AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Infirmerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Infirmerie Sam 24 Mar - 11:09

Daisuke avait toujours la minette dans ses bras, il était pas fatigué, il avait l'impression de porter des draps tellement qu'elle était légère. Il arrivait devant l'infirmerie et la jeune fille descendait de ses bras pour ensuite s'asseoir sur une chaise pas très loin du médecin. Qui d'ailleurs avait l'air d'être occupée avec une autre. Daisuke regardait tout le monde assez calmement puis, il tournait la tête vers Moona , qui voulait être seule désormais. Mais Daisuke voyait bien qu'elle n'avait pas tès confiance en elle sur le coup. Il restait quelque instant puis , il tournait la tête vers le médecin pour la saluer poliment ainsi que l'autre femme. Daisuke s'était un peu baissé comme pour faire une révérence puis, il tournait de nouveau la tête vers Moona et souriait en même temps avec douceur.

- Bon , je vais te laisser. Si tu me cherche après, je devrais être dans un endroit assez calme.. A bientôt Moona.

Daisuke lui faisait un signe, puis il se retournait vers la porte. Il sortit de la pièce et ne savait pas où aller. Il regardait à gauche , et enprumptait les couloirs en une direction inconnu. Comme il avait dit à Moona, il voulait trouver un endroit à peu prêt calme où se poser.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Infirmerie Sam 24 Mar - 15:28


La dame qui venait de transporter a elle seule la patiente sur son dos et ainsi la poser sur un lit complètement assommée venait de refaire surface devant moi. Son regard était très perturbant d'un bleu très clair, je n'en avais jamais vu de semblable sauf peut-être sur le gars transporté en princesse par se que je crois être le directeur. Mais bon après tout qu,est ce que j'en sais. Je peu à peine me rappeler de mon nom et encore là c'est pas gagné d'avance... Aokai me l'avait dit avant que j'arrive à l'infirmerie.....

Je sentis alors le contact des douces mains de la femme devant moi sous mes poignets j'écoutai tranquillement se qu'elle avait à me dire avec un mélange de crainte et de respect que j'ai envers sa profession... ça ne dois pas être facile tous les jours si elle doit soigner des résidents qui en plus ne pense qu'à se sauver. Je pris de grandes respiration se qui eu pour effet de me calmer un peu. Il faut dire que j'en avait grand besoin avec tout se qui se passait en un si petit laps de temps. Je pris le temps de fixer le regard d'un bleu glacial de l'infirmière même si j' en avait pas trop envie. Je ne voulais pas me retrouver comme l'autre patiente pour manque de respect aux consignes.

La voix de l'infirmière était chaude et accueillante je ne m'attendais pas du tout à ça de sa part surtout sachant qu'elle était capable de courir partout dans les corridors à la recherche de quelqu'un et de l’assommer assez brutalement pour qu'elle ne soit toujours pas en état de reprendre ses esprits. Je me laissai bercer par ses mots tranquillement avec toutefois encore un peu de méfiance.

Me demandant de me raconter tout se que je savais à propos de moi tout en me caressant l avant bras avec son pouce je commençais à m'exécuter... elle serait surement déçue de voir que je ne sais vraiment pas grand chose.

-Bon et bien c'est assez simple je m'appelle Ryo Asakurai je ne me souviens plus de mon âge.... je suis un homme... je suis dans une maison de redressement nommé House Fukkou..... j'aime les femmes .... et j'ai affreusement mal au crâne. Je ne me souviens de rien de plus et ça c'est simplement parce que Aokai semblait me connaitre d'ailleur j'ai été chanceux qu'elle passe par le corridor du dortoir pendant que ça arrivais parce que je crois que je ne crois pas que je me serais rendu jusqu'ici seul.

