour interdit, Kageri me lança sévèrement que ce n'était pas des choses à dire. Je la regardais étrangement par conséquent parce que je ne voyais pas où était le mal. Si il était assez naif pour croire en mes mots, c'était son problème, pas le mien alors j'avais pas à être jugé coupable de quoi que ce soit. Quoi qu'il en soit, elle me lâcha vite la grappe pour attendre tout comme moi la réponse de Tamara. Elle était garante de nous à même titre qu'elle et pourtant, ne paraissait pas avoir la moindre idée de où est ce que nous allions et pourquoi faire.

    Et alors que la situation était en l’occurrence déjà pittoresque, Tamara s'éprit de faire une petite blague, comme si l'on était d'humeur à rire, et de surcroît sur une chose aussi absurde. En l'entendant chanter, donc se moquer de moi, j'eus envie de lui dire de se la fermer, mais je me retins. Il fallait que je reste calme et tempéré si je ne voulais pas faire de l'hyper tension. Puis c'était aussi une preuve de mon ôh grand self-contrôle, que de ne pas lui couper la parole, et ainsi cacher par la même occasion que je suis quelqu'un de facilement atteignable de par ma susceptibilité un peu trop prononcée. Alors que je comptais soupirer pour pouvoir faire un peu le vide en moi de la pression qui s'installait lentement mais surement, quelqu'un me bouscula, se percutant à ma cage thoracique.

    Au départ, je ne vis que le derrière de sa jolie tête, car elle s'était étalée sur moi en voulant se rattraper. Puis, quand elle s'est redressée pour faire face à l'obstacle que j'avais représenté pour elle, elle s'excusa pleinement, accrochant ses yeux aux miens pendant un moment qui me parut plutôt long. Dieu sait peut-être la raison, mais en tous cas pas moi, de ce qui la poussa à me manger de la sorte du regard. Je m'étais senti bouffé, heureusement un court instant, car elle se présenta sous le nom de Yukari aux deux chefs de troupe pour demander à son tour le but de la sortie. Je me sentis beaucoup moins seul tout d'un coup. Moi qui prenais mon manque d'informations pour une attitude trop détachée à la communauté de Housefukkou, je fus bien surpris mais quelque part, soulagé d'apprendre que ce n'était apparemment pas le cas.

    Tamara, qui était pourtant réticente à l'idée de donner une vraie réponse, lui expliqua avec précisions, s'asseyant pour ce faire sur l'une des marches de l'escalier qu'on avait à monter. Là, j'eus une toute autre envie, bien qu'elle se rapproche plus ou moins bien de la première : la traiter de salope. Quand c'était moi qui l'interrogeait, elle se foutait de ma gueule, et quand c'était la petite nouvelle, elle lui répondait avec un grand sourire au bord des lèvres. Encore une féministe, je m'étais dis avant de marmonner sans m'en rendre compte ce que j'avais pensé très fort. Par chance, elle ne m'entendit pas, trop occupée dans son explication, à donner des directives de ci et de là. Les gens qui étaient autour de moi, eux, par contre, ont sans nul doute pu décrypter ma parole, qui n'était au final qu'une insulte lancée trop impulsivement.

    Se levant pour mettre un pied sur la dernière marche, elle rajouta, la dite féministe, qu'elle avait prévu des activités aussi sportives qu'éducatives. Ça m'enchenta d'avantage que la rencontre avec les habitants des quartiers pauvres. Non pas que je ne souhaite pas me mélanger à eux mais tout ce qui est relationnel ou qui demande un tant soit peu de tact dans la communication, ce n'est pas mon truc. Quand je veux être gentil ou que j'apprécie quelqu'un, je deviens un triple bâtard. C'est comme ça, le resultat conclu au bout de nombreuses expériences.

