AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Erio Touwa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Erio Touwa



Féminin Age : 21
Date de naissance : 18/12/1996
Messages : 338

MessageSujet: Erio Touwa Ven 21 Juin - 2:39



- ERIO TOUWA ∞ BLACK★ROCK SHOOTER -


© Black★Rock Shooter de l'anime/jeu ayant le même nom.


    HELLO HONEY, WHO ARE YOU?

    Nom : Touwa
    Prénom : Erio
    Âge & date de naissance : 18 Décembre 1992 (16/17 ans morphologique, cf; histoire.)
    Race : Sorcière, et pas des moindres.
    Orientation sexuelle : Bonne question. On suppose hétéro.
    5 choses que je dis souvent :

     



Son pouvoir



    Erio est une sorcière assez importante, puisque son don a été hérité d'un grand Dragon. Mal utilisé, il peut devenir une malédiction pour son utilisateur si ce dernier est corrompu par des désirs malsains (pouvoir, haine, destruction) mais il peut être extrêmement bénéfique. Erio est la maîtresse des démons, elle peut invoquer des démons de toutes sortes, et sa préférence actuelle sont les Seishin-tekina buki (armes possédant une âme) qui prennent possession pour un temps limité de ses bras, comme une articulation temporaire. Son objet magique est une pierre blanche, en forme d'étoile qui, reliée à sa colonne vertébrale comme une tique s'accroche à la peau, lui permet de pressentir la douleur et les dangers, si bien que dès que la cape apparaît sur son dos, juste avant, on peut remarquer une flamme qui bleue qui brûle instantanément dans son œil, et plus elle grandit, plus elle détecte de la magie. Sa magie est pour le moment très neutre puisqu'elle a perdu toutes connaissances acquises dans sa jeunesse, mais petit à petit, elle arrive à récupérer ces pouvoirs perdus. Sa cape contient une capuche noire, qui cache ses cheveux qui noircissent de la racine jusqu'aux pointes, et ne peut se fermer devant. La tenue qu'elle porte lui permet de bouger allègrement sans être gênée par du tissus. Un haut en forme de maillot de bains noir dont la matière est en cuir, un short de même revêtement avec une ceinture blanche et de grandes bottes noires à bordures blanches.

    Erio a également comme familier, son premier étant décédé lors de la dernière exploration de la demoiselle pour la protéger, un Mamedanuki, maudit pour ne plus jamais grandir et être relié constamment à sa sorcière. De caractère qui se veut " wesh-wesh la canapesh " et "chui une racaille wesh", Banri Watanuki est juste un familier très attentionné qui s'énerve souvent pour peu de choses, ayant été humilié par de plus grands Yokai qui le trouvaient juste "mignon". Ayant perdu sa fierté, il se renfrogne souvent sur lui même et essaie tant bien que mal de faire croire qu'il est un dur à cuire alors que c'est un cœur tendre. Ceux qui ne sont pas de race sorcière ne voit qu'un simple garçonnet de 15/16 ans aux cheveux blonds et yeux bleus marine à l'allure nonchalante.



Physique & Caractère


    Erio Touwa est une jeune sorcière bourrée de talent mais qui ne sait plus comment s'en servir. C'est le premier maître mot d'Erio ; talentueuse. Dommage qu'elle soit naïve de temps en temps. Il fût un temps où Erio était la sorcière la plus extravagante du monde, la plus heureuse, la plus « folle » … Mais les évènements dûs à son passé ont noircis cette part enchantée de son esprit, sans altérer celui de son cœur. Ah, ça oui ! On pense d'elle comme d'une petite fille pure et innocente, alors que son passé lui ne contient que massacres et cruauté, entraînée par son ancienne haine pour les humains. Elle n'en a plus conscience, mais parfois, lorsqu'elle se sent mal, elle sait que quelque chose en elle prend tout la douleur qu'elle subit. Une ancienne partie d'elle qui se doit d'être punie. Calme, un grand calme en elle (quand elle est calme, hein, car lorsqu'elle est animée c'est autre chose…) Quand on est près d'elle, on adore s'asseoir à côté ou la câliner car elle aspire un grand calme et une sorte de sérénité. Étant donné qu'elle a tout oublié de son enfance et de son atroce adolescence, elle est assez naïve et rigolote, mais pas assez… La plupart du temps, elle est toute calme, et comme lasse. Enfait, parfois, ses camarades de classe adorent l'embêter en la dessinant avec une tête de blasée constante. Même si parfois ils ont peur d'elle quand elle est vexée et qu'elle tire un regard noir à en faire pâlir plus d'un. Ah, oui… Malgré son caractère à tendance apathique, elle exprime des émotions seulement à travers des activités à hautes sensations. Les parcs d'attractions, bien qu'ils soient limités pour elle, elle aime y aller car elle a l'impression de voler. Elle aime surtout quand ça bouge ; c'est pour ça qu'elle va souvent dans les montagnes russes. Elle pourrait ne faire que ça ! En résumé, elle est quelqu'un de calme, posé, souriante quand il le faut, juste, bien qu'un peu vide à cause du manque de souvenirs, adoratrice de l'astronomie et des sensations fortes.

