AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le hall d'entrée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Mar 17 Jan - 21:43

    Le policier qui me tenait me poussait un bon coup, comme si il m'enfermait dans une cache, où il devait se dépêcher avant que je lui morde la main. J'aurais pu me ramasser la porte à cause de sa puissance. Non, je rigole, il ne sait vraiment pas à qui il a affaire celui-là. Je lui jetais un regard noir, avançant un peu plus loin, si je te croisse en dehors d'ici mon vieux, tu vas voir qui est le plus fort entre nous deux, et là tu riras moins. Un sourire un peu sadique s'élargit sur mes lèvres, et il me regardait comme pour dire "Tu ne me fais pas peur". Sa joue aux grands en plus, pff... J'aimerais tellement cracher sur ta sale gueule, mais là je retiens mes pulsions pour ne pas le faire. Il reprit son sérieux, quand les deux autres arrivèrent. Oh, on dirait un gamin qui a peur de se faire remarquer à faire une conneries devant ses deux parents, sale type. Je serrais ma main, contenant ma rage à moi-même. Je dois me retenir, je dois rester sage, pour ne pas qu'on me remarque déjà. Déjà que m'envoyer ici ce n'est pas un cadeau, alors je veux pas imaginer la suite. Ils auraient pu me renvoyer chez moi, sa aurait été mieux. Même si, c'est impossible, puisque je ne peux rien dire sur Konoha...

    Je suivais du regard les deux policiers qui venaient de rentrer qui se dirigeaient vers une grosse laide derrière un espèce de bar, enfin, la femme d'accueil quoi. Qu'elle arrête de me regarder comme si j'étais un terroriste et qu'elle me déclarait la guerre elle, ils veulent vraiment que je pète un plomb, c'est sa? Je faisais un pas en avant, pour aller mieux écouter ce qu'ils lui disaient.

    - Nous vous avons contacter hier après-midi pour vous signaler qu'un nouveau étudiant allait faire partie de votre établissement. Nous l'avons inscris, et il s'appelle Sasuke Uchiwa.
    - Hm, laissez moi voir sa... Sasuke Uchiwa dites-vous? Oui, il est bien dans les papiers.
    - Heureusement. Nous vous avons donné les informations qu'il fallait, pouvez-vous vous en occuper pour l'accueillir? Nous sommes rappelés pour un braquage pas loin d'ici.
    - Pas de soucis, je m'en occupe.
    - Merci. Au revoir.

    Ils partirent, me laissant comme une grosse merde dans le hall avec cette vache qui remettaient ses gros yeux sur moi. Tu veux jouer aussi toi, c'est sa? Allez, on va rire toi et moi. Je m'avançais vers elle, pour arriver à un mètre devant son bureau.

    - Vous voulez ma photo que vous me fixez comme sa depuis tantôt?
    - Oui, je la voudrais bien pour la mettre dans mon album des garçons prétentieux que je dois éviter et surveiller au loin.
    - En plus, c'est que vous avez de l'humour. Votre humour est tellement drôle, que je m'endormirais bien.

    Elle fait la madame gentille devant les policiers, mais devant moi c'est autre chose, elle se la joue à la madame qui a tout les pouvoirs, qui est la chef. Non mais si elle croit qu'elle va me faire pisser dans mon slip de peur? Qu'elle se le fourre bien où je le pense sa. Je n'avais qu'une envie, c'était de la taper une bonne fois pour toute, qu'elle sache c'est quoi la douleur cette femme hideuse.

    - Je n'ai plus envie d'avoir affaire à vous plus longtemps. Donc voici ce que je devais vous dire. Un sac m'a été donné, pour que je le vous transmette. J'y ai mis dedans les clefs de votre chambre. Voilà tout.
    - Sa tombe bien, moi non plus je veux plus jamais vous voir, ou je fais une crisse la prochaine fois. Autrement pour sa, tu pouvais fermer ta grosse bouche pour pas utiliser ta salive qui pue à des kilomètres pour rien.

    J'attrapais entre ses mains le fameux sac qui devait être pour moi, et un mini sourire aux lèvres, je lui tournais le dos pour partir le plus vite possible d'ici. J'espère qu'ils sont pas tous comme sa, ou donnez moi directement une revolver.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 19 Jan - 18:37

    Heureusement pour moi, Naruto avait compris mon message e ton allait sortir dans pas longtemps. Alors que je l'avais remercier, il me sortis qu'il n'était pas seul tout en expliquant qu'il y avait un homme brun qui était là aussi, S-Stan ??! Ouvrant en grand les yeux, je fut choquer, peiné aussi au fond de moi, je ne voulais pas qui me voit comme ça merde ! Des frisson me parcourant le dos, je me mis à me grignoter les ongles de ma main non blesser. Merde merde merde.. je saurait pas quoi lui dire moi ! ça va aller trop vite encore j'en suis sur... Soupirant, je fermais les yeux en essayant de pas pleuré après avoir entendu ça, sois fort Kyle, sois foooort ! Serrant les dents, Naruto me tendais ensuite mes habits après qu'il m'ait aidé à enlever tout ces fils et tout le tremblement. Je m'habilla toujours avec son aide, mes pensés était bien sur rivé sur Stan et j'avais vraiment peur maintenant de rentré et surtout de le croiser, et si il était toujours en colère ?? Je saurais pas comment m'expliquer ! Soupirant, Naruto me dit donc qu'il revenait, je hochais simplement la tête alors que je continuais de me rongée les ongles puis il revenu avec une.. chaise roulante ? .... FUUUUUUUUUUUUU. Faisant une drôle de tête, je croyais vraiment qu'il se foutait de ma gueule mais non, il veux vraiment que je m'asseoir dessus.... Qu'il me dise que je fais vieux pendant qu'il y est uh ! Gonflant les joues en faisant la moue, je finissais bien sur par m'asseoir car je voulait pas le vexer et encore moins grogné vue que je venait tout de même de me réveiller il y a pas longtemps. Je m'asseyais donc sans rien dire alors qu'il me passait mon manteau que je pris doucement en faisant attention à ne pas me faire mal vu que je ressentais encore quelque douleurs.

    On sortait donc de l'hopital , et directement je ressentais ce gros froid, celui de l'hiver évidemment, qui me fit longuement frissonner. Laissant de la buée sortir entre mes lèvres alors que je soufflais, je me recroquevillais doucement pour essayer d'avoir plus chaud, je n'étais pas le seul du moins à avoir froid c'est déjà ça non ? Je regardais devant moi, plongeant mon regard dans le vide tout en pensant à ce qu'il allait se passait une fois que je serais rentré. Il sera peut être dans la chambre ? Je peut pas faire comme si rien ne s'était passé, ce serais salaud non ? pour moi oui.. rhaa c'est compliqué ! Fermant les yeux, il fallait pas beaucoup de temps pour que l'on arrive devant le bâtiment , j'ouvrais alors le syeux, relevant la tête vers le ciel qui était cacher par des nuages très sombres. Je me levait sous la demande Naruto alors que celui-ci allait ranger la chaise roulante dans un petit lieux fait pour c egenre de chose pour que l'on puisse ensemble entrer dans le bâtiment, au chaud. JE soupirais de cette chaleur car j'étais beaucoup mieux comme ça surtout que bon, je contrôle le feu non ? Ouvrant un peu mon manteau, je me sentais une nouvelle fois bouillire et mon bras ne me faisais de moins en moins mal.. ce qui était assez bien j'avoue, je me sent déjà beaucoup mieux, loin de cette odeur, ces murs blanc.. ces machines surtout mais là un nouveaux problème viens vers moi c'est avec Stan evidemment... Comment cela va t-il se passer ? pas mal... je l'espère tellement, je veux que l'on oublie tout ça et qu'il ne m'en veut pas.. moi en tout cas, je ne lui en veut lus depuis bien longtemps, je ne pourrais je pense jamais lui en vouloir de trop, j'ai déjà tout oublié... Je veut juste qu'il me dise vraiment ce qu'il veut faire vis à vis de notre relation, que ça soit claire quoi.. fuuu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 19 Jan - 18:58

    Le trajet avait été moins cauchemardesque que je me l'étais imaginé. Au départ par contre, je vous rassure, je n'y pensais pas. Je m'étais attachée absolument normalement, sur un siège absolument normal et mon oncle avait une tenue de conduite plus que bonne. Sauf que lorsque la voiture démarra, au bout de quelques mètres, mon ventre se serra. La voiture. Je n'aime pas la voiture. Cela me rappelle trop de souvenirs et en l'occurence, de très mauvais.