    « C'est bien beau tout ça mais comment on est censé s'y prendre pour " donner du bonheur dans la vie monotone des habitants du quartier pauvre " ? », demandais-je tout en reprenant sa phrase de tantôt, que j'eus répété d'ailleurs avec la voix d'un doubleur de my little poney.

    J'étais resté debout tandis que les autres s'étaient assied. Et oui, car contrairement à eux, je portais une guitare sur le dos, en plus de mon propre sac alors j'aurais probablement mis plus de temps à me dépêtrer de tout ça qu'à profiter de la pause, qui était soit dit en passant, très courte.

    « Et par pitié, ne me dites pas qu'on doit s'y prendre comme on le sent, avec notre coeur ou une connerie pareille. »

    Non parce que si il y avait bien un truc à sentir là dedans, c'était la merde. J'ai déjà du mal à me donner du bonheur tout seul, alors en donner aux autres, ça risque d'être emmerdant, pour continuer à jouer sur le champ lexical entretenu. Mais j'avais ce pressentiment que ça allait être ça, cette connerie ou une connerie pareille. Sinon, c'était trop simple et pas du tout didactique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Mer 25 Avr - 22:39

Lorsque j'entendis un jeune homme aux cheveux noir me dire qu'Aokai était morte, mon coeur figea sur place et mes yeux devinrent rond comme des boules de billard. C'était impossible j'en aurais entendu au moins parlé un peu je ne peux pas croire qu'elle soit morte. Mon mal de crâne s'intensifia un peu... Décidément j'aurais vraiment dût prendre mes médicaments avant de partir.

J'allais lui demander comment Aokai était morte et si on allait lui faire un service funéraire lorsque kageri et la jeune femme à côté d'elle se mirent à le réprimander pour avoir menti. Décidément je suis vraiment trop crédule, j'aurais dût m'en douter un peu. Il a vraiment abusé de la situation décidément je ne le connaissais même pas et j'éprouvais déjà de la haine pour lui.

J'allais aussitôt lui répliquer qu'il n'avais pas honte de se moquer des gens comme ça qu'il fût aussitôt bousculé par une fille qui ne regardait décidément pas où elle allait.

*ça lui apprendra*

C'est alors que la dame aux cheveux foncés prit la parole. Alors comme ça on irait remonter le moral des plus démunis... pourquoi pas ça pouvait être intéressant comme sortie. Je suis pas du genre à me plaindre d'habitude. Mais l'impression de connaitre la surveillante s'accentua encore plus quand elle m’appela par mon prénom... elle aurait pu le lire dans mon dossier mais quelque chose me disais que ce n'était pas le cas.

C'est alors que Julian si j'avais bien compris pris la parole.... tout se qu'il disait me donnais une folle envie de lui enfoncé une perceuse dans les orbites. Je ne me souvenais pas avoir été en colère à se point..... si seulement je me souviendrais d'un peu plus de choses ça aurait pu m'éclaircir, mais non il faut croire que c'est encore la panne.

Tamara décida de faire une halte se que je pensais être une bonne idée, car mon mal de crâne s'accentuait de plus en plus. Je pris un peu d'eau dans ma bouteille et me pris la tête à deux mains en m'assoyant ... décidément tout allait de mal en pire Aokai qui était devenue quelque chose d'autre qu'un simple humain et se fichu mal de tête qui continuait à augmenter non mais qu'est ce qui m'arrive à la fin ?.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Jeu 26 Avr - 10:46