Je ne savais pas pourquoi mais lorsque Aokai partit de l'infirmerie je sentis comme un vide en moi.... mais bon ça devais simplement être la fatigue ou le stress dut à ma blessure. C'est alors qu'un étrange couple arriva dans l'infirmerie... L'homme ne perdit pas plus de temps et partis après avoir dit au revoir à sa compagne je n'en voyais pas plus parce que je restais fixer aux yeux de l'infirmière, mais bon ça ne devrais pas tarder pour que je puisse faire autre chose. J'ai bien hâte de voir son verdict.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Infirmerie Jeu 29 Mar - 15:40

je n'étais pas la seule dans l'infirmerie... beaucoup d'autres gens étaient là avant moi. Je crois que ça va être vraiment long pensais-je en soupirant. Quelle idée aussi de déclarer que tu te sens mal sale méchant corps! J'ai vraiment pas envie d'être malade moi. Pourquoi on me demande jamais mon avis... C'est nul de se fâcher contre soi-même mais comme je n'ai personne sur qui crier je suis bien obligée de me parler à moi-même. Je croisais les bras. Il ne manquait plus qu'à attendre . Peut-être que mon mal de corps ira mieux après. Je décroisais les bras et balança mes jambes. Il faut attendre toujours attendre. Je décidais de jouer un peu pour passer le temps. je commençais à regarder le sol puis je mis mes jambes en l'air appuyées sur le dossier de ma chaise et ma tête était à présent en bas. C'est bizarre de voir le monde à l'envers ça fait comme les australiens. Eux ils voient le monde que en bas. C'est difficile de rester toujours la tête en bas, ils doivent avoir très mal à la tête riais-je. Je me sentais tout d'un coup à nouveau faible, je me retournais et pris ma tête entre mes mains c'est la dernière fois que je joue à ce jeux là!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Infirmerie Ven 6 Avr - 22:35

Spoiler:
 
Amber fut intérieurement satisfaite quand elle le vit s’exécuter et la regarder dans les yeux. Chose qui ne devait pas être facile si elle en croyait les légers effets de fuite de ses pupilles. D’un côté, elle avait bien envie de croire qu’il faisait ce qu’elle lui demandait parce que, contrairement aux autres, il était moins con. Et plus respectueux envers ses ainés. De l’autre, elle savait pertinemment qu’il l’avait vue partir à la suite de Sakuya et revenir avec la demoiselle complètement dans les vapes. Il est vrai que cela pouvait aussi faire peur. Mais la peur était un moyen comme un autre d’arriver à ses fins … et elle n’était pas contre cette utilisation …
Cela dit, il avait respiré plus calmement et semblait un peu plus détendu. Il était dans de meilleures conditions et au fond, c’était tout ce qu’elle demandait. Enfin non. Dans l’idéal, il ne serait pas venu parce qu’il n’aurait pas été amnésique … mais on ne peut pas tout avoir dans la vie … alors à défaut, elle se contentait de ce qu’elle avait là.
Tout en fixant son pouce sur son poignet pour y trouver le pouls, elle nota une petite accélération quand elle s’était mise à parler. Elle dut retenir un petit rire. La plupart des gens avait la même réaction quand elle passait du mode iceberg à celui de bisounours. Il n’y a que sa famille et ses meilleurs amis que cela ne surprenait plus. Mais ils en avaient l’habitude. Dans la même foulée, le pouls se calma. Dingue comment une voix plus chaleureuse pouvait avoir de l’effet … et fou comment elle préférait largement être froide et cassante qu’utiliser ce ton mielleux. Elle avait l’impression de changer de peau … Mais, de la même façon qu’utiliser la peur ne la dérangeait pas le moins du monde, moduler sa voix et faire croire qu’elle pouvait être adorable ne lui posait pas plus de problèmes moraux.

En attendant, la jeune femme écoutait son patient amnésique lui parler de lui et de ce qu’il savait. Soit très peu de choses. Mais plus que certains cas qu’elle avait eus à l’hôpital. Alors soit, elle avait déjà eu mieux. Mais elle avait surtout eu pire. Nom et prénom … mais par Kageri, elle savait que c’était la demoiselle qui le lui avait donné. Donc non valides. L’âge … il avait donc oublié sa date de naissance. Qu’il était un homme … c’était plus évident, suffisait de regarder l’entrejambe pour vérifier alors elle ne considérait pas ça comme vraiment probant. Qu’il sache où il était en revanche … soit, on lui avait dit qu’il était dans une maison de redressement. Mais à sa connaissance, pas le nom de l’établissement. Elle trouvait cela étonnant par contre qu’il se souvienne très bien de son orientation sexuelle. Mais pourquoi pas.
Souriant doucement au jeune homme, elle reprit de la même voix chaude et bienveillante qu’elle considérait comme une aberration chez elle.