    C'est dans ce genre d'engin là que je suis morte... Dans le même espace réduit que ma tête s'est brutalement cognée contre la boite à gants. Que mon crâne s'est ouvert, que d'une part, du sang est venu m'encombrer la vue et de l'autre, la douleur la voix. Aveugle je le devenais, muette je l'étais et le suis partiellement restée. Ma mère, elle était à côté de moi, tout près. Ses cheveux touchaient presque les miens qui eurent prit, au fur et à mesure de mon de l'étendue de mon hémorragie, une couleur pourpre et à l'odeur désagréable. Heureusement, plus le temps passait et moins je le sentais ce parfum annonçant une mort prochaine. Mon père quant à lui, était sur le siège conducteur, l'airbag dans le nez mais la tempe en mauvais état. Pendant un court moment qui me paru être une éternité, dans une atroce souffrance physique aussi bien que morale, ils ne bougèrent pas. Ni les pieds, ni les bras, ni les lèvres. Je les croyais morts mais ils ne l'étaient pas. C'est moi qui mourrait dangereusement peu à peu et au bout d'un certain laps de temps, je vins à fermer les yeux. Je les avais longtemps tenu ouvert et la sensation était la même que lorsque l'on veut se retenir de dormir alors que la fatigue nous accable. C'était dur de résister et se laisser succomber parait être le meilleur choix. Ça l'était d'un certain côté même si je l'ai amèrement regretté plus tard. Lorsque j'appris que j'étais morte, que je n'étais qu'une fantôme que les humains, que ma famille même pouvaient traverser sans se rendre comtpe de rien. En attendant que cela arrive, car avant de pourrir, j'ai été longuement consciente, j'entendis des choses. La notion du temps, je l'avais perdu depuis belle lurette. Depuis que la voiture avait fauché un animal et s'était empalée dans la fosse après maintes galipettes pour être un maximum précise. Je me rappelle juste alors, avoir entendu des voix. Des voix familières. Celle de ma mère puis celle de mon père. Des gémissements au départ puis des mots, des appellations, des questions avant que tout ne se brouille et que les sons ne se transforment dans mes tympans pour me donner un résultat minable. Je ne comprenais plus rien et même si tout aurait été clair, je n'aurais toujours pas compris. Mon cerveau était sur off. Incapable de reflechir, seulement capable de ressentir. Plus loin encore sur la friche temporelle, les bruits stridents des sirènes d'ambulance me martelèrent. Ce qui est bizarre dans tout ça, c'est que malgré le fait que j'avais conscience des élements extérieurs et que ceux-ci n'étaient pas à coups surs toujours cléments avec moi, je n'avais plus tellement mal. Mais, j'ai appris, durant mon existence sous Nanami que les douleurs étaient en partie dû au cerveau. A la reflexion. Qu'on arrive même à retenir des douleurs et à se les infliger de notre propre chef si l'on croit retomber malade à cause de symptômes similaires à ceux qu'on a pu déjà avoir. Je trouve ça fou mais je ne peux que y croire vu que j'ai vécu personnellement un exemple comme un autre pour prouver cette physique.

    Mais tout se passa bien. Mon oncle roula doucement sur les routes enneigés et je pus alors me contenir d'haleter l'air. Je respirais mal, c'est vrai, mais pas au point de les inquiéter. Mes inspirations étant petites et mes expirations dès plus douces.

    Au bout d'une demi-heure à peu près, on arriva sur le parking de HouseFukkou. Akira se gara avec toute la classe du monde et venu m'ouvrir la portière, faisant de même pour Haku qui était resté, heureusement pour nous, un loup. Jusqu'à quand ça je ne sais pas mais je continue d’espérer pour que mon oncle soit partit d'ici là. Pas que je ne veuille plus le voir, ah ça non, mais vous comprennez comment cela peut être gênant.. fin, je.. moi aussi j'espère ne plus être à ses côtés quand ça arrivera. Il ne faut pas s'imaginer des choses, non non non ! Je... oui il est... beau. Je ne le nie pas et le nierai jamais c'est juste.. super gênant de parler ça ! Je m'arrête là d'ailleurs ! Sujet close, merci d'être passé et bonne journée ! Je crois que mes joues ont assez chauffé pour compenser le manque d'habits sur mon corps gêlé, pfiou !

    << Je te remercie pour tout, tonton ! >>

    Serrant dans les bras la même personne à qui j'avais adressé ce message via mon carnet, j'eus encore du mal à m'en détacher. Si je le pouvais, je pense que je resterai dans ses bras pour toujours. Toucher les corps des uns des autres après avoir passé tellement de temps à n'être qu'une buée blanchâtre voire transparente, c'est ce qu'il y a de plus beau. Puis... il représente désormais à lui seul toute ma famille et je ne serais dire à quel point je suis fier et émue qu'il soit un oncle si attentionné. Vraiment... Je ne sais pas si je le mérite. Non en fait je ne pense pas le mériter. Mais je l'aime tellement mon tonton... tellement que même si il ne devrait pas être à mes côtés, je désire qu'il le demeure !

    << Tout ça m'a fatigué. Je pense que je vais allé faire une sieste... je te promets de prendre soin de moi. Prends soin de toi aussi, s'il te plait. >> écrivis-je son attention avant de taper sur mon portable, pour Haku : << Je vais y aller. Je t'accompagne jusqu'à ta chambre, j'insiste ! >>

    Je ne voudrais pas que l'un des surveillants ne le mettent dehors en croyant qu'il s'agit d'une bête féroce.
    Me mettant sur la pointe des pieds, j'attendis que Akira se baisse pour embrasser tendrement sa joue et partir dans la chambre de Haku, mes affaires dans une main, l'autre étant occupée à saluer une dernière fois celui que j’appelais de vive voix ' Akiiia '.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 19 Jan - 19:22

J'avais finalement repris route jusqu'à Fukkou. Non, je ne fuirais pas, pas cette fois ... Du moins, je n'ai pas beaucoup de courage, je verrais bien sur place si je parvins à me lancer ou non. Ça me fait peur, sûrement m'en veut-il ? Ou alors il va redevenir froid avec moi ? J'ai tellement honte de mon comportement, je dois mettre un terme à tout ça. Marchant sur le chemin du retour, la mine un peu basse, je me demandai où il pouvait être. A la chambre certainement ? Finalement, me voici devant le bâtiment, le cœur battant. Lance-toi Stanley, c'est toi le meilleur. Enfin non, je ne crois pas ... Cessant un instant de me torturer l'esprit à essayer de me décider, je finis par m'approcher, mais me stoppai de nouveau net en voyant depuis dehors, Kyle à l'intérieur, heureusement dos à moi. Kyle ... Le regardant longuement, j'hésitai. J'avais à la fois envie de m'enfuir en courant et de lui sauter au cou, sacré marge, non ? C'est difficile, je redoute la suite, je ne sais pas comment ça va se passer ... J'imagine que lui aussi, nage dans le doute, non ? Au moins il semble mieux aller, en tout cas c'est l'impression qu'il me donne. Je ne sais pas quoi faire, j'ai mal au cœur, je sens que je vais aller dégueuler dans pas longtemps si ça ne s'arrête pas .. M'enfin, arrête toi Stan, calme toi et ... Non vraiment, je ne peux rien prévoir et ... Hum attend, qu'est-ce que je raconte ? C'est bien moi qui me dis toujours de me lancer habituellement, non ? Il est passé où le Stan habituel ? Je dois y aller, je ne vais pas encore m'enfuir par honte d'assumer mes actes, et puis si ça se passe mal, j'aurais tout le temps de regretter plus tard, non ? Je ne suis plus vraiment à ça près, côté culpabilité. Prenant une longue respiration après m'être mordu la lèvre, je fis les derniers pas qui me séparaient de la porte, ouvrant doucement cette dernière tandis que naturellement, Kyle et son ami se tournaient en ma direction et je pouvais lire sur le visage du rouquin de la surprise, une petite peur peut-être, ché pas ... J'ai vite regardé ailleurs à vrai dire, herm je suis un gamin.

"Euuh Kyle ..? Je suis désolé .. Ca va mieux ?"

A vrai dire, mon excuse semblait bien faible par rapport à ce que j'aurais voulus dire, je m'en voulais tellement, j'aurais très bien pus le lui dire en toutes les langues, des tas et des tas de fois mais ... Fierté quand tu nous tiens. Je ne savais pas vraiment quoi dire, j'espère que j'ai pas mal trop con avec ma phrase de Kikoo. Au moins ma voix n'a pas trop tremblé, et c'est déjà ça, je peux vous le dire ... Faisant nerveusement bouger mon pied droit au sol, je finis par relever les yeux vers lui, ou plus précisément, vers ses doux yeux verts qui m'avaient bien manqués tout comme le restant de son être. Moi aussi j'ai peur Kyle, oui ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 19 Jan - 19:37

    Me rongeant toujours les ongles, je finissais par entendre plusieurs fois la porte s'ouvrir, au début c'était une fille avec un mec aux cheveux noir ce qui me soulagea directement mais.. le second arrivage me faisais faire des saut dans la poitrine. C'était lui, Stan , celui que j'ai dit que je le détestais... celui que.. j'aime en vérité. Surpris , je tremblais des jambes alors qu'il se rapprochait de moi. Je faisait alors quelque pas en arrière comme pour vouloir partir en courant mais je le fis pas, je veux pas, je veux que sa cesse tout ça.. et maintenant. Il me demanda si sa allait et j'avais l'impression qu'il voulait faire comme si rien ne s'était passé... Pourtant, je ressentais une vague sensation de peur venant de lui, veut-il dire autre chose malgré sa question ? Je restais muet, laissant mon regard plongé dans le sien, lui parlant rien qu'avec celui-ci. Car j'osais vraiment lui parler , je pouvais pas, j'allais pas pouvoir lui dire des choses claires hum.. Naruto m'encourageant à coté, je soufflais, tremblotant encore alors que j'avais quand même assez chaud. Je sais pas quoi faire ni quoi dire, si je dois lui faire part de mes sentiments ou tout simplement me taire et espère que sa aille mieux rien qu'en voulant être aussi lâche que n'importe quel faible.. Une boule dans le ventre et la gorge, je finissais par m'approcher de lui très doucement, je savais pas ce que je faisais mais ce qui est sur c'est que je ne veux pas que sa s'arrête là, je vous le re dit, je ne pourrais pas faire semblant, je sais que tout cela été grave autant pour moi que pour lui, je veux qu'il sache tout , tout.. vraiment tout. Le cœur battant affreusement, je sentais des larmes coulé et je commençais déjà sangloter a cause de toute ses sensation qui me traversais le corps ainsi qu'alourdir mon cœur, j'avais mal, j'ai mal, je veux que tout cesse... Stan.. Me mettant sur la pointe des pieds sous un élan quelconque, j'entourais son coup de mes bras afin de l'enlacer aussi fort que je pouvais malgré ma blessure. Les larmes coulant sans s'arrêter, je posais ma tête contre son buste, entendant ainsi les battements vif de son cœur qui semblait s'emballer encore et encore.