Daisuke suivait toujours le petit groupe sans rien dire, il regardait chacune des personnes présentes, écoutant ce qu'elles avaient à dire à chaque fois alors que lui, restait là, muet. L'infirmière discutait avec le professeur puis s'adressait à Julian qui continuait de parler avec mécontentement. Ryo lui avait eut des yeux aussi gros que des calos mais bien vite, comprenait la 'blague' de Julian. Une nouvelle était aussi arrivée, elle était aller voir les adultes pour demander ce qu'ils allaient tous faire et lui aussi d'ailleurs. Daisuke était maintenant plus attentif, il pressait aussi le pas pour pas perdre de vue le groupe. Tamara décidait ensuite de s'arrêter et s'asseyait alors sur une marche ainsi que les autres, à pars Julian, qui avait sa guitare, visiblement. Le brun restait aussi debout car il avait emprunté le violon de l'école. Il n'avait pas envie que l'instrument glisse et tombe. Daisuke mettait ses mains dans les poches , levant le regard vers le professeur qui prenait une nouvelle fois la parole, elle expliquait enfin ce que les élèves devraient faire ici, dans ces rues mal famées.

« Bon ! Je penses qu’il est temps de vous informer au sujet de notre sortie. Elle a été organisée par votre directeur et nous sommes chargés d’aller donner un peu de bonheur dans la vie monotone des habitants du quartier pauvre. [...] Durant notre séjour, nous seront logés par une petite auberge du coin, celle à laquelle nous nous rendrons en premier, histoire de déposer nos affaires et découvrir un peu les lieux. S’il vous plait, respectez l’endroit même si ce n’est pas un luxueux hôtel cinq étoiles. Ne vous attendez pas à avoir tout à votre porter et des lits confortables, ce que l’on nous prête généreusement, on l’accepte sans rechigner. Pour finir.. »

Daisuke avait à peut prêt comprit ce qu'il devait faire. Il tournait un peu son regard vers le coté pour regarder un peu l'une des rues, apercevant des enfants entrain de jouer à la marelle. Leur habits n'étaient pas vraiment propre, voir sale, avec des troues. Mais malgré leur statues, ils avaient l'air heureux. Ce n'était pas le genre de Daisuke de se plaindre mais il se rendait compte que lors des fois où il se plaignait, voir ça..ça lui faisait un peu mal au coeur. Daisuke tournait ensuite une nouvelle fois sa tête vers les autres, regardant ensuite Julian pour l'écouter encore ronchonner. Il clignait plusieurs fois des yeux puis , levait la tête vers le ciel. Il était couvert certe mais.. Il faisait assez bon pour que Daisuke se sente bien dans sa peau. Cela n'avait peut-être pas l'air mais le temps avait de l’influence sur Daisuke , sans soleil, il avait vraiment l'impression que le temps passait au ralentis. Il fermait un court instant les yeux, baissait la tête et enlevait une de ses mains de l'une de ses poches pour aller la poser à sa nuque et doucement la masser, il attendait la réaction de Tamara qui n'allait pas tarder.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Lun 7 Mai - 19:02

Une fois présentée, je m'empourprai. Une des jeunes femmes se présenta. Elle se nommait Tamara Shiro, c'était une professeur et une surveillante. Celle à côté d'elle s'appelait Kageri Sendô. La jeune femme me souhaita ensuite la bienvenue et espérait que je sois à l'aise; ce qui ne risquait pas de se passer vu comment j'étais arrivée. Mademoiselle Shiro s'assit ensuite et fit son petit discours. Elle nous informai du but de la sortie : "donner un peu de bonheur dans la vie monotone des habitants du quartier pauvre" Youpi ! Quelle idée magnifique pour moi qui était si généreuse de coeur et chaleureuse ! Ah ironie quad tu nous tiens ! Quoi ?! EN plus on allait dormir là bas ! Doit y avoir un petit problème là ! Je suis pas venue ici pour me taper du secourisme en lieu incertain. J'étais tout simplement ravie. Surtout quand elle annonça le mot "activités sportives". Je faillis m'étouffer ! Elle voulait aller en colo ou quoi ?! On aurait dit un coach pour de grands athlètes ! S'amuser en faisant une mission humanitaire et du sport : trop hype !