    Tout en elle, on ne peut pas croire qu'elle soit maléfique, son physique fait que. De longs cheveux noirs aux reflets bleu marine lorsqu'elle use de magie, et lorsqu'elle est normale, noir car elle se les teint (normalement, sa couleur naturelle est bleue, un véritable paradoxe), réunis en deux couettes hautes, avec l'une des deux coupée plus courte que l'autre. Ses cheveux ont tendance à redevenir bleus aux points après avoir utilisé de la magie, ça l'embête car elle doit souvent attendre avant de les reteindre. une peau très pâle, de grands yeux qui ont une incroyable couleur bleue. Cette couleur contraste énormément, on ne voit presque qu'elle. De taille moyenne pour l'âge qu'elle pense avoir, elle ne se soucie pas de ça. Elle ne s'occupe pas beaucoup de son apparence, tenue d'écolière, ou la plupart du temps short, leggin craqué et converses bleues avec chemise à carreaux par dessus un débardeur, sa tenue de prédilection. Comme au lycée on lui avait demandé d'avoir une activité, elle a choisi club d'astronomie et guitare basse, comme c'est tout nouveau, elle devrait galérer, mais comme les sorciers sont dotés d'une intelligence supérieure à celle humaine, Erio a su trouvé son rythme d'apprentissage, c'est pour ça qu'on la voit souvent entrain de se trimballer une basse sur le dos en direction d'une salle de musique. Même si elle est plus souvent sur le toit à regarder les étoiles.



Ton Histoire


                Tous les trois cents ans, un bébé de race magique héritait d'un pouvoir rare et très bienfaiteur ou malfaisant, selon la personne qui héritait du don. Il avait une particularité physique que les démons repéraient facilement le jour où il devait offrir le don. Et Erio, née dans la région la plus glaciale d'Europe, dans les glaciers de Sibérie, où sa génitrice fut coincée pendant sept mois à cause d'une mission pour sorcier, le 13 Décembre 1992, fut la détentrice de cette capacité hors-norme ; le contrôle et l'invocation des dragons. Ainsi, lorsque le nourrisson naquit, la mère étrangement fut déçue du résultat ; ce n'était pas un garçon comme elle le voulait et souhaitait, mais une fille aux cheveux déjà incroyablement long et… Bleus hivernaux. Sa peau était aussi pâle que la neige, ses joues colorées de rouge, ses lèvres toutes roses. Elle ne ressemblait en rien à ses deux parents. La mère de l'enfant décida quand même de la garder car c'était son enfant, mais elle n'avait jamais considéré énormément d'amour à son égard. De plus, la mère n'avait toujours pas choisie de nom pour sa progéniture, ce qui laissait supposer qu'elle n'éprouvait également aucun sentiment envers-elle dès le départ. Une nuit, pendant que la mère se reposait de sa dernière journée de mission, un démon passa au dessus du glacier où la mère se réfugiait avec sa progéniture pour échapper aux rafales de vent glaciales, et fut subjugué par l'anomalie qu'il voyait devant lui. Un bébé qui avait de très longs cheveux bleus et une peau très pâle. La personnification de l’hiver, et par la même occasion, la nouvelle détentrice du don ! Amusé par la petite créature, il accepta de lui offrir le don qui lui servirait dans le monde qui s'apprêtait à entrer dans un chapitre important de l'histoire des Hommes. Elle était sorcière, il allait donc lui offrir un pouvoir nouveau ; c'était ce que la prophétie souhaitait. Cela fait, il veilla sur la petite sorcière de là où il était, tapis dans l'Ombre de sa caverne. Finalement, la mission se termina plus tôt que prévue, et la sorcière put ramener elle et son enfant chez-elle, dans une Île, inconnue des humains pour être le sanctuaire des Sorciers et où tout individu non-désiré était supprimé. Le père lui aussi fut ennuyé du physique et du caractère étrange de sa fille qui aurait voulu un petit garçon, et même si le bambin était une fille, ils préféraient lui donner un prénom aux consonances masculines qui lui allait plutôt bien, Erio, du préfixe Eri qui signifie « généreuse » en Japonais.