« C’est déjà un bon début Ryo, ne soyez pas trop dur avec vous-même. Il faut bien commencer par quelque chose. »

Amber allait reprendre quand du nouveau monde arriva et elle ne retint même pas un soupire de lassitude. Quittant des yeux son patient dont elle tenait toujours le poignet et réciproquement, elle daigna accorder un regard aux envahisseurs. Et un poil de gratitude passa dans son regard froid quand le chevalier servant repartit après avoir déposé sa princesse. Au moins, il n’avait rien et ne s’était pas éternisé. Un brave petit. Délaissant bien vite celle qu’il avait apportée parce qu’elle avait l’air de se sentir parfaitement bien, elle jeta un œil à Kageri qui, au téléphone, avait l’air de recevoir un appel important. L’élève pouvait bien attendre un peu si elle se tenait sagement sur sa chaise. Elle se tourna de nouveau vers Ryo.

« Nous allons déjà nous occuper de ce mal de crâne et ensuite nous verrons bien. Cela dit, essayer de réfléchir à ce dont vous vous rappelez avant que votre amie ne vous trouve. Et vous pouvez arrêter de me fixer si vous en avez l’envie. »

Lâchant doucement son poignet et retirant son avant-bras d’entre ses doigts, elle se leva pour aller lui chercher du paracétamol effervescent dont elle lâcha deux cachets dans un verre qu’elle remplit d’eau juste après. D’un coup d’œil, elle avisa le croisement de bras de l’inconnue puis le balancement des jambes. Signes caractéristiques. Alors comme ça, être là l’emmerdait ? Et bien … la médecin aussi, ça l’emmerdait qu’elle soit là. Son oreiller s’en éloignait un peu plus et la journée commençait à se faire sentir. En temps normal, elle n’aurait eu aucun souci, mais le transport l’avait quelque peu fatiguée. Alors qu’elle revenait vers son patient pour lui donner le verre où se dissolvaient dans un ballet de bulles les cachets, elle la vit tête en bas. Elle s’arrêta pour la regarder. Non mais elle se croyait où ? C’était quoi le délire ? C’était une infirmerie ici, pas une cour de récréation. Cela ne sembla pas lui convenir puisqu’elle retrouva bien vite une position normale. Mais c’était trop tard pour elle. La voix d’Amber fut tout sauf chaleureuse. Retour au naturel. All hail coldness.

« Continuez vos conneries et je vous assure que vous aurez de vraies raisons d’avoir mal au crâne. Ou finir comme la demoiselle allongée sur le lit que vous voyez-là. »

Retour de la terreur ? Intérieurement, elle jubilait. Extérieurement, elle ne montrait qu’une façade froide, dure et intransigeante. Mais il était vrai que Sakuya était endormie parce qu’elle avait voulu foutre le camp. Cela rentrait dans la catégorie des conneries. Elle n’envisageait pas sérieusement d’aller jusque-là mais si l’élève le croyait, elle aurait gagné.

« Elle a tenté de nous fuir parce qu’elle se croyait plus maligne et maintenant, par mes soins, elle dort. Alors, à moins que vous ne vouliez finir dans le même état, je vous conseillerai de rester tranquille. »

Lui lançant un regard tout ce qu’il y avait de plus froid et décourageant, elle revint auprès de Ryo et sa voix repassa en mode chamallow.

« Voici pour vous … »

Se rasseyant en face, elle lui tendit le verre avant de recroiser les jambes sereinement et de le fixer de nouveau mais sans pour autant lui demander de faire de même.

« Est-ce que quelque chose vous est revenu en mémoire ? »

Elle n’y croyait pas tant que ça mais qui ne tente rien n’a rien. De plus, la perte de la mémoire n’était pas non plus sa spécialité. Elle pourrait peut-être appeler l’un de ses amis. Nola ou peut-être bien Pierre. Elle vérifia l’heure. Avec le décalage horaire, ça pouvait le faire.