    - Je s-suis autant désolé que toi, je m'en veut d'avoir fais ça, j'aurais pu m'abstenir, j'ai du te faire du mal, j'suis con con coooon... Je t'aime Stan, je n'ai rien pensé de ce que j'ai dit, je t'aime tellement... Lui dis-je finalement , regardant mes propres larmes tombée sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 19 Jan - 20:19

    - Euuh Kyle ..? Je suis désolé .. Ca va mieux ?

    - Je s-suis autant désolé que toi, je m'en veut d'avoir fais ça, j'aurais pu m'abstenir, j'ai du te faire du mal, j'suis con con coooon... Je t'aime Stan, je n'ai rien pensé de ce que j'ai dit, je t'aime tellement...

    C'est moi ou je suis vraiment de trop en ces lieux ? Regardant la scène se faire, Kyle en train d'enlacer Stanley tout en sanglotant, j'eus un certain pincement au coeur. Le voir pleurer me faisait mal, j'avais aussi peur qu'il ne se blesse encore une fois au poignet mais aussi... aussi j'en étais un peu jaloux. Non pas de Stanley car il me volait mon ami mais par rapport à leur relation. Ils étaient amis. Fin... plus qu'amis mais on se comprends quand je dis ça. Ils s'étaient severement disputés et pourtant, les voilà réunis, l'un dans les bras de l'autre. Une reconcilliation simple mais très efficace. Une que je n'ai vu jusqu'à là que dans des films. C'était beau c'est vrai. Et vu que je ne suis pas du genre à mentir et surtout pas à moi-même car je ne veux pas perdre qui je suis de vue, il faut que j'assume ce pinçon, ce désir.

    Avec Sasuke, ça n'a jamais été comme ça. Dans les plus belles périodes comme dans les plus mauvaises. On ne se rapprochait pas autant. Il est vrai que c'est peut-être dû au fait que les deux zigotos en face de moi ne soient pas restés au stade d'amitié mais quand même... Jamais je ne me suis tenu si proche physiquement de mon meilleur ami alors que plusieurs le sont. Peut-être une différence de culture j'en sais rien mais nos rapports sont effectivement complexes, je vous l'accorde. On s'est maintes fois sauver la vie au péril de la notre mais on ne confère pas pour autant à l'autre le droit de voir à quel point on l'apprécie. Une sorte d'amour fraternel si l'on veut, même si je suis pas vraiment super bien placé pour comparer, moi qui suis orphelin et fils unique.

    - Je... crois que c'le moment de vous laisser hein. Vous avez surement des choses à vous dire et à vous faire, fin, ouais, je... bref, j'aimerais pas intervenir la dedans quoi. N'oublie pas de me donner des nouvelles Kyle et Stan... Je compte sur toi pour t'occuper de lui. A plus !

    Faisant un salut à la militaire en posant mon index sur mon front dégagé avant de le balancer en l'air, je fis un quart de tour sur moi même et pris les couloirs pour partir... ailleurs. Voilà. Je me retrouve comme un con maintenant. A-lo-ne. Je suis content d'avoir pu aider, là n'est pas le problème mais il me semble avoir lâché Rin brutalement alors qu'elle aussi n'avait pas l'air dans sa meilleure forme. En espérant qu'elle n'est pas fait la même erreur que Kyle en tentant de se... Non. Elle ne l'aurait pas fait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 19 Jan - 21:19

Descendant du toit, je me retrouvais à nouveau dans le hall principal, où la vieille mégère veillait toujours. Pas moyen. Elle bouge pas. Même rentrée dans le bâtiment, j'avais toujours aussi froid. Et je ne comprenais toujours pas. Deux garçons étaient présents, le troisième venant de partir lorsque j'arrivais. Sans leur adresser un regard, je filais vers le distributeur de boisson, et payais précipitamment une boisson chaude. Mes mains tremblaient en insérant les petites pièces dans le trou prévu pour. Je ne comprenais vraiment pas. Qu'est-ce qu'il m'arrivait. Depuis la découverte de mon pouvoir, rien de si "spécial" ne m'était arrivé. Mais depuis ma rencontre avec le sorcier, je... ne me sentais plus vraiment bien, plus vraiment moi-même. J'étais toujours étonnée. J'avais écouté, non obéie à Alice. Ce qui n'était jusqu'ici presque pas arrivé. Peut-être une fois, le jour de notre arrivée. A notre rencontre avec Aerith. Et peut-être cette fois là aussi. Avec notre pè...
Géniteur. Ce mot me semblait plus approprié. Il n'avait jamais été un père. Une larme roula le long de ma joue. Encore une. Combien de fois avais-je pu pleurer aujourd'hui ? Il n'y avait pas moyen. Je pleurais peut-être, mais uniquement à cause du froid ! Je me posais sur un banc, les jambes repliées contre mon torse, la boisson dans ma main droite. Oui. C'était exactement ça : je pleurais à cause du froid. Il n'y avait pas d'autre explication. Le froid. "... Yui..." Tais-toi.
Je ne veux pas t'entendre. J'étais toujours aussi glacée. Ma peau était hérissée à cause de l'effet "chair de poule". Je ne supportais pas ça. Une seconde larme coula, tandis que j'avalais un peu du liquide réconfortant. Mais qui ne me réchauffait pas. Ce n'était pas normal. Ce froid n'était pas normal. Mais en y repensant. Qu'est-ce qui est normal dans cette maison de redressement ? Je penchais la tête, cachant mes yeux derrière mes genoux. Je ne voulais plus rien voir. Plus rien ressentir. Le manque d'émotion est tellement rassurant. Pourquoi il a fallu que je change ? Pourquoi mes émotions sont-elles revenues, comme ça, d'un coup ? Mes épaules tressautaient, sous le coup de mes sanglots. J'avais presque honte de pleurer ainsi, et surtout dans cet endroit, où n'importe qui pouvait me voir, notamment les deux gars. Qu'est-ce que je peux faire pitié. Mais je n'avais vraiment pas la force de bouger.
Je ne suis même pas certaine que je voulais bouger. A cet instant, je n'avais qu'une envie : parler avec un de mes surveillant. Peu importe lequel. J'avais besoin d'en parler. J'avais besoin de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 19 Jan - 22:30

Kyle avait reculé, comme un peu effrayé. Il pense que je suis encore énervé, peut-être ? Il ne manquerait plus que ça tiens, que ça soit moi qui lui en veuille après lui avoir tout droit tracé son chemin vers l'hôpital ... Bien sûr, ça ne m'avait pas rien fait d'apprendre qu'il s'était ouvert les veines, loin de là, mais j'avais été trop malheureux pour avoir de la rancœur, ne serait-ce qu'un peu, comment aurais-je pus en vouloir pour ce que j'ai moi-même engendré ? Le regardant toujours dans les yeux, c'est comme si l'on se parlait ainsi, qu'avec le regard, ce qui aurait été si fort pratique, de pouvoir lui faire part de toutes ces choses qui me restaient bloquées en travers de la gorge rien qu'en contemplant ses belles pupilles vertes. D'ailleurs, je ressentais de drôles d'envies rien qu'avec son regard sur moi, non pas celles auxquelles vous pensez mais plutôt ... Lui donner un baiser. Comment éviter cela lorsque l'on nous regarde ainsi, pouvez-vous me le dire ? Ne me laissant évidemment pas aller par mes pensées, je continuai cependant de le regarder. Malgré tout, il ne partait pas en courant et n'avait pas l'air de m'en vouloir et rien qu'avec ça, je sentais mon cœur s'alléger, j'allai un peu mieux bien que quelques minutes plus tôt, à croire qu'il a un grand contrôle sur moi, il me fait vite changer d'humeur, c'en devient presque affolant. C'est sûrement fort ce qu'il y a entre nous, sûrement ...

Enfin là, je m'emporte peut-être un peu, et lui qui ne semble toujours pas réagir. Penchant un peu la tête sur un côté, hésitant à rajouter quelque chose ou non, il finit par se rapprocher de moi, doucement, chacun de ses membres semblant trembler mais ça m'étonnerait bien que le froid y soit pour quoi que ce soit. J'eus un nouveau serrement au cœur lorsque de nouvelles larmes coulèrent de ses yeux alors qu'il recommençait à sangloter. Ohh non ... Un petit air triste apparaissant à mon visage en le regardant, il finit par m'enlacer au cou, me serrant fort, sûrement autant que sa blessure le lui permettait dans le moment. Ne tardant pas à répondre à cette étreinte en murmurant un petit "Kyle ..." pour d'abord répondre à ce qu'il avait dit, je sentais mon cœur faire des siennes en même battant, se remettant à battre vite dés que je fus contre Kyle, comme s'il cherchait à se faire entendre par celui de ce dernier mais n'en fis rien, gardant mes bras autour de lui tandis que je relevai les yeux pour regarder Naruto qui devait se sentir un peu de trop, ce qu'il nous fit ensuite comprendre à sa façon, souhaitant donc nous laisser. D'abord un peu gêné du fait de me retrouver seul avec ce garçon tant aimé, contre moi, surtout car j'avais un peu peur et je doutai de moi, je finis par néanmoins esquisser un sourire, petit mais franc.

"Compte sur moi."