                Quatre ans après la naissance d'Erio, un petit garçon survint à la famille. Il était très différent d'Erio, ses cheveux étaient bruns chocolats, tout comme ses yeux et sa peau était mate ; les parents lui donnèrent un prénom plutôt féminin, mais il lui allait très bien ; il s'appelait Kokoro, surnommé Kôko par Erio. Peu importait, Erio l'adorait plus que tout, elle le défendait contre les mauvais garçons, devenant de plus en plus un garçon manqué, mais un jour, son frère lui confia qu'il la préférait quand elle était en robe et qu'elle parlait comme une fille, qu'elle était plus jolie comme ça. Erio ne comprit pas vraiment mais écouta son frère, et lorsqu'elle s'habillait d'une robe ou autre, son frère était le seul à la maison pour le remarquer, et le petit garçon s'exclamait toujours, très content : 

« Ah ! Erio, Kokoro no Hime ! T'es kawaii ! »

« Kokoro no Hime » était le surnom qu'il avait donné à sa sœur, signifiant « Princesse de mon cœur », jeu de mots entre son prénom et ce qu'il considérait envers sa sœur aînée. Erio était toujours très heureuse quand son petit frère lui disait ça, elle se sentait spéciale, Erio n'étant pas considérée comme une jolie fille au village, mais ça généralement, elle s'en fichait. Malgré les écarts d'années entre deux, Erio et lui entretenaient un lien plutôt ambigu, Erio toujours entrain de défendre son frère, et son frère toujours entrain de revendiquer la beauté et la puissance de sa sœur. Ils étaient inséparables, et Erio ne s'était jamais disputée avec lui, ou quelque fois querellés pour de petites histoires, mais généralement, elles  terminaient bien. Scolairement, Erio était l'une des meilleures de sa classe, et ne se souciait peu de ce que pensaient ses rivaux. Elle voulait être la meilleure, et rien ne l’aurait empêché ! Mais parfois, elle se faisait battre, et ça l’ennuyait énormément. Elle était contente pour la personne en question, mais du coup, elle se remettait en question. Et un jour, son frère lui dit, en tapotant sa joue trempée de larmes :

                « Demo, Hime, pour moi t'es la plus forte de toutes les sorcières, on s'en fiche si quelqu’un est plus fort que toi en cours, peut-être que sur le champ de bataille tu seras la plus forte du monde ! Si ça se trouve, toi tu sais faire des trucs que lui ne sait pas faire ! Pour moi, Hime, t'es la plus forte ! Et qu'ils viennent pour dire que c'est faux, tous ces méchants, on leur réglera leurs comptes, nee Hime ?
- Hai ! Aishiteru nii-san ! » Le même jour, des humains attaquèrent le sanctuaire des sorciers, faisant crier les villageois, les emprisonnants, en faisant brûler d'autres... Erio sortie de chez-elle en trombe pour voir le carnage que subissait le village, sous ses yeux. Erio décida d'intervenir, mais un homme s'empara d'elle par l'épaule, l'amenant vers le bûcher général, et le courageux petit frère sauta sur l'homme pour qu'il lâche sa princesse, et celui-ci décida d'attraper le gamin par le col pour l'emmener au bûcher, envoyant Erio contre le mur. Celle-ci se relevant avec peine, vit l'homme mettre à deux doigts Kokoro dans le bûcher.