Le type, plutôt charmant et pas rancunier, avait pris la parole. Il demanda comme on allait s'y prendre pour donner de la joie et du bonheur à des gens pauvres. Il tint un discours qui me parlait plutôt pas mal. Je le regardai, comme la première fois jusqu'à ce que je me rappelle ce qui m'était arrivée en le dévorant des yeux. Je remarquai alors l'existence de deux personnes. Deux garçons précisément. (J'étais donc la seule élève fille. De quoi redoubler ma joie !) Un aux cheveux plutôt châtains et un aux longs cheveux. Le premier, qui était plutôt grand, regardait des enfants en train de jouer à la marelle. Peut être un grand sensible ? Je le regardai les yeux grands ouverts de curiosité en train de se masser la nuque. Je regardais ensuite le second garçon. Il paraissait plus froid et plus distant que l'autre garçon. Il avait l'air autre part... Dans son monde à lui. Je décrochai mon attention de lui et prit la parole.


-Excusez moi mais une chose doit m'échapper, mais en quoi ce "voyage" a un trait pédagogique ? Pourquoi un endroit comme celui ci ? Surtout on va faire comment pour leur apporter joie et bonheur dans leur quotidien ? demandais je aux éducatrices. Moi, superficielle que j'étais ne comprenait pas le sens de cette mission.



Mon regard se tourna ensuite vers le garçon aux cheveux longs. Il s'était brusquement assis dans l'herbe. Il avait sa tête dans ses mains. Un mal de tête ? Ou peut être était-il abattu à l'idée de ce qu'on allait faire. J'arborai un visage froid et distant amsi au fond de moi je mourais d'envie de l'aider. Cela me rappela quand ma mère me faisait son petit soin spécial. L'idée de ma mère en moi, le sourire qui avait pu paraître quelque temps, s’effaça immédiatement. C'était derrière tout ça maintenant. Me rendant compte que je me relâchais et que je regardais dans le vide je tournai ma tête vers mademoiselle Shiro attendant ma réponse.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tamara Shiro



Féminin Age : 26
Date de naissance : 04/11/1992
Messages : 680

MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Ven 18 Mai - 12:12

    (Alice, je me permets de poster à ta place parce que tout le monde attend ! ><" Gomen ! Gomen !)

    « C'est bien beau tout ça mais comment on est censé s'y prendre pour " donner du bonheur dans la vie monotone des habitants du quartier pauvre " ? »

    Voilà ce que j’eus le droit comme réplique après mon long et… Pitoyable monologue. Ouais.. Je savais que j’étais nulle pour les explications, mais tout de même ! Soit je m’étais perdue dans ma propre logique, soit il cherchait à se venger de tout à l’heure.. Dans tout les cas, bien que j’étais consciente qu’il se moquait de moi, la voix qu’il eut prit me donna envie.. Envie de rire. C’était trop mignon pour coller avec le personnage et la tête qu‘il avait fait pour accompagner ses paroles m’avait tenter davantage.. Pourtant, je me retins du mieux possible, cachant mes sourires et étouffant mes gloussements. Je n’étais pas certaine d’avoir été assez discrète mais allez vous retenir quand c’est sur le point d’exploser, vous..

    D’ailleurs, en y repensant, je devais absolument m’excuser pour la blague puérile qui était sortit de ma bouche tantôt. Gareki m’avait pourtant prévenue à plusieurs reprises que mon humour laissait parfois à désirer mais avec le style de blague que le jeune homme avait lancé lui aussi, je n’aurais jamais imaginé qu’il se serait vexé aussi facilement. Ou alors il n’aime pas qu’on lui fasse ce que lui fait aux autres ? Peu importe ! Je ne sais pas m‘y prendre et voilà tout ! Le remords que je ressentais en ce moment rien qu’à l’idée de savoir que j’avais pu le blessé était bien là pour me le rappelé et me nouait trop l’estomac pour en faire abstraction. Il est parfois plus sage de rester à sa place plutôt que de vouloir faire ami-ami avec différent de soi et qu’au final, on se fasse passer pour quelqu’un d’autre. Si je ne suis pas douée avec l’humour, alors je dois me faire appréciée autrement, comme je l’ai toujours fais.