Je le regardai s'éloigner dans le couloir. Merci beaucoup. Je viens de découvrir à ce moment même que les premières impressions ne font pas tout, ce Naruto m'a l'air d'être quelqu'un de bien, tout comme Kyle. Ça m'apprendra à toujours foncer sans réfléchir. Enfin, revenons à nos moutons ... Ma main tendrement posée dans le bas-dos de Kyle, je finis par reporter mes pupilles à son visage recouvert de larmes puis naturellement, vint lui essuyer ces dernières de ma main libre après avoir bien sûr retiré mon gant. Hum Kyle ... Je croyais t'avoir dis de ne plus t'insulter, tu es trop dur avec toi-même, s'il doit y avoir un fautif, pourquoi est-ce toujours toi ? Laisse moi encaisser, à moi-aussi ... Cesse de t'en vouloir sans raison. Tu dois t'aimer Kyle, rends-toi enfin compte du garçon merveilleux que tu es, une bonne fois pour toute, ou dois-je te le faire découvrir ? Ma main étant restée à sa joue tandis que je le regardai, je finis par la retirer non par pour le lâcher mais pour mieux l'enlacer contre moi. Il ne pensait pas ses mots, il m'aime ... Ces deux informations avaient eus un effet bénéfique sur mon cœur, ce qui était un peu égoïste de ma part sur le coup étant donné que lui, n'était pas dans le même état, il semblait toujours malheureux et ça, ça me pesait vraiment. J'aimerai moi aussi te servir à quelque chose, savoir t'aider.

"J'ai rien pensé non plus de ce que j'ai pus dire, tu sais ... C'est moi qui m'excuse de tout, tu n'y es pour rien dans toute cette histoire, crois-moi vieux. Et puis .." Je marquai une petite pause, un peu gêné d'avance de ce que j'allai dire. "Je ... Enfin tu m'as manqué ..."

Mes joues depuis quelques minutes un peu rouges, je finis par un peu me pencher pour éviter qu'il n'ait à se mettre sur la pointe des pieds plus longtemps, mettant ma tête au creux de son cou, ignorant les gens qui allaient et venaient autour de nous. Kyle, vraiment, qu'as-tu fais de moi pour me rendre tant accros à toi, à tes courbes, à ton odeur, à tout ton être ? Je l'ignore ... Même si j'ai du mal à énoncer mes sentiments, je sais qu'un jour j'y arriverai, pour toi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Ven 20 Jan - 6:31

    Naruto partant, je lui en voulait pas et je savait qu'il se sentais un peu de trop. Mais je lui en devait une, il avait encore été là près de moi et il m'a aider à revenir à House.. il faudra que je le remercie non ? bref. Stan après avoir vue mes larmes retirait son gant afn de les essuyer mais sa n'allais pas tarder à re couler si il ne me dit pas une bonne fois pour toute ce qu'il ressent moi je veux savoir, j'en ai marre.... Tremblant encore bien que Stan m'enlaçais à nouveaux , je regardais dans le vide en essayant à tout prix de me calmer. Tout va pour le mieux pour l'instant c'est vrais... mais il m'en faut plus, je dois me sentir encore mieux que là, que ce poids sur mon cœur s'ne aille... Il me manque encore des choses, je veux être sur de tout et ne plus m'inquiéter ne serais-ce qu'une petite période de rien du tout.. au moins. Mes pieds à plat, je l'avais écouter longuement et surtout attentivement pour qu'après il plonge sa tête dans mon cou , ce qui effectivement me faisais un drôle d'effet et mes joues devenu assez rouge déjà alors que j'avais depuis le départ très chaud. J'avalais doucement ma salive,me recevant encore un coup de couteau dans le cœur alors que je me mordais la lèvre. Quelque part j'avais envie de faire comme si tout ce passais merveilleusement bien en me disant que de toute façon notre amitié va rester soudé mais.. d'une autre, je veux lui re demander, l'envie de savoir est rester encrer dans mon être et ça ne pourra se refermer tant que je n'aurais pas l'idée de la chose. Tu peut pas savoir à quel point je peut t'aimer Stan, tu peut pas.. Si tu me repousse sa fera comme si ma vie n'aurais plus aucun sens, je saurais plus ou me tourner pour trouver une source de bonheurs , je saurais plus vers qui me tourner réellement pour avoir le sentiment d'être aimer autant que je l'espère... Je ne saurais plus rien, un voile cachera encore ma face et les pleurs de mon cœur ne cesserons de continuer d'hurler de douleur, sa parle, sa cris.... C'est horrible. Mes mains accrocher à son haut, je finissais par lentement le serrer, encore entrain de me mordre la lèvre à cause de toute ses pensés qui ne faisait que de me faire mal , une larme encre coulant, je finissais par prendre le visage de Stan entre mes mains, n'en pouvant plus d'attendre, je ne peut plus me permettre de continuer sur cette voie là.

    - Je t'en pris.. dis moi.. dis moi si je dois continuer d'espérer d'avoir un jours ton amour ou si je dois abandonné tout et passer à autres chose, personnellement je ne le pourrais mais je t'en supplie... Dis moi.. Je veux plus me faire d'illusion.. non.. Dis-je entre deux sanglot nouveaux alors que je le regardais dans les yeux avec de la peine dans le regard.

    Je sais que je lui demande quelque chose de difficile, que ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère. Il n'a peut être même pas réfléchis a cause de tout ça ? Je suis peut être entrain de précipité les choses non ? je sais pas.. c'est pour ça que je veux qu'il me réponde encore une fois pour que je sois sur que je j'espère pas pour rien. JE veux être au courant tout de suite, comme ça je souffrirais peu être mais pas autant que si je le saurais pas là quoi... Je t'en pris Stan, dis moi merde. Sa parait égoïste mais .. voilà, je le veut , je l'aime, je ferais tout pour gagner de son amour ne serais-ce qu'un petit bout de ses sentiments qui ne me sont presque dévoilé.. Je veux tout découvrir avec lu, juste lui.. Je sais pas si c'est de la possessivité mais.. sa y ressemble, j'en suis sûr. Si j'ai quelque chose à changer sur moi, je le ferais, je ferais tout ce qu'il veux si sa peut permettre de changer son avis,je peut tout.. enfin j'essayerais surtout mais pour lui, je pourrais aller a l'autre bout du monde, je le sais...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Ven 20 Jan - 23:19

Kyle, pourquoi as-tu encore l'air si malheureux ? M'en veux-tu tant ? Ou alors attends-tu d'autres paroles de ma part ? Ses mains serrant une nouvelle fois ma veste brune sur laquelle elles s'étaient accrochées, il tremblait, ses douloureuses larmes se remettant à finalement couler le long de ses joues alors qu'il prenait mon visage entre ses mains, exigeant certainement que je le regarde pour qu'après, il se remette à me parler. De ses sentiments, il me suppliait presque de lui donner une réponse claire, je voyais que mon incertitude lui faisait mal, et ça, je ne le voulais pas malgré tout, et dans ce moment-là, je m'en voulais terriblement de ne pas avoir une réponse claire à lui donner. Stan, pourquoi hésites-tu encore ? Ne te souviens-tu pas de la dernière fois que tu as été si heureux avec quelqu'un ? Quand était-ce ? Jamais, il me semble. Tu as passé ta jeunesse à prononcer des mots que tu ne pensai pas, des "je t'aime" à tout va, à t'inventer des sentiments qui n'avaient pourtant pas leur place. Alors pourquoi ne te lancerai-tu pas pour ce garçon que tu aimes tant ? Pourquoi ne dirais-je pas ces trois simples mots qui changeraient tout dans notre relation, qui nous délivreraient en quelques sortes de toutes ces pulsions et sentiments qui ne cessent de nous travailler l'esprit et de nous attirer multiples soucis et peines.

Ça serait sûrement mieux, je pourrais en juste quelques mots échanger notre amitié en amour, et j'imagine que ça serait une bonne chose pour nous deux, on se sentirait certainement mieux et j'avoue que ça me met étoiles aux yeux de m'imaginer une vie de couple avec lui mais voilà ... Je crois que c'est notre amitié le problème. Notre lien si soudé, je n'aimerai pas prendre le risque de le briser, de le perdre, car je sais que rien n'est éternel, et notre dispute ne fait que me faire douter d'avantage. En même temps, elle m'a servit à mettre clair sur mes sentiments, à me rendre compte que Kyle avait une grande place dans mon cœur, mais aussi ... J'ai deviné que le futur aurait sûrement des difficultés. Mais pourtant ... J'ai toujours pensé que les difficultés de la vie, au contraire, nous aideraient à avancer, à aller plus loin, car c'est en souffrant que l'on devient un homme, et surtout que nos liens se renforcent, on peut toujours tirer leçon des problèmes, comme j'ai un peu plus tôt réalisé l'étendu de mes sentiments après avoir été séparé de lui. Du moins, pas l'étendu, je pense que c'est bien plus fort, c'était sûrement qu'un petit aperçu. Jusqu'à aujourd'hui, j'ignorai qu'il était possible d'aimer autant quelqu'un, surtout aussi fraichement rencontré ...