                Ce fut ainsi que le don du Dragon de Sibérie se réveilla dans son sang. Son œil droit laissa échapper une immense flamme bleue, et sa colère prit dessus, ses cheveux passant du bleu hivers au bleu foncé, pour terminer au noir. La flamme de son œil grandissait, et soudainement une rune apparut sous sa main. Elle venait d'invoquer sa première arme. Le faisant charger vers l'homme, elle récupéra son petit frère en même temps qui la serra très fort contre lui, était terrorisé par ce qu'il venait de se passer. Juste après, elle invoqua, elle même ne sait comment, un dragon via l’énorme arme qu’elle venait d’utiliser ; elle en profita pour lui ordonner de se charger des humains. Le dragon ayant prit toute sa forme, la prometteuse sorcière fuît avec son frère afin de le mettre à l'abri dans un bosquet, lui demandant de ne pas bouger, qu'elle reviendrait vite. Les villageois sauvés, Erio partie à la recherche de son frère, l'appelant, terrorisée à l'idée qu'un malheur lui soit arrivé. Finalement, elle le trouva, allongé au sol et soupira de soulagement.
 « Ah, tu étais là ! Tu pourrais répondre quand je t'appelle, j'ai eu peur tu sais... Eh... Eh, eh, non... Non, Kôko, t’n’es pas mort ? Nee, t’es toujours vivant ? Non... Me laisse pas toute seule ! »

Le petit garçon avait sourit dans ses bras et avait rendu l'âme, sans qu'Erio ne comprenne pourquoi. Elle se mit à pleurer en serrant son petit frère contre elle, ses larmes s'écrasant sur les joues glacées de son défunt Kôko. Ce fut les années noires d'Erio, les années où elle se dévoua corps et âme à faire le mal, n'ayant plus de raisons d'être dans la Lumière, s'habillant toujours en noir. Les humains lui avaient volé la vie de son petit frère, elle allait le venger. À son anniversaire, elle reçut son familier, qui était le réceptacle de l'âme de Kokoro, ce qu'elle ne savait et ne sait toujours pas. Elle avait pleuré en voyant les yeux bruns de son animal, identique à ceux de Kokoro, mais avec le temps, elle se mit à adorer son compagnon pour le nommer « Kôko », comme son défunt frère.

                À treize ans, Erio s’enfuit de chez-elle, utilisant son balai pour s’envoler vers d’autres contrées, en quête de plus de force. Les années passèrent, les combats s’enchaînèrent, la perspective d’octroyer la mort ne lui était pas passée par la tête. Elle ne tuerait pas, ce serait trop facile. Elle tabassait à sang ses ennemis, leur infligeant des douleurs indélébiles, et progressivement…

    *
    *            *

                Un shooter. Comme tant d’autres. Qu’avait-il de particulier ? Eh bien, celui-ci n’avait pas une bonne réputation. Pas du genre remplis d’alcooliques et de drogués en masse, non, mais il y abritait des criminels des plus recherchés, et pas des moindres. Pas des criminels normaux. Ils avaient tous une spécificité qui les différenciaient des uns et des autres.

                Ce soir-là, la porte s’ouvrit sur une personne de taille imposante, aux cheveux courts, une grande mèche cachant son œil gauche pour ce que laissait montrer le peu de lumière. Il n’y avait pas grand monde pour une fin de semaine, hormis quelques personnes qui lui étaient inconnues. Une silhouette aux jambes dénudées, recouverte d’une longue veste noire à capuche. Cette dernière ne montrait pas son visage, la seule chose que l’on pouvait apercevoir était la couleur flamboyante du bleu de ses yeux. Le géant détourna son regard pour détailler d’autres personnes à la carrure plus imposante, aux regards plus meurtriers. Il se posa au bar et commanda son alcool avant de demander au même barman : « Comment sont les fleurs de cerisiers en cette période de l’année ? »