    Reprenant mon sérieux, j’entendis ses derniers mots et je sentais déjà un énième monologue arrivé. Jusqu’à quand comptaient-ils me poser des questions ? Je commence à être à court d’arguments moi..

    « Dans ce cas Julian, j’ai peur de te décevoir mais c’est bien ce que j’avais l’intention de vous dire.. Je ne peux pas vous forcer à être des personnes différentes de ce que vous êtes déjà, et je sais de quoi je parle. Lorsque l’on a déjà une personnalité et un caractère propre à soi, il est difficile d’en changer et il vaut même mieux ne pas essayer de le changer du tout. C’est ce qui nous rend unique. Que vous soyez timides, solitaires, extravagants, joyeux, comiques ou autres, c’est à vous de vous faire apprécier à votre façon. Et de toutes manières, les enfants aussi ne seront pas tendre avec vous ! Certains chercheront à vous énerver, d’autre vous prendront comme exemple. Après tout, bien qu‘ils n‘aient pas les même moyens que nous, ils restent des enfants comme les autres ! Débrouillez vous et faites comme vous le sentez ! Mais je vous préviens, vous aurez chacun quelques bambins à votre garde ! »

    Marquant une pause, j’observais la petite troupe faire des grimaces, souffler bruyamment, se décomposer, et ce, tout en réfléchissant à la suite de mes pensées. Il n’est pas simple d’expliquer le pourquoi du comment lorsque nous-même nous ne comprenons pas vraiment la situation. Et d’autant plus lorsque l’on est bavard(e) ! On a tendance à en ajouter plus qu’il n’en faut.. Bref, voulant chercher un peu de réconfort dans les yeux de Kageri, celle-ci n’était en fait plus à côté de moi mais près de Ryo pour s’occuper de lui. Le pauvre tenait sa tête dans ses mains. Une migraine ? C’est alors que je remarquais ce qui semblait être un violon et une guitare sur le dos de Julian et Daisuke. Une idée vint donc me frapper l’esprit et je repris, plantant mon regard bleu dans celui orangé du brun auquel ma réponse était principalement destinée.

    « Si vraiment vous n’êtes pas doués pour la communication, il y a bien d’autres moyens ! Comme.. La musique par exemple ! Un excellent outil pour se rapprocher des gens qui nous entourent. Enfin, à ma connaissance en tout cas. Personnellement, j’adore écouter les musiciens jouer et je suis sur qu‘ils aimeront eux aussi ! »

    - Excusez moi mais une chose doit m'échapper, mais en quoi ce "voyage" a un trait pédagogique ? Pourquoi un endroit comme celui ci ? Surtout on va faire comment pour leur apporter joie et bonheur dans leur quotidien ?

    Ha-ha ! Vous en avez encore beaucoup des comme ça ? Parce que je vais finir par être VRAIMENT à court de stock niveau réponses là..

    « Et bien.. Il est vrai que ça ne paraît pas très ‘pédagogique’ mais.. Vous savez, ce n’est pas moi qui ai fais le choix de cette sortie alors je ne suis pas franchement plus avancé que vous. Je ne suis là qu’en tant qu’accompagnatrice et j’ai pour responsabilité que tous ce passe pour le mieux. C’est votre directeur lui-même qui a ordonné cela et si il en a décidé ainsi, c’est qu’il y avait une bonne raison. Je comprends votre réticence mais c’est ainsi ! Vous allez devoir oublier pour les plus coquets d’entre vous, les douches chaudes et les repas complets ! Pas d'inquiétudes, je suis dans le même cas ! Seulement.. Je pense que cette expérience peu être enrichissante si vous y mettez du votre. Quand à ta dernière question, Yukari, il me semble y avoir déjà répondu. »