Et puis, pourquoi ne pas me jeter à l'eau ? A quoi me servirait d'attendre, si ce n'est le faire souffrir d'avantage ? Peu importe le temps que je prendrais à réfléchir, je ne vois qu'une réponse possible à sa déclaration, jamais je ne pourrais le jeter. Alors, que je me torture l'esprit ou non, on en arrivera à la même conclusion, juste que j'aurais perdu du temps, du temps où j'aurais pus commencer à vivre une belle relation avec ce rouquin. J'en ai envie, vraiment, et je ne veux plus voir Kyle souffrir, je veux qu'il soit heureux. Non, je ne me serais pas forcé, même pour lui, si toutes ces pensées me viennent c'est car je suis bel et bien conscient de l'aimer, sûrement que ça a simplement du mal à s'imprimer dans mon esprit, il faut toujours que je sois trop réfléchis, même lorsque j'ai le bonheur à portée de main. Mais et si on se séparait ? Cela voudrait dire que ça en serait finit de notre amitié ? Je ne veux pas ça ... Et si on démarre quelque chose et que ça se termine pas la suite, cela ne serait pas que plus difficile ? Stan, tu es un gros abruti. Je ne dois pas me dire tout ça, avec des "et si" on aurait put refaire le monde, et pas qu'un peu. Ouvre les yeux, lance toi et putain, cesse de te dire que tout ira mal, tu ne connais rien du futur et peut-être bien que nos sentiments nous aideront à tout surpasser, je le sais, je le veux ... Avec qui d'autre aurais-je pus découvrir l'amour ? Si ça ne peut être Kyle, l'homme que j'aime, je ne vois pas qui pourrait espérer avoir ce rôle pour moi, à moins que me la jouer à la Rea, en tant qu'éternel célibataire ... Ce serait stupide, je crois que je regretterai longuement d'avoir laissé passé tout ça.

Alors, verdict ? Je me suis de nouveau posé beaucoup de questions et ça doit se terminer ici et maintenant. Si je me lance, je pourrais découvrir l'amour avec lui, non ? Une relation plus approfondit ... Je crois que j'en ai besoin, je dois passer au dessus de tous mes doutes une bonne fois pour toutes, je pense que ça se fera tout seul, et ça mettra fin à nos problèmes respectifs. Je pense que je suis prêt à m'engager ... Mais après, il est vrai que nous sommes deux hommes, j'ai un peu peur, pas à mon niveau, par rapport à lui, et s'il n'aimait pas certaines tournures de notre relation ? Par exemple ... que je le touche ? Car il faudra bien en venir à là un jour ou l'autre, mais je sais qu'il est timide, et peut-être que ça le rendra mal à l'aise je ne sais pas ... Putain recommence pas avec tes "et si". Je l'aime bordel, oui JE L'AIME ! Voilà. J'imagine que c'est tout ce qui importe en ce moment, le reste n'a pas sa place dans mes pensées, faut que j'arrête, que je me laisse aller, au moins cette fois-ci ... J'ai toujours souhaité beaucoup de choses mais là, si je pouvais juste l'avoir lui, je crois que je n'aurais plus rien besoin d'autre. Ça me tient vraiment à cœur malgré que je ne le montre certainement pas ... Kyle, continue, aime moi pour toujours s'il le faut, c'est bon, je suis décidé, tu as eus raison de précipiter les choses en quelques sortes, j'avais besoin de ça, d'être secoué. N'ayant pas bougé le temps de ma réflexion, je n'avais cessé de le regarder malgré mes nombreuses pensées puis finalement, je mis à mon tour ma main sur sa joue, la lui caressant distraitement du bout du pouce, mes yeux toujours rivés sur les siens. Go Stan, dis-le ... Rahh, j'ai la pression maintenant, ça fait peur de dire ça après toutes ces années. Mais je le dois, il doit savoir, on doit avancer, ensemble. Je te sortirais de là Kyle, si c'est bien à moi que revient cette tâche, jamais je ne lâcherai ta frêle petite main.

"
Je t'aime."

Mentalement, j'étais en mode "YATAAAH je l'ai dis !!", première petite victoire personnelle depuis un petit bout de temps, ça me soulageait, oh mais oui, même si l'envie d'aller me cacher ne me quittait pas, après cette déclaration. Fuuh j'ai chaud d'un coup, des gens nous regaaardent. Et puis merde, ils n'ont qu'à aller se faire voir, on n'est pas des bêtes de foire non plus. Il m'avait semblé être surpris, mais dans ses yeux, c'est comme si sa peine avait disparut, en même temps que ma fierté et vraiment, rien n'aurait plus me faire plus plaisir en ce moment-même. Ces mots étaient donc si importants pour toi, Kyle ..? As-tu donc si tant besoin de moi ? Souriant finalement légèrement, je me penchai ensuite un peu, posant mes lèvres sur sa joue légèrement humidifiée par les larmes qui y avaient coulés, j'espère pour la dernière fois. Kyle ... Finalement, bien que je ne voulais pas vraiment précipiter les choses, je tournai un peu la tête puis l'embrassai pour de bon, plaquant mes lèvres contre les siennes avant qu'il n'ait put rajouter quelque chose. Y allant tranquillement, je finis par quand même naturellement l'approfondir, resserrant un peu plus mon étreinte autour de sa taille. Notre premier véritable baiser, ici, dans le Hall de Fukkou. Désolé Kyle, j'en avais vraiment envie, j'espère que ça ne va pas te faire peur, je ne te ferais rien de mal ... Je t'aime, je t'aime, peu importe combien de fois je pourrais le répéter, enfin dans ma tête bien sûr ... J'ai toujours du mal à m'ouvrir à mes sentiments, mais au moins, j'ai sus lui dire, j'ai sus lui apprendre qu'il n'était pas le seul à ressentir ça. J'espère que ... Non, j'ai bien fait, je le sais. Mais si au moins, mon cœur arrêtait de se croire aux montagnes russes, je crois que ça m'arrangerait làà.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Sam 21 Jan - 10:18

    Après avoir annoncer ma phrase sur un ton suppliant, il semblait être plongée dans ce pensés comme si je l'avait fais soudainement réfléchir pendant quelque minutes. Il me regardais longuement, sans rien dire mais je voyais bien dans son regard qu'il était plongée dans le vide, plongée encore plus profond, dans ses pensés, et j'aimerais bien personnellement lire dans celles-ci pour savoir ce qu'il peut bien dire et réfléchir sur quoi... C'est quoi qui te bloque Stan ? je veux le savoir moi.. J'étais plus qu'impatient de sa réponse car bien sûr c'était important de savoir pour moi si il fallait que j'arrête de le coller ou le contraire, si je dois faire tout pour le rendre heureux. Du moins je pense que si on dois être ensemble, lui aussi va pensé qu'il dois faire son possible pour pas me vexer et tout... m'enfin c'est normal je pense... non ? Je le regardais moi aussi sauf que je ne me plongeais pas autant dans mes pensés pour évité d'être dans les nuages lorsqu'il dira sa réponse , sa serais con de ne pas entendre alors que je n'attendais que ça.. Je pense qu'il n'aurais pas envie de le re dire, c'est assez gênant je peut le comprendre... J'espère vraiment pas précipité les chose,s c'est pas ce que je veux ! Je gardais mon emprise sur son tee-shirt ou j'avais glissés mes mains pour le serrer pour pas lui faire oublié en quelque sorte que j'attendais une réponse de sa part , une claire et précise pour que enfin je ne me fasse plus d'illusion. Je ne pouvais pas m’empêcher de trembloter, non a cause de la température mais plutôt par la peur...

    Mon cœur faisait aussi de petit mais nombreux nombre de battements dans ma poitrine comme si il allait exploser ans quelques minutes s la réponse devrais mauvaise pour notre relation. J'avalais doucement ma salive même si je sentais que ma gorge était sèche, je pense que je vais devoir aller au moins boire non ? bref ce n'est pas le moment de pensé ça pour l'instant, je dois me concentré su Staaaan ! On dirais que tout essaye d'attirer mon intention ou je ne me fais que des films '. Peu après, alors que je commençais à partir dans mes pensés, Stan finissait par glisser sa main à ma joue tout en caressant ma peau qui était un peu humide et teinté de rosé à cause de mes rougissements à ses gestes. Je fis une petit mine surprise mais ce n'étais rien comparer a ce qu'il m'attendais ensuite , il prononça clairement malgré un petit tremblement dans la voix qu'il m'aimais. J'étais comme bloqué mais en moi mon cœur faisais des rebonds incroyable, j'étais heureux, très heureux, je ne pouvais pas dire plus que ça, ce sentiment de joie était si grand que je ne pouvais le décrire jamais je n'avais ressentis ça de toute ma vie. Le sentiment d'avoir réussis quelque chose, d'avoir atteint un rêve.... J'avais répondu à une énigme concernant les sentiments, j'avais.. je .. Je ne sais plus quoi dire, je suis ému bordel !

    Il souriait doucement alors que moi j'étais toujours autant sous le choque, ses lèvres venu se poser un cours instant sur ma joue humidifié ce qui ne faisait que d'accroitre les battements de mon cœur , n'ais pas peur Stan.. Je t’en pris, je suis plus si fragile, je veux.. je sais que je ne voudrais plus jamais me montré trop faible face à toi. Alors que je n'avais le temps de dire ne serais-ce qu'un petit mot, il tournais sa tête, glissant ses lèvres de ma joue aux miennes. Ouvrant en grand les yeux, je m'y attendais quand même et je l'aurais fais moi même de toute manière. Cela faisais la deuxième fois qu'il m’embrassais sauf que là c'était bien plus fort, plus profond, c'était un vrais baiser.. Une dernière larmes coulant, je finissais par donc plus pleuré car une grande vague de bonheur m’envahissais soudainement et mes tremblements avaient cesser, j’étais resté immobile mais après quelque instant d'hésitation intense tout de même, je glissais mes mains de son hauts à son cou que j’enlaçais alors que lui enlaçais ma taille pour me coller contre son corps comme pour pas me laisser partir et je me sentais alors en sécurité, je savais que je n'avais rien à craindre sur le moment. Pour la première fois de mon existence, je m'en fichais des gens qui passait, tout ce que je voulais c'est rester avec Stan , ce qu'ils pouvaient pensés ça franchement.. c'était plus des miennes.