« Est-ce que vous vous souvenez être tombé ? Et juste avant cela, avoir pris votre douche ? Ces événements évoquent-ils quelque chose pour vous ou rien du tout ? »

Si ce n’était qu’une perte de mémoire consécutive à la chute, il se pouvait que ses souvenirs reviennent. Mais si c’était plus complexe, c’était un psychologue dont il allait avoir besoin afin de reconstruire l’ensemble petit à petit. Et ça, ce n’était absolument pas son boulot. Elle pouvait détecter l’amnésie. Dire en posant des questions simples si elle était antérograde ou rétrograde. Éventuellement définir la période temporelle. Mais c’était bien tout. Là, elle semblait être rétrograde … et ce n’était pas forcément la meilleure des nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante McCry

Admin


Masculin Age : 35
Date de naissance : 18/01/1983
Messages : 1086

MessageSujet: Re: Infirmerie Lun 9 Avr - 15:10

    Post à titre informatif :
    Je me suis permis de supprimer le post de Yui et de Moona.
    Merci de respecter cet ordre de passage là : Amber, Kageri, Ryo, Moona.
    Il faut que Amber et Kageri, après s'être occupées de leur(s) dernier(s) patient(s) puissent sortir de l'infirmerie, Merci !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kageri Sendô



Féminin Age : 29
Date de naissance : 30/12/1988
Messages : 53

MessageSujet: Re: Infirmerie Mar 10 Avr - 18:00

    Aussitôt son autorisation accordée, la demoiselle fila rapidement hors de la salle, laissant le jeune homme qu'elle y avait accompagné, encore plus douteux. Normal, après une perte de mémoire, on semble perdu. Croisant ses bras un instant après avoir calmement rendu compte des informations données par la demoiselle encore présente il n'y a pas deux minutes, elle partit par la suite silencieusement jeter un oeil au fameux dossier du chaman. Elric Marsh ... Respiration défaillante et saccadée, côtes fracturées ... Tout ça ne sonne pas bon. Fouiller son dossier à la recherche de détails pouvant lui apporter des indices ne menait à rien, au vue que même si l'infirmière en trouvait, le patient avait déjà quitté la pièce depuis un moment. Sa sortie s'était d'ailleurs bien fait remarqué par le fait que le directeur s'en fut lui même occupé. Tout en continuant de feuilleter les papiers, la porte s'ouvrit, laissant apparaître une jeune demoiselle aux cheveux blancs, portée comme une princesse par un grand jeune homme brun. Kageri ne put s'empêcher d'entrouvrir la bouche à cette scène bien peu habituelle, mais qui pourtant s'était déroulée il y a peu dans le sens 'sortie'. De nos jours, les jeunes ne savent plus comment faire une jolie entrée ! Pensée peu considérée au vue de la demoiselle : si celle-ci s'était faite aidée, elle avait forcément une raison qu'on ne tarderait à savoir. Tandis que le docteur s'occupait toujours de Ryo sans porter attention aux nouveaux arrivants, la jeune femme assista sans un mot à la séparation des deux élèves avant d'aller voir la seule restante. Le jeune homme l'a appelé Moona ... Étrange comme nom mais charmant. Un doux sourire s'afficha sur son visage, alors qu'elle était sur le point de faire remarquer à la demoiselle que son agitation allait perturber Amber, le téléphone sonna. Voyant qu'elle était la seule en position d'y répondre, Kageri s'empressa d'aller y répondre. Enroulant instinctivement son index au vieux fil qui reliait le combiné au socle, elle annonça d'une voix calme :

    « Allô ? » A l'autre bout du fil, une voix se fit entendre un instant avant de questionner sur l'identité de la jeune femme. « Oui, c'est Bien Mademoiselle Sendô, en quoi puis-je vous aider Monsieur ? » Elle avait vite reconnu la voix du directeur de l'autre côté, une voix douce mais forte. Rapidement, il lui annonça la nouvelle sans s'attarder sur les détails : une sortie par race était organisée dans une semaine. Il lui afficha le tableau : elle serait avec les Humains, tandis qu'Amber serait avec les élementalistes ; sans avoir à annoncer leur préférence, on leur imposait un groupe. Acquiesçant d'un petit signe de tête, elle reprit : « Bien entendu, je vais la prévenir. Au revoir. » dit-elle en raccrochant silencieusement.

    Une sortie avec les Humains ... Ça pourrait être bien plus amusant qu'il n'y paraît. Faisant demi-tour pour remarquer que Amber s'était empressée de gronder la demoiselle agitée avec des arguments plus que convaincants, l'infirmière s'approcha de celle-ci après le bref entretien en entremêlant ses doigts d'un air sérieux pour lui faire part de la nouvelle.