    Bon ! C’est pas si mal que ça Tam ! Tu te débrouille comme un chef ! Hé-hé ! Pitié les jeunes, pas d’autres questions avant qu’on ne soit arrivés.. Soupirant légèrement, je vis que Kageri en avait fini avec Ryo et j’ordonnai aussitôt de reprendre la marche, laissant le soin à ma collègue de faire le guide tandis que j’attendais Julian afin de m’excuser. Une fois qu’il fut à ma hauteur, je m’abaissai respectueusement et lui dis :

    « Sil te plait, pardonne-moi pour tout à l’heure. Ma blague était idiote, je n’aurais pas du et je te demande pardon. »

    Ah la la ! Comme je suis embarrassée ! C’est la toute première fois que je donne une mauvaise impression de moi à quelqu’un et du coup, je ne sais pas trop comment m’y prendre.. Quelle affreuse sensation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Julian de Rodez

Admin


Masculin Age : 24
Date de naissance : 22/01/1994
Messages : 102

MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Lun 21 Mai - 17:13

    Suite à ma question, les regards se posèrent sur moi. Je ressentis notamment celui de Ryo, qui me fusillait de ses yeux bleus. N'ayant pas forcement aimé la sensation d'être ainsi dévisagé, j'avais donc lâché mon attention sur la prof pour la lui donner. De mes yeux oranges, je lui fis passer toute la haine que j'avais à son égard. Je hais être regardé de cette manière là, non, en fait, je hais être regardé tout court. On peut le dire, j'étais gâté niveau malchance. Car alors qu'il baissait ses prunelles en simulant un espèce de mal de tête, je perçus que quelqu'un d'autre, avec insistance, me fixer. Il s'agissait de la fille qui avait trébuché sur moi. Seulement, je n'eus pas le temps de lui faire comprendre que cela me déplaisait, car elle se concentra sur d'autres personnes. Je profitais donc de ce temps de répit nerveux pour écouter attentivement Tamara qui m'offrait enfin une réponse digne de ce nom.

    Quelques phrases, plus que d'autres, ne m'enchantèrent guère. La partie où elle nous expliquait qu'il fallait trouver un moyen de se faire apprécier sans se changer et l'autre qui précisait que l'on allait avoir affaire à des petits garnements, pas toujours sympas qu'on aura qui plus est à notre garde. Sérieusement, la réponse n'allait pas en ma faveur. J'étais pas à la hauteur de quelque chose de pareille. En restant comme j'étais, il était pour moi impossible de me faire apprécier comme il se doit.

    Cela dit, quand elle commença à parler musique, je me sentis soulager d'un poids. C'est vrai, il y avait ça. Remettant alors par réflexe ma guitare en place sur mon dos, je réfléchissais d'avance à ce qu'il m'était possible de faire. Quelles musiques, quels chants, les petits garnements seraient susceptibles d'aimer au point d'en être un minimum content. Un peu perdu dans ma réflexion, j'avais laissé ma méche me cachait une partie une visage, et j'en sortis enfin quand la seule fille du groupe prit la parole. Elle questionna de nouveau Tamara, avec plus ou moins de pertinence. On aurait dit qu'elle cherchait à se motiver en l'interrogeant sur le but de la sortie. J'aurais bien voulu avoir une réponse en notre faveur cette fois-ci, mais le cas ne se présenta toujours pas. Tamara ne savait pas, Kageri non plus. Elles se contentaient juste d’exécuter à la lettre les directives du Directeur.