    Il approfondissait de plus en plus le baiser ce qui quelque part me plaisais évidemment, rien ne pouvait pour l'instant cassé ce moment car j'étais le plus heureux du moooooonde. Souriant dans le baise,r on finissait par le rompre par manque d'air, je m'en doutait que ça allait faire ça même si jamais je 'avais embrasser quelqu'un comme ça avant. Je le gardais dans les yeux avec un grand sourire et cela me faisais étrangement du bien de montrer ce que je ressentais, cela m'enlevais tellement de doutes sur moi même que je ne sais même plus sur le moment ce que je pensais de moi avant. Il semblait surpris de mon sourire car je n'avais jamais encore une fois, souris comme ça. Faut dire que dans le temps, je n'osais pas vraiment sourire vue ma timidité et ma profonde tristesse.. il fallait comprendre pour le savoir. J4enfouissais ensuite ma tête contre son torse alors que mes bras était toujours autour de son cou, je pouvais sentir son enivrante odeur qui me berçais pratiquement autant que les battements de son cœur qui était au même rythme que le mien malgré qu'il avait ralentis la cadence, je ne ressentais plus aucune douleur, elles s'étaient dissipés.JE ne savais pas quoi dire, car même si j'avais montrer un peu de courage, j'étais toujours autant timide et ça je ne pourrais pas le nier, je ne changerais pas sur ce point là et je pense que Stan ne voudrais pas que je change alors je le ferais pas.. rien que pour lui.

    Relevant les yeux vers lui, je remontais une main afin de la poser a sa joue, toujours en souriant doucement mais tendrement en même temps, ce que j'avais pas l'habitude de faire, cela me faisais très étrange je dois l'avouer. Mes joues était toujours aussi rouge, rien n'avais changer de ce point là ! Les bras de Stan m'entourant, je respirais à nouveaux correctement et je n'avais plus peur pour l'instant de rien et tant mieux car je n'aurais pas envie de encore dramatisé pour rien, je vais souler à force non ? bref. J'avais chaud, ça c'est sur, avec tout ça en plus de ma nouvelle chaleur corporelle, ce qui venais de se passer, ne faisais que de me mettre mal à l'aise en ce qui concernait mon corps quoi. Fermant un instant les yeux,,toujours contre son torse, je me décidais de au moins dire quelque chose pour brisé le silence qui était tout de même assez profond et agréable.

    - Merci.. merci pour tout.. Je.. Je suis tellement heureux. Lui dis-je sans tremblement dans la voix cette fois-ci.

    Et j'étais très fière de moi, j'avais dit quelque chose de claire malgré ma gêne. J'ai l'impression avec lui que je suis plus le même timide mais je pense que c'est qu'avec que je vais être comme ça. Avec d'autres je pense que je vais plus craintif vue que je les connais pas etc mais je ferais des efforts, je le promet vraiment cette fois-ci.. Je me laisserais pas autant faire que la dernière fois, j'en ai marre de me montrer aussi con et surtout faible. Humain, je suis humain, tout le monde est humain. Il fallait que je me dise ça et que je n’ai plus de doute sur moi même. Sa se fera, lentement mais surement comme disait Naruto ! Tu verra, vous verrez, vous serez fière de moi, un jours ou l'autre. Au bout d'un moment, je sentais mon ventre grogner sans qu'on l'entende mais perso j'avais faim hum... Et très soif surtout, relevant la tête vers lui sans pour autant le lâcher, je gardais un petit sourire.

    - Sa ne te dérangerais pas de faire un tour au réfectoire ? J'ai.. une petite faim hum. '

    Je sais pas si sa casse tout mais je sent que si je ne mange pas ou que je boive pas, je vais me dessécher ou je ne sais quoi mais je ne préfère même pas y penser. Du moins il semblait d'accord à ce que j'avais dit car bon.. avec tout ça, pour moi ça m'a donner envie de m'enfiler des spaghettis ou de la bonne viande j'sais pas mais.. voilà.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akira Kanzawa



Masculin Age : 32
Date de naissance : 13/10/1986
Messages : 289

MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Dim 22 Jan - 11:30

    Ont s'étaient avancé dans le halle, je regardais vite fait les gens qui si trouvait, saluant le dinosaures de l'entrée et je regarda le loup et ma nièce qui marchait tout les deux en tête. J'espère que ce n'est pas un vieux pervers ! Sinon gare a lui ! M'enfin bon, ils sont quand même mignon... Nanami revint vers moi me faisant lire un petit mot de remerciement sur son carnet, elle me serra ensuite dans ses bras. Attendri, et ne pouvant jamais lui résisté, je la serra également dans mes bras, et j'eu, tout comme elle, du mal a me détacher d'elle. Cela m'avait tant manqué. Mais, ont du se séparait. Elle m'écrivit comme quoi elle allait faire la sieste. J'acquiesça d'un signe de tête. Ensuite, je me baissa afin qu'elle embrasse ma joue et je la laissa filer, un petit sourire sur le coin des lèvres et je lui adressa un dernier signe de la main. Je réalisa qu'il était partie avec ma veste... Tant pis, je la récupérerais plus tard ! M'enfin bon, je me dirigea ensuite vers la cour. Histoire de prendre l'air, car a mon gout, je ne l'ai pas assez pris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Mer 25 Jan - 1:25

Le jeune Marsh marchait derrière sa grand-mère, tête haute et regard blasé. Au bout de son bras pendait négligemment un sac de sport Adidas de taille moyenne. C'était là que se trouvait la totalité de ses possessions. Du moins, de celle qui lui était utile. Il n'aurait eu aucun intérêt à amener ici les différents prix de mérites qu'il avait gagné pendant sa scolarité et ses activités extra-scolaires. Le regard de glace du châtain se mit à analyser tout ce qui l'entourait dès le moment où il passa la porte pour entrer dans un grand hall. Ce à quoi il pensait ? À tout ce qui pouvait lui servir de porte de secours ou même d'arme. Il devait connaître par coeur les moindres détails qui pouvaient lui sauver la mise si jamais un incident arrivait. Ce qui l’intéressa particulièrement fut les machines distributrices. Dans un combat, elles pouvaient devenir très utile.

Ses écouteurs lui crachaient encore des paroles qui n'ajoutaient rien de bon à son humeur. '' My world is getting smaller everyday, And that's okay. '' Ouais, être enfermé ici ou ailleurs, c'était pareil, mais toujours mieux que chez lui. Il s'arrêta derrière sa grand-mère, celle-ci parlait à une dame de la réception. Il n'y faisait pas trop attention jusqu'à ce qu'un de ses écouteurs soit arraché.

- Tu écoute ?

- Oui oui... j'écoute...

Elric ferma son mp3 avant de voir sa seule famille gentille être fâché contre lui et le rangea pas trop loin dans ses poches. Il adressa un regard dédaigneux à la dame du secrétariat, jetant ensuite un coup d'oeil derrière lui, ne remarquant seulement que maintenant qu'il y avait de la sécurité dans le bâtiment. Génial... L'adolescent dû rester là encore quelques minutes à faire semblant d'écouter la conversation des deux vieilles et les règlements et autres consignes. C'est là qu'il reçu une clé... ça ne prenait pas une cent watts pour savoir que c'était celle d'une chambre. En espérant qu'il y soit seul et même là, vue sa grande passion pour la sympathie envers les autres, se serait comme si... Imelda Marsh lui remit aussi une carte débit sur laquelle, lui expliqua t'elle, elle allait versé des montants pour qu'il ne manque de rien. Après elle passa une main dans ses cheveux et partie, le laissant seul. Il l'a suivit de son regard de glace jusqu'à ce qu'elle ai disparu puis il tourna les talon. Il entendit la dame au comptoir l'appeler mais il lui répondit seulement d'un magnifique doigt d'honneur avant de quitter le hall pour une exploration des lieux, son fidèle mp3 se remettant à jouer ses balades industrielles.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Mer 25 Jan - 16:50

Rouvrant les yeux, je me rendais alors compte que je m'étais endormie... dans une drôle de position. En bref, j'avais gardé la même pose qu'avant, assise sur le banc, les jambes repliées contre mon torse, et les bras les entourant. Ma tête était tombée sur le côté. Et j'avais l'air d'une parfaite idiote ainsi. Ah oui. Le comble. J'avais fait tomber ma boisson par terre. La secrétaire me lançais un regard teigneux, me faisant comprendre que je devais nettoyer. Des tâches marrons commençaient à s'incruster sur le marbre du sol, et je regardais le gobelet désormais vide d'un air désintéressé. Blasée. Voilà ce que j'étais. Je m'étais endormie en pleurant. Quelle honte. Déshonneur. Depuis quand je me laisse aller comme ça ? Mon regard se durcissait au fur et à mesure que mes pensées faisaient leur chemin dans ma tête. Je remettais doucement en place des mèches de cheveux rebelles derrière mon oreille gauche, et fixais attentivement la vieille mégère de l'accueil.
Non. Non je ne nettoierais pas. C'est ton boulot sale... "Yui !" Quoi ?! J'ai même plus le droit d'insulter les gens dans ma tête maintenant ?? Bref. Je lui lançais un vif regard haineux, me levais rapidement, tout en essuyant mes joues sur lesquels mes larmes avaient séchées. Grâce au miroir de l'entrée, je pus m'apercevoir que mes yeux rougis avaient disparus, laissant place à des yeux noirs, où la pupille était invisible. Comme si mes yeux étaient complètement noirs. Pas humains. Après tout, je ne suis pas réellement humaine. Sans un dernier regard pour la vieille, ou même le gobelet, je partis en direction de... Je ne sais trop où. J'avançais droit devant moi. On verrait bien où mes pas me mènent. Je jetais un dernier coup d'oeil à la grande horloge. 21h49.
J'ai encore le temps.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Lun 30 Jan - 19:43

    - Regarde Akamaru, le gros qui conduit, c'est un enfoiré !