    Le barman le considéra un moment du regard avant de lui répondre, en lui tendant son 25ml : « Belles et bien en fleurs. Que veux-tu savoir ? » « Paraît-il qu’il y aurait quelqu’un d’intéressant ici, ce soir » répliqua le blond. « Il paraît… Puis-je savoir à qui ai-je l’honneur de donner cette information ? »

                Le blond eut un sourire en coin avant de reculer sa mèche blonde derrière son oreille et de montrer son œil gauche ; maudit. Le barman se raidit, alors qu’au même moment une musique entraînante se mit en place dans la radio. « Ryu Yashiro… » Il se ressaisit, et dit au jeune homme face à lui, hésitant avec un accent typiquement Japonais : « BlackRock Shooter. » « Bu… Burakk… Eh ? Hum, bref. Que veut-il » demanda le blond, sérieux. « Je ne sais pas… » « Qui est-ce ? » « Eri… »


                Mais avant qu’il n’ait pu dire autre chose, une fléchette vint se planter contre le front du barman. Plus un son, si ce n’était que l’effondrement du pauvre barman contre le sol. Le blond se retourna et vit, face à lui, non pas l’homme baraqué du fond, mais bien la silhouette frêle aux grands yeux bleus. Elle retira sa capuche et laissa ses longs cheveux noirs tomber contre elle, tandis que son œil gauche laissa une flamme bleue s’échapper. Dans sa main apparut une grande arme, si grande qu’elle faisait le double de sa taille. « Oh putain… » L’homme baraqué se leva, attrapa le bras de la jeune fille qui ne flancha pas. Elle détourna son regard, tira sur l’homme avant de lui décocher un coup de pied latéral en pleine figure. Agitation. Grand vacarme. En peu de temps, le dénommé Ryu se trouva seul avec « BlackRock Shooter » qui ne semblait pas… Pacifique du tout.

                Dès lors, Ryu fut éjecté dehors, et malgré ce sentiment de profond respect, et le fait qu’il trouvait la sorcière à son goût, il devait se maintenir en vie, car BlackRock Shooter ne semblait pas encline à lui laisser la vie sauve. « Eeh ! Qu’est-ce que tu me veux ? » « La même chose que toi. Plus de force » dit-elle en pointant son arme magique face à lui. Étrangement, cet aspect singulier plaisait énormément au grand sorcier qui resta planté là un moment avant de décider de parer le coup de la demoiselle, bien plus jeune que lui. Elle devait avoir seize, voire dix-sept ans alors que lui avait une trentaine d’années, la différence d’âge était flagrante tout de même. Il recula, envoya une rune à la jeune sorcière qui para le coup en tirant avec son arme qui se dissipa après le tir. Black recula, tout comme Ryu afin d’éviter les rayons dévastateurs et s’élancèrent. BlackRock Shooter fit apparaître un katana tandis que Ryu en fit de même via sa baguette, et une bataille épéiste commença. Or, la brune commençait sérieusement à se lasser, et sa patience bien qu’elle soit grande atteignait ses limites. Au bout d’une demi-heure de lutte, rien n’y faisait ; le vieux crouton continuait de se retenir, il ne semblait pas vouloir utiliser le pouvoir de sa pupille.

                C’était embêtant.
                Elle n’avait plus le choix… Elle se coupa délibérément la peau du pouce et traça une rune à ses pieds afin d’invoquer un dragon. Enfin…
                Si elle y arrivait.

                Par chance, un dragon de petite taille apparut tout de même, et sans hésiter, la sorcière grimpa dessus et fonça sur le grand sorcier qui se prit une nuée de cendres en pleine figure. La jeune fille en profita pour charger contre lui, un coup de poing en plein ventre suivit d’un tir, venu comme de nul part, qui l’obligea d’activer son pouvoir démoniaque afin d’éviter quelconque blessure. Regard sombre de la jeune fille. « Finissons-en. » Elle s’élança dans les nuées, et alors qu’elle pensait l’attraper d’elle-même, ce fut le blond qui la plaqua au sol. Visage atterrît contre le sol en un bruit sourd, la brune siffla, et l’arrivée du dragon perturba le sorcier qui desserra légèrement sa prise. Elle en profita. Le dragon s’évaporant via la flamme bleue de la sorcière, elle donna un coup de coude dans le menton du sorcier et pris le dessus, utilisant son katana pour appuyer la lame contre la gorge du grand sorcier.