    « Le directeur veut vous informer que vous serez accompagnatrice dans le groupe des élémentalistes, à la sortie prévue dans une semaine à Sendai. » annonça t-elle d'une voix sereine avant de reposer son attention sur la jeune fille qui venait de subir les serments du docteur.

    Il ne fallait pas être idiot pur comprendre que le directeur ne leur avait pas demander leur avis , elles étaient toutes deux réquisitionnées pour la sortie, peu importe leur envie ou non d'y aller. Pour la jeune femme, ce n'est guère un problème ; le seul écueil qui restait devant elle était l'infirmerie elle même. Tant qu'il y a encore des élèves ici, ni elle, ni Amber ne pouvait se permettre de foutre le camp, même si Kageri y avait déjà pensée. Se retenant un petit soupir, la jeune femme s'approcha calmement de la jeune fille, assise sur une des chaises de la salle. Un sourire chaleureux se dessina sur son visage tandis que ses deux iris mauves tendaient vers la demoiselle.

    « Moona, n'est-ce pas ? Dis-moi ce qui t'amène à l'infirmerie. Tu as mal quelque part ? »

    Son instinct de mère poule sortait plus souvent qu'elle ne le voulait, mais face aux élèves, ça lui importait peu. Et Amber était trop occupée pour prêter son attention à la jeune fille, au vue de l'amnésie profonde dans laquelle le jeune homme en face était plongée ... Leur entretien allait sûrement s'allonger encore un peu. Les oreilles animales que possédait Moona n'avait pas échappé à l'infirmière, lui laissant ainsi supposer que celle-ci faisait partie du groupe des génétiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Infirmerie Mer 11 Avr - 15:27

L'infirmière m’accueilla chaleureusement. Au moins elle est gentille celle là, je suis contente qu'elle s'occupe de moi!

-Ben depuis ce matin j'ai très mal au ventre , j'ai si mal que je peux même plus marcher. Et parfois je m'évanouis aussi.

J'avais un peu honte de me présenter sous cet état de faiblesse... En plus la sortie approchait à grand pas, il fallait que je guérisse avant! Je regardais les cheveux doré de l'infirmière tout en attendant sa réponse. J'attrapai ma petite croix à l'intérieur de mon tee-shirt et récita une prière dans ma tête. Elle doit absolument trouver ce que j'ai, c'était ma dernière chance de pouvoir aller mieux...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Infirmerie Mer 11 Avr - 18:47

(merci d avoir poster a mon tour moona -_-)

J'étais vraiment confus tout se bousculais dans ma tête. Je me voyais faire des choses ayant aucun lien les une aux autres... Je me voyais petit en train de jouer dans la neige, je me voyais ensuite dans un endroit rempli de livre en train de discuter avec Aokai.... Pourtant je ne la connais pas, pourquoi est ce que je lui parlais ?..... en plus je semblais heureux avec elle. Je ne sais plus du tout quoi penser de tout ça... Encore là je me vois en train d'échanger mes vêtements avec un autre gars et il me confie de gros sacs d'argents.....

Amber me tendit alors un verre d'eau avec des cachets à l'intérieur laissant se déverser tout son contenu. J'ouvris les yeux un peu plus grand. Encore plus confus que la Première fois qu'elle m'avait parlé, je fis de mon mieux pour sourire et prendre le verre qu elle me tendait gentiment se qui ne lui ressemblait pas considérant la presque engueulade qu'elle venait d'avoir avec une petite fille qui était entrée plus tôt dans l'infirmerie. Je pris alors quelques gorgées de l'eau effervescente et réprima une grimace. Cette eau avait un goût infecte, surement dût au médicaments qu'il y avait à l'intérieur.

-Merci pour le verre d'eau....

Je pensais que si je voulais en savoir plus sur moi même il était important de sortir de l'infirmerie au plus vite alors autant faire croire que j'étais sur la vois proche de la guérison complète sachant que ma mémoire devrais surement faire surface en côtoyant d'autre gens, au lieu de rester tranquillement à l'infirmerie à attendre un miracle.

-oui je me rappel être tombé dans ma chambre je me souviens aussi avoir pris une douche d'eau froide... Il y a aussi des moment de ma vie qui me sont réapparu dans la tête. Si ça ne vous dérange pas après avoir soigné ma blessure est-ce que je pourrai disposer ?