    Quand on reprit la marche, je fus pour le moins surpris de voir celle que j'avais tantôt traité de salope avec beaucoup de sincérité s'approcher de moi pour me présenter ses excuses. Poliment, elle s'était même abaissée par respect. Malheureusement, rancunier comme je le suis, je ne pus lui accorder un total pardon. L'ignorant un peu vulgairement, c'est sans arrêter mon bout de chemin que je lui lançai :

      « Vous êtes la petite-amie du Directeur, non ? »

    Ça n'avait, d'allure, absolument rien à voir avec notre discussion. Néamoins, il y avait bien un rapport, pervers sur les bords. Si elle comptait réellement se faire pardonner, je connaissais différentes façons de s'y prendre. Elle était jolie, pour pas dire bonne, et j'ai toujours eu un petit penchant pour les soumises. Dit comme ça, j'ai l'air d'un bâtard machiste, mais c'est en partie ce que je suis, alors pas de quoi s'étonner. Me rattrapant à pas rapides, elle se mit à rougir comme une jeune pucelle, avant de déclarer.

    Puis, après notre brève conversation, on arriva enfin à l'hauberge. Elle était loin d'être luxueuse, mais vu que je m'attendais à un taudis, j'en fus plutôt satisfait. Par ailleurs, lorsqu'on nous ouvrit la porte pour nous laisser entrer, je voulus embrasser les quatre murs pourraves. Une vraie délivrance que de se débarasser de ses bagages. M'étirant de long en large, je fis machinalement le tour de la pièce du regard avant de le poser dans celui de la dénommée Yukari. Pas mal du tout.

    J'esperais que le soir venu, on allait pouvoir échanger un peu plus que de simples oeillades ; même si physiquement, je ne laissais rien paraître de mes envies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux Jeu 31 Mai - 22:18

( On va donc dans l'auberge ? ^^' )

Daisuke avait raté des choses pendant sa courte absence , Tamara s'était expliqué plutôt longuement. Il baissait la tête, regardant la surveillante avec une main dans une de ses poches. Il fallait, aller vers les enfants en gros... Ce que Daisuke n'avait pas compris au départ mais , la surveillante continuait ses longues explications et Daisuke avait donc à peu prêt cerné ce qu'ils devraient faire. Le brun espérait que personne ne poserait d'autres questions, tout comme Tamara qui avait aussi l'air de ne plus vouloir répondre à quoi que ce soit. Daisuke avait regardé un court instant son camarade Julian qui n'avait pas l'air de bonne humeur, comme au départ en faite. Il regardait ensuite devant lui, ils reprirent tous la marche vers l'auberge. Le brun avait été silencieux depuis le début, il n'avait aucune question à poser et c'était tant mieux, il ne voulait pas parler pour rien. Il levait la tête vers les sortes de pancartes, ayant une courte réflexion avant de déposer ses affaires dans le petit bâtiment poussiéreux et comme l'avait dit Tamara, pas très confortable de vue mais c'était normal, vue dans la rue où ils étaient tous.. Ils fallait que tout le monde s'y fasse et Daisuke n'en pensait rien, il fallait de toute façon qu'ils dorment ici. Il avait que, après tout, ils n'allaient pas rester ici éternellement.Daisuke était prêt mais il était en même temps assez craintif. Il essayait de penser positivement même s'il le savait qu'un moment ou un autre, il faudra qu'il fasse face à un petit problème face aux enfants. Il n'enlevait pas son violon de son dos, il restait debout, à regarder tout ce qui était autour de lui d'un seul coup d'oeil avec un air calme, comme à son habitude. A vrais dire, il s'en fichait des autres, si ils voulaient aller lui parler , il les accueillerais avec un sourire mais sinon, c'était niet, il n'en ferait pas le moins du monde attention. Daisuke finissait par regarder de nouveau ses camarades pour voir leur réaction par rapport à l'endroit, il ne savait pas très bien ce qu'ils en pensaient vraiment..Il baissait le regard, un peu gêné , finissant par s'appuyer contre un mur poussiéreux après avoir finalement posé son étuis de violon prêt de lui, il faisait attention à ne pas le faire tomber.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Habitations : EVENT Normaux

Revenir en haut Aller en bas

Habitations : EVENT Normaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Fukkou :: Ect.. :: Ce qu'il reste-