                On ne sait pourquoi, la brune aurait pu prendre son œil et déguerpir, vu l’occasion inespérée ! Mais elle n’en fit rien. Elle le regarda dans les yeux, fit disparaître son katana, sauta afin d’éviter un coup vache – bien que le vieux sorcier n’en fit rien – et fit, comme déçue : « Pitoyable. » Ce qui tourmentait la sorcière était le fait que le sorcier n’avait pas tenté de s’en prendre à elle, comme tout ennemi normal l’aurait fait, lui… Il avait été passif. Elle remit sa capuche et usa de magie afin de faire apparaître un balai et partie ailleurs. Le blond, lui, sidéré… Regarda la silhouette s’en aller au loin.

                « BurakkuRakku Shūtā… »
    *
    *    *

                Comme vous l’aviez compris, BlackRock Shooter et Erio Touwa ne faisaient qu’un. Ce n’était pas un pseudonyme qu’elle avait choisi, c’était un nom qu’on lui avait attribué en vu de ses nombreux massacres. Bizarrement, on savait qu’elle ne s’attaquait qu’aux humains ayant participés à la destruction de son village et qui auraient pu potentiellement tuer son petit frère. Elle ne désirait qu’une seule chose depuis cette époque ; le venger, ce fût pour cela qu’elle acquérait plus de puissance ; elle voulait leur faire payer, à tous. Même si sur son visage il était dur de percevoir une haine quelconque et une cruauté sans nom, elle en était capable. Or, un jour alors qu’elle avait trouvé le moyen d’invoquer les dragons à sa guise, et des armes comme bon lui semblait, elle se sentit … Insatisfaite. Alors, elle partit à la recherche de l’inespéré ; le pouvoir universel. Pouvoir universel qui se retourna contre elle, une importante décharge magique la foudroya sur place. Impossible de bouger, de parler, de voir, de sentir, d’entendre… Tous ses sens étaient éteints. Elle ne pouvait rien faire. Au final, ce fût comme une réinitialisation de l’Être en lui-même, et ce pendant quatre ans. Quatre années où elle était comme dans un coma, mais en ayant le pouvoir de la pensée. Elle pouvait penser, jusqu’à ce que, tout d’un coup ; tout s’éteigne.

    Lorsqu’elle se réveilla, elle était dans un lit d’hôpital. De longs cheveux bleus l’empêchaient de voir quoi que ce soit, elle les rejeta à l’arrière. Elle ne savait pas trop qu’elle était sa personnalité, quel était son passé… Elle avait tout oublié. Tout comme ses pouvoirs. Une personne face à elle. Elle semblait en savoir pas mal sur elle, en effet, puisque c’était sa mère. Apparemment.

                Elle se sentait dans un monde parallèle. Elle ne trouvait pas ça normal que sa mère soit gentille comme ça, avec elle… Sa mère ne lui parla pas de ce qu’elle était réellement, à savoir une sorcière. Elle l’envoya en internat Japonais. Les gens allaient donc la voir, les filles touchèrent ses cheveux qu’elles considéraient comme « beaux » – heureusement qu’elle s’était teinte les cheveux en noir… – les garçons eux, se penchaient lorsqu’ils étaient dans un axe précis en classe, où s’amusaient à la regarder en hauteur pour avoir une vue plaisante. Or, bien qu’Erio vivait une vie de lycéenne normale et agréable… Elle ne se sentait pas comme une ado. Certes, elle avait un visage d’adolescent, des goûts extravagants pour l’astronomie… Mais en rien elle ne connaissait les groupes qu’écoutaient ses camarades. Elle était bloquée sur une génération qui semblait ne pas être la bonne.