"J'espère pouvoir partir de cet endroit....."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Infirmerie Jeu 12 Avr - 17:17

Amber s’était tournée vers Kageri lorsque celle-ci avait juste prononcé les mots "Je vais la prévenir". Elle doutait que ce soit un parent d’élève qui appelle alors elle supposait, à raison, que ces mots étaient pour elle. Et elle s’attendait à tout sauf quelque chose de plaisant. Et elle ne s’était pas trompée. Ecoutant sa collègue lui faire un court résumé, elle ne put retenir un soupir qui contenait toute la lassitude de sa première journée.

« Génial. Comme si je n’avais que ça à faire quand les élèves ne sont pas là. J’aurai pu en profiter pour lire les dossiers par exemple … »

Parce que pour le coup, elle n’en avait pas encore eu le temps. Et ce n’était probablement pas pour ce soir. Techniquement, s’il était pris en compte les malheureuses cinq heures de sommeil dont elle avait besoin pour être pleinement opérationnelle, elle pouvait très bien commencer à les lire. Cela dit, elle considérait le nombre d’élèves qu’elle avait eu le bonheur de croiser aujourd’hui et elle en déduisait que, même s’ils avaient l’air d’une belle bande de bras cassés, elle n’aurait pas le temps de tous les lire, à peine celui de commencer. Alors autant reporter cette magnifique activité au lendemain.
Sans quitter l’infirmière des yeux, elle reprit sereinement. Sa voix n’était ni froide ni chaude, un simple ton neutre qui ressemblait à ce qu’elle avait de plus amical quand elle s’adressait à gens qu’elle ne connaissait pas encore assez mais qu’elle estimait suffisamment. Traduction : sa collègue était un peu privilégiée. Et c’était un fait dont elle pouvait se vanter.

« Et notre cher directeur a été plus précis sur le contenu de cette … agréable balade ? Ou c’est surprise ? Juste histoire d’être préparée psychologiquement dirons-nous. »

Mais oui, allons gambader gaiement dans les bois tiens. Elle espérait au moins que sa présence servirait vraiment à quelque chose et qu’elle ne serait pas là pour faire potiche à surveiller des gosses qui ne savaient pas se tenir tranquilles plus de dix minutes. Par contre, elle réalisait que la demoiselle avait dit "vous" et non "nous". Elle ne s’incluait donc pas dans le groupe … pourquoi ?

« Et vous ? Vous serez de la partie ? A moins que vous ne soyez affectée à un autre groupe de nos charmants élèves ? »

La jeune femme en était arrivée à cette conclusion parce que son interlocutrice avait précisé celui auquel elle était attribuée. Probablement n’auraient-elles pas la chance d’être dans le même. Dommage, ç’aurait été une bonne occasion de faire un peu plus ample connaissance si elle avait été d’humeur sociale. Tant pis.

Se concentrant de nouveau sur Ryo et son verre d’eau, elle hocha la tête brièvement, balayant de la même façon le remerciement inutile à ses yeux. Adieu mode chamallow, retour à son timbre des plus neutres.

« Je vous en prie. »

Le regardant sans ciller, elle observait ses réactions. Et ne put réprimer un sourire fugace en l’entendant. Elle n’était pas dupe. Elle avait l’habitude des élèves qui lui mentaient et elle ne croyait pas une seconde aux propos qu’il venait de tenir. Mais elle comprenait parfaitement l’envie de partir d’ici. De toute façon, elle n’avait pas de solution miracle à l’amnésie. Et bien qu’elle puisse être démonstrative comme le pouvait Sakuya toujours dans les vapes, elle n’allait pas fracasser le crâne de l’adolescent juste pour le plaisir de provoquer un autre choc qui pourrait potentiellement lui rendre la mémoire. Le contact de celle qui l’avait accompagnée, Aokai, pouvait sûrement l’aider plus que de rester à l’infirmerie. Tout comme la proximité de lieux et d’objets familiers. Ce que n’était définitivement pas l’infirmerie.
Ne faisant pas de remarque, Amber quitta le tabouret pour se relever et venir derrière son patient, effleurant son crâne avec douceur du bout des doigts pour y pousser les cheveux afin d’avoir une vue dégager sur la compresse. Cette dernière n’arborant pas la magnifique teinte écarlate des hémorragies. La plaie devait donc être bénigne.