    - ...

    - Si ça se trouve, ses nerfs auditifs marchent, mais ils sont reliés à rien.

    - ...

    - Ou alors il est tout simplement con.

    - ...

    Flattant la tête de mon chien, Akamaru, je regardais droit devant moi, soit là où devait se trouver le flic qui m'avait choppé. Ce con avait d'abord crut que j'étais un SDF, ce qui avait valu un grognement de la part de mon Akamaru, puis il en avait conclus que je n'étais pas du continent, voire civil, vu la tête que je tirais quand il me parlait en mode beurré et haché, j'avais l'impression de parler avec Tsunade, notre Hokage fanatique de saké. Et après avoir voulu jouer au flic BG en m'attrapant par le col de la veste et m'avoir jeté dans la banquette arrière avec mon chien, on avait fait une halte au tribunal pour ensuite passer à la case " Voyage, voyage (8) " en mode transport de dealer de drogue super dangereux de ses morts dans la banquette arrière, c'est sûr que la voiture de flic, ça donne un aperçut plutôt sérieux et super cool sa race. Quel enculé.

    Et putain de sa race, il dit rien l'enfoiré, il pouvait pas paraître légèrement touché par mes dires le ducon la joie ? Me mettant à grogner, je regardai l'endroit où devait se trouver le bouffon à casquette de (faux) champion pour me mettre à regarder par la vitre, la tête collée contre ma main, et les pensées divaguant. Putain, si Akamaru n'aurait pas été là, je serais tombé en dépression, c'était sur et certain ; où était tombé Shikamaru, ça, putain de bonne question, et où est Naruto ? Autre bonne foutue de putain de question. Nan mais qu'est-ce qui lui a prit à c't'abruti, celui-là ? Si c'est pour retrouvé Sasuke j'en ai rien à foutre, celui-là n'était même pas foutu de comprendre qu'il pouvait avoir d'autant plus de puissances à Konoha que nul part ailleurs, et l'autre blondasse d'Ino qui s'était mise à braire pour la peau de son cul, ralala... Je comprendrais jamais. En fait, peut-être n'y avait-il rien à comprendre, peut-être que c'était au delà de ce que mon cerveau pouvait comprendre ou concevoir.

    Finalement, un mouvement venant de devant me réveilla de mes pensées, et rattrapé de justesse par mon chien qui tint ma veste noire avant que je me rèche au sol, je posais pied dehors, enfin, effleurais le sol car monsieur le flic s'amusa à me tirer par le col. Je vous jure, ça en devient déplorant c't'affaire... Au fur et à mesure qu'on avançait, une jeune fille qui devait se les cailler sérieux et qui était pas moche du tout au tout était là, plantée devant l'entrée avec ce qui devait être son frère. Toujours fier malgré que le cas échéant était contre ma fierté, je m'exclamais, avec une nuance de charme et d'imbécilité :

    - Bien le bonsoiiiiiir ! Je vous ouvre la porte, du moins je vais essayer de la tenir !

    Mon chien me suivant au pas, il se mit à lécher tout le visage de la fille comme pour accompagner mon salut de loveur puis se colla contre-moi, comme pour partager mon air totalement débile à être suspendu en l'air par un policier qui ressemblait plus à un loukoum qu'autre chose, et lorsque monsieur ouvrit la porte, je la retins, toujours suspendu en l'air pour que les deux zigotos glacés puissent rentrer. Et on entra donc avec monsieur je me la pète pour nous planter, mon chien et moi, face à une horreur de la conception humaine qui était sans nul doute la réceptionniste. Je ne pus réprimer un commentaire :

    - Oh putain de sa raaaaaaace... Je croyais que les fossiles se rangeaient dans le rayon musée d'histoire naturelle...

    Un coup violent au crâne me fit regretter - ou pas - mes paroles un temps soit peu déplacées. Me rattrapant au comptoir, j'avais des spirales à la place des yeux, ce qui me dérangeait fortement. Me posant alors sur un siège, mon chien posant son museau contre mon front, je lui adressais un sourire crevé, car la route bien qu'elle fut simpliste, la durée et le coup du monsieur m'ont légèrement achevé. Je veux pas être alone, je veux de belles meufs avec de gros melons ou un bon poteau avec une garde de robe de conneries, merde quoi.. Fin quoi que, belle meuf, y en a une devant moi.. Huhu. C'aurait été dommage de la laisser dehors, elle aurait pu être malade, remarque, mon corps chaud de braise aurait pu la réchauffer, hé hé...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Lun 30 Jan - 19:56

    Toujours entrain de grelotter, Je pris Pip parle bras pour que l'on se dirige vers le bâtiment et soudainement, une voiture de police arrivait et un gendarme sortit de la voiture avec un jeune homme brun qui était quasiment maltraiter par celui-ci... MAis ou va le monde ? Un peu inquiet sur les bords, le jeune homme me salua tout en se faisant conduire jusqu'à la porte, son chien quand à lui visiblement allait me laver le visage avant d'aller rejoindre son maitre. Moi au début je ne compris rien à ce qu'il m'arrivais mais je me contentais de tirer Pip afin de rentré dans le bâtiment alors que le brun nous avait gentiment garder la porte ouverte. Le remerciant, je me dirigeait alors avec mon cousin au comptoir, derrière le brun avec le policier qui l'assomma pratiquement alors qu'il avait dit quelque chose qui n'étais du tout faux à coté. J'avais pouffer légèrement de rire mais la réaction du policier m'avait un peu énerver par rapport à Pip qui lui par contre ne montrait rien. S'asseyant sur un siège, le policier lui rendais des papiers et tout le blabla... nous on doit attendre j'imagine ?

    ♣ Vous devriez avoir honte de faire ça ! Dis-je finalement.

    ça m'avait échapper, faut dire que je n'aime pas du tout les policier.. surtout comment il se croit au dessus de tout alors que ce ne sont que de simple humains quoi ! il s'était retourner, ce qui m'avait un peu fait reculé mais il me reconnaissait, oui c'est bien moi Kathy hein.... Je fronçais les sourcils en essayant de me montrer courageuse puis après une légère révérence pour être "polie" le monsieur de retournait donc afin de terminer à rendre les papiers. Il partis ensuite après avoir dit des choses pas très gentille au brun puis je m'avançais alors à mon tour vers la vieille dame afin de lui donné aussi des papiers , les miens et ceux de Pip, elle nous donnait une clef chacun, oh nooon.. je vais être alone moi dans ma chambre ! faudrait que Pip dorme avec moi juste une nuit... il le fera, héhé. Rangeant ma clef dans ma poche, je me tournais vers le brun afin de lui sourire.


    ♣ Bonne chance... et merci. Lui dis-je, les joues un peu rosés.

    Puis je pris la manche de Pip en même temps que d'empoigner ma valise afin d'aller vers les couloirs, je suis presser de mettre en pyjama et dormir ! Pi ne bronchais pas, il avait vite compris qu'il devait me suivre et qu'il ne pourra résister a mon charme naturel ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yuzu No Sôma



Féminin Age : 21
Date de naissance : 27/02/1997
Messages : 369

MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Mar 31 Jan - 22:59

J'avais herré vraiment longtemps sans but précit, je m'étais oublier pendant un moment a divaguer et a marché n'importe où. Je m'étais même endormie quelques fois dans les couloirs. J'avais été très distraite et surtout pas précautionneuse! J'avais donc décider de me rendre a l'entrée. J'arrivais donc dans le hall. Il n'était pas vide. Un garçon aux cheveux bruns sur un divan et d'autre gens. Je regardais le plafond et après un moment, me rendis sur un divan plus éloigner, sois 2-3 plus loin. C'était comme une règle non dites. Ne jamais s'assoir a côté de quelqu'un qu'on ne connait pas. M'enfin, je m'écrasais donc dans mon siège, collait ma tête au dossier, pieds ramené vers moi et en gros, j'étais en petite boule sur mon siège. J'avais le regard distrait entre le plafond et la pièce dans l'ensemble. Cet endroit est bien calme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Mer 1 Fév - 15:04

On arrivai tous les 4,Leïla,Toshiro,Aster et moi dans le Hall d'entrée.Leïla était toujours accroché à moi et je lui pris la main pour la rassurer.Il y avait déjà des gens mais ça n'allait pas nous déranger parce que je ne comptais pas rester ici.Je dois mettre les autres en sécurité alors il vaut mieux qu'ils rentrent dans leurs chambres respectives.
"Je pense que c'est râpé pour notre camping mais peut être qu'un jour vous pourrait en faire un autre" Dis-je en souriant.
La prochaine fois je ne pourrais pas le faire avec eux ça c'est sûr...
"Je vous ramène dans vos chambres et puis je vais dans la mienne, d'accord?"
Je vais dans la mienne et on ne se reverra plus jamais...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Mer 1 Fév - 19:24

Toujours accrochée à l'épaule d'Aokai, nous arrivions dans le grand Hall de la House, bien après le couvre-feu de cette nuit sans lune. La gérante de l'accueil nous lança un regard sévère, mais ne daigna même pas nous adresser la parole. Aster et Toshiro nous suivaient, pas loin derrière, mais j'avais l'impression qu'ils me regardaient avec crainte. Pourquoi ? Qu’ai-je fait ? La petite loutre bleue s'était accrochée à mon épaule droite, se balançant en souriant comme toujours de droite à gauche. Elle avait dit que j'étais... une sorcière. C'est quoi... ça. Cette histoire de dingue... me tape sur les nerfs... J'étais fatiguée, énervée, et par dessus tout, perdue. Je n'avais toujours pas compris l'incident qui était arrivé au lac.
Puis Aokai nous expliqua que nous allions rentrer dans nos chambres. Ma réponse fut rapide et affolée.