                Erio était connue pour être calme, posée, mais assez vide, ce qui attristaient beaucoup ses camarades qui aimeraient la voir plus sensible, émotive… Mais elle était connue pour aider ses amis à tout moment. Et un jour, alors qu’elle dormait chez une de ses amies, une fuite de gaz se fit dans la grande maison japonaise. Erio l’avait senti, et avait attrapée son amie pour la faire passer par la fenêtre. Explosion, et Erio, elle ne savait comment, avait fait apparaître derrière elle une espèce de barricade en plus d’être en tenue étrange. La vision de la maison en feu lui donnait comme des flashs d’une vie passée. D’un moment triste qu’il lui était arrivé. « Kōko… » Son amie la regarda, mi interloquée et mi effrayée. Et, alors qu’elle appelait les pompiers pour l’incendie, des hommes étranges arrivèrent face à la jeune Erio. « Bonjour mademoiselle, nous aimerions que vous nous suiviez, mais tout d’abord… » L’un des hommes fit oublier l’événement et les dernières heures, en prétextant qu’Erio était malade aujourd’hui. Erio secoua sa tête de droite à gauche : « A… Attendez, je ne comprends pas là… Vous êtes qui, au juste ? » « Nous sommes des employés du Projet d’Etat d’House Fukkou, qui consiste d’emmener et recruter des enfants dotés de pouvoirs surnaturels pour le gouvernement. » « Et si je ne suis pas d’accord » rétorqua la brune qui voyait ses cheveux reprendre une couleur bleue « Doyu koto nano ?! » « Vous êtes mineure, vous n’avez pas le choix, et ne vous inquiétez, ce sont vos cheveux qui n’ont pas supporté la couleur noire et qui la rejette après avoir usé de magie. Maintenant, suivez-nous s’il vous plaît. » « M… Magie ? » La petite Erio était perdue, ne semblait plus rien comprendre. On lui remit son familier qui lui sauta dans les bras. Ses grandes prunelles lui rappelant vaguement quelque chose… On rassembla vivement ses affaires, puis on l’emmena dans cette pseudo maison de redressement, House Fukkou.


Derrière l'écran


    Pseudo : Yumeshie
    Age : 16 ans
    Comment as-tu trouvé le forum (par quel moyen) ? Bah disons que Pauw et moi on avait la même envie, rouvrir le forum doooonc... \o/
    Fréquence de connexion : Pour les vacances, on va dire 5/7 jours, puis en période scolaire, internat oblige, 4/7 jours !
    Qu'est ce qui t'as poussé à t'inscrire ? MAIS QUELLE IDÉE D'AVOIR ABANDONNÉ HOUSE FUKKOU NOM D'UN CHIEN BOURDEL ?! D: La nostalgie, bien évidemment.
    Es-tu un double-compte ? Si oui, de qui ? Pour l'instant personne, peut-être Rin, on verra !

    Are you ready, haha ? I THINK YEP.



Dernière édition par Erio Touwa le Sam 10 Aoû - 8:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yuzu No Sôma



Féminin Age : 21
Date de naissance : 27/02/1997
Messages : 369

MessageSujet: Re: Erio Touwa Mer 26 Juin - 15:39

waou! Tu t'es laché sur l'histoire Chloé dit donc!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erio Touwa



Féminin Age : 21
Date de naissance : 18/12/1996
Messages : 338

MessageSujet: Re: Erio Touwa Mer 26 Juin - 17:46

C'est nul au moins ? D:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yuzu No Sôma



Féminin Age : 21
Date de naissance : 27/02/1997
Messages : 369

MessageSujet: Re: Erio Touwa Mer 26 Juin - 18:53

heu... je ne sais que dire a ton commentaire xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erio Touwa



Féminin Age : 21
Date de naissance : 18/12/1996
Messages : 338

MessageSujet: Re: Erio Touwa Mer 26 Juin - 18:54

Bon bah, flute hein ! 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yuzu No Sôma



Féminin Age : 21
Date de naissance : 27/02/1997
Messages : 369

MessageSujet: Re: Erio Touwa Mer 26 Juin - 19:46

fluuuuteuuuu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erio Touwa



Féminin Age : 21
Date de naissance : 18/12/1996
Messages : 338

MessageSujet: Re: Erio Touwa Ven 9 Aoû - 23:17

FINIE DEPUIS LONGTEMPS, VENEZ ME CHERCHER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erio Touwa

Revenir en haut Aller en bas

Erio Touwa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Fukkou :: Le plus importants :: Présentations :: Présentations à EDITER-