« Je change la compresse, vous donne de quoi combattre un mal de crâne et vous pourrez y aller. »

Attrapant de quoi en faire une nouvelle sans oublier le désinfectant, elle posa tout à portée de main. Elle commença tout d’abord par tirer doucement sur la compresse, découvrant la lésion de moitié. Avisant que le saignement ne reprenait pas, elle tirait d’un grand coup sec. Brute ? Peut-être. Mais cela le tiraillerait moins longtemps que si elle y avait été lentement. Ignorant les éventuelles protestations, elle imbiba une gaze d’antiseptique qu’elle apposa sans ménagement. Froid ? Sans doute. Sans prendre la peine de s’excuser parce qu’elle n’estimait pas cela nécessaire, elle la retira pour la jeter dans la corbeille adéquate avant d’observer attentivement la blessure. Elle était nette, propre et ne suppurait pas. Elle devrait donc se résorber rapidement et sans trop de difficulté. Refaisant un pansement en deux temps trois mouvements, elle reprit la parole.

« Je vais également vous donner de quoi refaire ceci matin et soir pendant les cinq prochains jours. Mais vu la position, je vous recommande de repasser ici ou bien de trouver une âme charitable qui vous filera un coup de main. »

Allant chercher tout ce qu’elle avait énoncé sans oublier le paracétamol contre le mal de crâne, elle rassembla le tout dans un petit sac avant de le lui tendre.

« Mais je pense que vous opterez pour le choix de l’âme charitable. »

La médecin ne s’en vexait pas, loin de là. La chose était aisée à faire et quiconque était capable de désinfecter puis d’apposer une gaze propre sur une plaie. Si l’action avait été plus ardue, elle l’aurait fait revenir ici deux fois par jour sans hésiter.

« Cela dit, si jamais la compresse virait au rouge ou à tout autre couleur anormale, je vous prierai de revenir ici au pas de course sans tarder. Parce que si c’est moi qui l’apprends par un tiers et que je sois obligée de venir vous chercher, je ne pense pas que vous apprécierez la suite des opérations. »

Le retour de l’instauration d’un régime de terreur ? Toujours la même chose. Si elle obtenait ce qu’elle voulait, elle s’estimait satisfaite. Lâchant le sac quand il eut la main sur l’anse, elle reprit d’un ton des plus sereins qui jurait avec les propos qu’elle pouvait tenir.

« Autrement, je vous conseille de retrouver la demoiselle qui vous a amené ici. Je pense qu’elle peut vous aider pour votre mémoire. Et dans tous les cas, vous repasserez nous voir dans quelques temps afin de voir l’évolution de votre plaie mais aussi de la récupération de cette même mémoire. Cela vous convient-il ? »

En fait, c’était plutôt traître comme question. Elle ne lui laissait pas le choix quant au fait de repasser par l’infirmerie à un moment donné. Et s’il ne venait pas, c’est elle qui irait le trouver. Chose qu’elle ne lui recommandait pas. Il n’y avait qu’à voir leur belle endormie.

« Si tout est bon pour vous, vous pouvez y aller. »

S’étirant, elle jeta un coup d’œil à Kageri qui s’occupait très bien de la dénommée Moona. Bien. Un petit moment de tranquillité. Sortant son portable, elle composa l’un de ses numéros préférés. Quitte à attendre une sollicitation de sa collègue, autant s’occuper.

« Salut Pierre … »

Dès qu’un "Salut ma belle !" avait résonné au creux de son tympan, sa voix avait changé. Ni froide, ni neutre et encore moins chamallow. Juste douce, tiède et ravie. Heureuse d’avoir son interlocuteur. Et elle avait quitté le japonais pour adopter le français afin de converser avec son meilleur ami parisien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kageri Sendô



Féminin Age : 29
Date de naissance : 30/12/1988
Messages : 53

MessageSujet: Re: Infirmerie Dim 15 Avr - 13:24

    Comme elle l'avait supposé, la sortie n'enchantait pas le médecin déjà entourée de travail avec l'infirmerie. Kageri pouvait comprendre ce besoin de repos, car la fatigue qu'elle avait préféré ignorer commençait finalement à se faire sentir. Malheureusement, aucune d'entre elles n'auraient le droit de se reposer, sachant que la sortie était maintenant imminente. Si dormir avait été juste une chose à faire "par défaut" auparavant, aujourd'hui, la jeune femme considérait presque ça comme un privilège qu'elle n'avait plus. J'aurais de même aimé dresser la liste des dossiers et les organiser, mais ça sera pour une autre fois on dirait. A la question d'Amber, l'infirmière hocha la tête de façon négative ; il est vrai que sur ce point, le directeur avait abstraction de tout détail à leur égard. Leurs seules précisions : c'était une sortie à laquelle elles devaient participer.