- Non !!

Non... Elle ne pouvait pas... Ils n'avaient pas le droit de me laisser seule, comme ça... Echo réagit bien vite à mes pensées.

- Hum Hum !

Bon, d'accord, pas seule, mais je ne voulais pas qu'ils s'en aille... Et le ton qu'avait employé Aokai en disant cette phrase pourtant toute simple ne m'avait pas plu : il était... triste. Et déterminé.

- Non... S'il-te-plaît...

Tout sauf ça. J'avais la mauvaise impression que si j'acceptais sans rien dire, je ne la reverrais plus. Elle était ma seule amie ici. Toshiro et Aster étaient gentils, mais je ne les connaissaient pas vraiment. Et... eux deux... Je savais que je devais toujours m'en méfier... Des Ombres... Aster dégageait la même aura, même si elle semblait plus pacifique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Mer 1 Fév - 19:32

    - Vous devriez avoir honte de faire ça !

    Relevant ma tête vers la rousse qui s'était approchée du policier, relevant sans doute un défi intérieur car elle m'avait l'air bien timide arrivée ici, celle-ci s'inclina devant le policier comme pour se retirer. Elle donna ses papiers au fossile, mon regard montant et surtout s'attardant sur son arrière train, qui me semblait ô combien appétissant. À la différence de Naruto, moi, je ne m'emmerde pas pour reluquer les jeunes filles sans réfléchir à leur personnalité, tant que celle-ci crie mon nom au lit, et qu'elle me dise à quel point la nuit avait été merveilleuse pour elle, tout va bien dans mon monde.

    Malgré tout, celle-ci fut dans mon top 50 des proies à venir. Elle avait de beaux yeux vairons, une peau pâle, comme une poupée de porcelaine, et elle avait de beaux cheveux roux, d'un rouge sang que je n'avais encore vu. Elle était assez petite, ce qui rendait son air de poupée encore plus attirant, je dois bien me l'avouer et, Akamaru posant sa truffe sur mon front comme pour me réveiller, je le regardais avec un air d'endormis puis relevai ma tête pour voir la rouquine me dire, les joues en feu :

    - Bonne chance... et merci.

    Elle partie avec le mec qui l'avait accompagné durant tout le long, et c'est avec une tête de demeuré mental que je la regardais se fondre dans les escaliers pour disparaître de ma vue. Elle m'avait dit ' Bonne chance et merci ' et je dois me l'avouer que ces quelques mots m'avaient réchauffé le coeur, pour ainsi dire. Mon regard était encore porté sur les escaliers lorsque je fus alerté par Akamaru qui grognait, le policier allant me reprendre par le col. Me relevant bien rapidement, je lui arrachais littéralement de la main les papiers et les clés et ce fut sans lui dire quoi que ce soit d'autres que je partis, comme excuse :

    - J'suis malpoli de nature, va te faire mettre !

    Ricanant, je grimpai sur Akamaru pour partir dans le couloir... Nin... Jutsukas. Y pouvaient pas choisir un nom plus compliqué peut-être ? Ralala...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 2 Fév - 15:35

Je marchait a coter de Toshiro (pas cote-a-cote car il était encore bleu comme un schtroumpf) et nous arrivions dans l'entrer. Quelques personnes discutaient mais ne faisait pas trop attention a nous.
Alors Aokai commença a parler et son ton de voix m'alerta tout de suite. Elle essayait de camoufler une émotion dans sa voix. On la croirait coupable de ce qui c'était passer avant. Après Leila nous jeta un regard a tout les trois et refusa l'annonce d'Aokai, elle avait l'air désespérer.
Je compatis à sa tristesse même si je ne l'a comprenais pas. Moi, je ne devais dépendre de personne, jamais...
Je m'approchais de Aokai et de Leila et je leur dit :

- maintenant, vous pouvez m'expliquer ? C'est quoi tout ça ? Dites moi que vous répétez un numéro d'illusionniste... Ça n’existe pas la magie, hein ?

Je croisa les bras et attendit leurs réponses. C'est vrai, quoi ! je n'y comprenait rien moi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 2 Fév - 15:50

Leïla voulait vraiment pas que le la lâche.Je comprends j'étais pareil à la mort de ma famille, mais c'était trop dangereux si je restais avec eux trop longtemps. Aster dit enfin quelque chose mais je ne connaissais pas la réponse.J'étais comme lui je ne connaissais pas la magie.La seule chose que je savais à ce sujet c'était ma malédiction.Et puis il n'y a aucun livre réaliste sur la magie ou alors c'est juste des petits tours que tout le monde peut faire. J'avais réagis par impulsion parce que je dois prendre les responsabilités de ma malédiction mais j'étais aussi étonnée qu'eux lorsque j'ai vu le rayon de lumière.
"Pour tout te dire je n'en sais rien.C'est la première fois que je vois une chose pareille."
Mais je pouvais pas partir en courant en les laissant derrière tout seuls.Je retournai mon attention vers Leïla qui avait toujours l'air paniqué.
"Ne t'inquiète pas je vais rester avec toi cette nuit mais on doit d'abord ramener les garçons dans leurs dortoirs respectifs."
J'allais rester avec elle jusqu'à ce qu'elle s'endorme puis j'allais partir pour ne plus jamais les revoir.
Mais je devais d'abord m'occuper de Toshiro qui était comment dire...voyant avec sa peau bleu.Je ne savais pas quoi faire alors il vallait mieux que je l'amène à l'infirmerie.


Dernière édition par Aokai Neko le Jeu 2 Fév - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 2 Fév - 16:09

(euh, Toshiro est bleue.. tu voudrais pas passer a l'infirmerie plutôt ??)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 2 Fév - 16:21

(comment ça bleu ? O_o depuis quand il est bleu ?)

Aster demanda alors ce qui s'était passé, parlant de "magie".

- Je...

J'étais prête à leur répondre, lorsque je me rendis compte que je ne connaissais pas la réponse. Ou plutôt, je la connaissais, mais je ne la croyais pas. Parce qu'elle me faisait peur. Qu'est-ce que c'est, réellement, une sorcière ? Pourquoi je me balade avec une loutre bleue qui parle, et qui entend mes pensées ? Il y avait beaucoup trop de questions, et si peu de réponses...
J'allais pêter un câble. Tôt ou tard. L'esprit humain n'est pas façonné pour supporter des telles informations, si vite.

- Je ne sais pas.

Depuis l'arrivée d'Echo, je m'exprimais dans un japonais correct. Quoi, c'est un traducteur vivant ?? Mon familier - est-ce bien MON familier ? - ne releva pas. Puis, Aokai expliqua qu'elle resterait avec moi pour la nuit. Un grand sourire apparut sur mon visage. Espérance. Ce mot était à deux pas de mes lèvres.
Ce sourire si doux pourtant disparut bien vite. Je savais reconnaître les mensonges. Sans la regarder, je me mis à trembler.

- Tu mens...

Je relevais mon visage vers elle, avec un regard apeuré, et agressif en même temps. Elle n'avait pas le droit ! Tu n'as pas le droit de m'abandonner !!

- POURQUOI TU ME MENS ?? hurlais-je.

Je m'agrippais plus fort à son épaule, je devais sûrement lui faire mal. Mes mains se mirent alors à briller, et je pris peur, lâchant soudainement mon amie, et tombant par terre, à genoux. La lumière mauve disparut bien vite. Les trois autres me regardaient bizarrement, comme la gérante de l'accueil.
Quoi... Des larmes coulèrent le long de mes joues, et tout mon corps tressautait. C'est quoi... ce bordel ?
Echo se rapprocha de moi, elle ne souriait plus, et son regard était triste.

- Tu ne dois pas avoir peur de toi Leïla... Tu vas te faire du mal si tu continues...

Mais mes trois amis étaient déjà en train de partir. Apparemment, Aokai cherchait l'infirmerie. Est-ce qu'ils... M'évitent ? Je leur fais si peur que ça... ?
Sans dire un mot, j'essuyais mes larmes et les suivit, les jambes tremblotantes. Je ne l'oublierais pas...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le hall d'entrée. Jeu 2 Fév - 16:43

Je vis Leila commencer a se détendre des que Aokai lui annonça qu'elles passeraient la nuit ensemble mais quelque chose sonnait faux.. Alors Leila se mit a trembler et a crier a Aokai qu'elle mentait. Je ne savais pas ce qu'elle avait mais de la lumière mauve commença a percer de ses mains aussitot elle s'écroula a genoux.
Je compris qu'elle ne savait rien de cette lumière et qu'elle était désespéré ou en colère. Ensuite la peluche s'approcha d'elle et sembla échanger un regard. Elle commençait a m'énerver !
Je m'approcha d'elle la prit par les épaules, je la releva et la secoua.

-bouge toi ! La vie est un combat continue alors tu arrêtes de faire cette tête, tu sers les dents et tu vas dormir. Tu as l'air épuisé.
Okay ? La vie est éphémère alors profite s'en.

Je la dévisageât pour qu'elle comprenne que pleurnicher ne sers a rien. Elle la reverra demain sa Aokai !





.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le hall d'entrée.

Revenir en haut Aller en bas

Le hall d'entrée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Fukkou :: Ect.. :: Ce qu'il reste-