    - Non, je suis navrée, annonça t-elle d'une voix quelque peu déçue, le Directeur n'a donné aucune autre précision.

    A croire que la sortie allait comme le médecin le dit si bien, une "surprise". Même si le Directeur ne lui avait pas dit grand chose, l'infirmerie avait cru comprendre que la sortie se ferait par race, ce qui impliquait que les activités soient donc adaptées en fonction des pouvoirs des élèves. Mais tout ceci restait une supposition dont Kageri ne pourrait avoir la vérification que demain, lors de la sortie. Sortant de ses songes, la jeune femme reposa son regard sur le médecin, apparemment curieuse des activités auxquelles Kageri allait devoir participer. Reprenant un visage éclairci et son calme, elle répondit d'une voix plus neutre :

    - Oui, je serais accompagnatrice du groupe des Normaux.

    C'est en l'annonçant que la jeune femme réalisa qu'elle et Amber n'auraient pas l'occasion de faire plus ample connaissance, même à l'occasion d'une sortie. Dommage. D'autant plus que nous retrouverons notre rythme effréné une fois rentré ... Si seulement on pouvait nus accorder ne serait-ce qu'un peu de répit. D'ailleurs, elle se demandait depuis combien de temps n'était-elle pas tout bêtement sorti de l'infirmerie ! Le temps semblait passer si vite que ça en était décourageant, le nombre d'élève filait comme l'eau d'une cascade. Mais il n'est plus question de perdre du temps maintenant, la sortie est demain, tous les élèves doivent être en mesure de pouvoir y aller. Sur ces pensées encourageantes, Kageri observa la sortie du dénommé Ryo, toujours atteint d'une amnésie pour l'instant incurable. La médecine peut faire beaucoup de choses, mais pas ça.

    Reportant son attention sur la jeune génétique qui lui avait vite fait expliqué les origines de ses maux, l’infirmière attrapa un tabouret qu'elle avança vers le lit avant de s'asseoir dessus en prenant la main de la jeune fille. Vérifiant son pouls pour constater qu'il n'y avait rien d'anormal, elle inspecta son visage, qui portaient quelques traits de cernes tout de même ; tout en examinant la demoiselle attentivement, elle la questionna :

    - Est-ce que tu as mangé trop ou pas assez ces derniers temps ? Il pourrait s'agir d'un petit manque de vitamine.

    Et si ça n'était que ça, Moona n'aurait rien à craindre. Une petite dose de vitamine pendant quelques temps et ces petits maux de ventre et évanouissements devraient disparaître comme par enchantement. Au risque de passer à côté de quelque chose, Kageri demanda à la demoiselle de soulever son T-Shirt un instant pour qu'elle puisse tâter son abdomen, à la recherche d'un quelconque abcès qui aurait pu être la vraie cause de ses problèmes. Pourtant, après examination, la jeune femme n'y trouva rien. Au moins, il n'y a rien de grave à déplorer. La fatigue pouvait être aussi un atout pour ce genre de problème ; le manque de repos pouvait accentuer les manques de vitamine et accroître la plus part de ce genre de douleur. Tout en attendant la réponse de l'élève, Kageri aborda un fin sourire pour la rassurer et annonça :

    - Dans tous les cas, ce n'est pas bien grave. Il faut que tu penses à manger plus de vitamine si tu fais beaucoup d'effort physique.

    Kageri tourna son regard vers Amber, qui semblait être occupée au téléphone, et bien qu'elle eût appris beaucoup de langues par le passé, il est clair que la jeune femme ne comprenait absolument rien à ce qu'elle pouvait dire à cet instant. J'ignore quel langue elle parle, mais je ne comprends absolument pas. Le Français peut-être ? Dans tous les cas, Amber parlait sûrement à un ami, et cela faisait penser à Kageri qu'elle devait prendre des nouvelles de son frère depuis le temps. Combien de temps cela fait déjà ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Infirmerie

Revenir en haut Aller en bas

Infirmerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Fukkou :: Ect.. :: Ce qu'il reste-